Baru pour la bd "Bella Ciao" : épisode 6null du podcast La BD au micro

Baru au Festival International de la BD d'Angoulême 2011
Baru au Festival International de la BD d'Angoulême 2011 ©Maxppp - JEAN-BAPTISTE QUENTIN
Baru au Festival International de la BD d'Angoulême 2011 ©Maxppp - JEAN-BAPTISTE QUENTIN
Baru au Festival International de la BD d'Angoulême 2011 ©Maxppp - JEAN-BAPTISTE QUENTIN
Publicité

“Bella Ciao” (Futuropolis) est un hymne internationalement connu mais c'est aussi le titre d’une saga dessinée signée Baru. Le dessinateur et auteur y raconte en 3 tomes l’histoire de l’immigration italienne en France.

Avec
  • Baru Auteur de bande-dessinée

C’est un vieux assis devant son évier et qui regarde simplement l’eau couler.
On pourrait se dire qu’il perd la tête mais non. Le temps de quelques secondes, il éprouve la satisfaction tangible d’avoir mis sa famille à l’abri puisque l’eau courante est à la maison.
C’est l’une des images de “Bella Ciao”, épopée dessinée qui raconte un siècle d’immigration italienne. Qui raconte même l’immigration tout court, tant il existe des points et destins communs entre les différentes vagues migratoires, alors que l’habitude est d’insister sur leurs dissemblances.

Bella Ciao, Uno, Due, Tre, 3 volumes, donc, signés Baru. Hervé Baruléa, pour l’état civil, consacré Grand prix de la ville d’Angoulême en 2010 pour l’ensemble de son œuvre.

Publicité

La beauté des hauts fourneaux, les virées d’ados, les salles de bal enfumées, la culture populaire en majesté, ça veut dire quoi être immigré, fils d’ouvrier ? Tout Baru est là ou presque.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Extraits de l'émission

Dessiner avec ses pieds

Baru dessine assis, ancré dans le sol : "Je dessine assis, mais avec les deux pieds par terre. Ça n'a l'air de rien, comme ça, parce que ma table est assez haute, mais il faut que je sois bien ancré au sol pour pouvoir déplacer mes bras avec le plus de facilité possible. Je dessine avec mes pieds, quoi !"

Un dessin en mouvements

Même assis, les personnages de Baru sont en mouvement : "C'est l'essentiel de mon travail. J'arrive pas à dessiner un personnage qui soit quasiment à l'état de mort. C'est ma manière de raconter les histoires. Je suis quelqu'un qui emmène le lecteur d'une case à l'autre... Pour emmener le lecteur d'une case à l'autre, je crée un déséquilibre dans la première pour achever le résultat de ce déséquilibre dans la seconde."

Le rock'n'roll, un prétexte à laisser le corps exulter

Le rock'n'roll comme une quête graphique dans l'œuvre de Baru : "Ça fait 40 ans que je cours après ça : trouver graphiquement l'équivalent du rock'n'roll. Pour ça, quand je commence une histoire, la première chose que je fais, c'est de mettre du rock. Très fort. À fond, à fond, à fond ! (...) Je crois que je suis obsédé par le mouvement, par sa représentation. Le rock'n'roll est juste un prétexte pour laisser le corps exulter. Le rock me donne envie de déséquilibrer mes personnages, de les faire chalouper, de bouger de manière presque animale. Le rock'n'roll ne s'adresse pas à la partie périphérique du cerveau, c'est juste en dessous. Là où il y a les émotions, là où on ne réfléchit pas trop."

Passer à l'acte pour raconter un pan de l'Histoire

Baru a eu un déclic pour se lancer dans l'aventure du premier tome de "Bella Ciao" : "Le petit déclic a été ce discours dominant pendant pas mal de temps où on nous vendait les Italiens comme un modèle d'assimilation à la Française. Moi, je connaissais le prix que les Italiens avaient payé pour devenir transparents dans la société française. Parce que ce discours était là, et surtout parce que l'hystérie anti-immigrés a continué de monter dans le pays... Il fallait y aller, c'était aussi bête que ça."

Pour en savoir plus, écoutez l'émission...

Le tube de l'invité

LES CHAUSSETTES NOIRES – Fou d'elle

Programmation musicale

  • 09h42
    Souled out on you
    Souled out on you
    Robert Finley
    Souled out on you
    Album Sharecropper's son (2021)
    Label EASY EYES SOUND

L'équipe