Dominique A en concert au Fnac Live à Paris en juillet 2015 ©Getty - David Wolff - Patrick
Dominique A en concert au Fnac Live à Paris en juillet 2015 ©Getty - David Wolff - Patrick
Dominique A en concert au Fnac Live à Paris en juillet 2015 ©Getty - David Wolff - Patrick
Publicité
Résumé

Le nouvel album de Dominique A paraît aujourd’hui et il s’intitule “Le Monde Réel”. Et le monde de ce disque-là est vaste et réconfortant. Ce sont des chansons en cinémascope, avec une voix mate, qui dit ses inquiétudes et ses espoirs autant que les nôtres.

avec :

Dominique A (Artiste Auteur-compositeur-interprète, guitariste, poète, écrivain).

En savoir plus

Lorsque Dominique A publiait son premier album en 1992 – donc il y a 30 ans – il a tout de suite imposé un ton nouveau, à rebours de ce qu’on entendait à la radio.

Et une nouvelle façon de faire, à rebours de l’industrie du disque, c’est-à-dire en dehors des clous d'un studio, tout seul, dans sa chambre chez ses parents, et avec un matériel minimal.

Publicité

A partir de là, Dominique A est devenu l’un des artistes qui taille les haies, dans la chanson française. Il défriche le terrain, ouvre des voies parce qu’à chaque fois, à chaque album, il y a l’exigence de tenter de nouveaux trucs, d’arpenter des territoires tout neufs avec la musique et avec les mots.

C’est l’histoire d’un gars qui a commencé à écrire des chansons dans l’intimité de sa chambre et qui, aujourd’hui plus que jamais, fait passer son plaisir de jouer, avec les autres.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Extraits de l'entretien

Deux ou trois dates marquantes de son parcours

Parmi les moments importants de sa carrière, Dominique A cite : "Je retiendrais le 5 février 1992, la sortie de mon premier disque : "La fossette". La deuxième date serait : le 2 décembre 1996. Mon premier Olympia qui symbolisait, la réussite dans le music-hall. C'est lié à la mythologie transmise mes parents. Et la troisième date serait demain : je suis curieux de ce qui va m'arriver. Bien sûr la Victoire de la musique le 8 février 2013, j'y pensais, mais je n'ai pas choisi cette date, parce que cela donnait l'impression de faire le malin. Mais cette récompense m'a donné confiance, et de la légitimité. Pour moi, ce n'était pas acté. C'est bête. Mais c'est comme ça."

Chanteur : une légitimité très récente

Dominique A se souvient : "J'ai eu une expérience de studio assez marrante il y a quelques mois avec Serge Rezvani. J'avais le plaisir et l'honneur d'enregistrer trois de ses morceaux inédits avec Gérard Daguerre, le pianiste de Barbara. On avait trois heures pour enregistrer trois chansons en studio. Cela fait peu de temps. À 14 h 30, la chanson était en boîte et ce jour-là, je me suis senti chanteur. Je me suis dit : "ça y est, j'y suis". Vous voyez, il ne faut pas désespérer ! Je me suis senti légitime peut-être parce que j'étais dans un rôle d'interprète, que l'auteur de la chanson en studio et que j'ai reçu son blanc-seing. Je caricature un peu parce que je n'ai pas de honte à chanter, j'adore ça, et je le ferai aussi longtemps que possible. Mais c'est vrai que de se revendiquer chanteur, est toujours un peu compliqué. J'ai l'impression que ce sont les autres qui vous adoubent."

La conviction de jeunesse qui perdure : le respect de soi

De son expérience, il retient : "Je ressens un mal-être physique lorsque je ne me sens pas bien avec la musique que je produis. Donc ma conviction serait de continuer à m'écouter. Dans tous les sens du terme. Ce n'est pas un drame en soi de faire fausse route. Mais après, l'assumer et discourir sur les erreurs que vous venez de commettre en essayant de les faire passer pour ce qu'ils ne sont pas, c'est compliqué."

Le film "Elephant man" : à l'origine du nom de son premier groupe

Dominique A raconte : "Elephan Man est un film qui conserve sa grâce et sa force. C'est hallucinant. Je suis allé le voir tout seul à onze au cinéma de Provins. Il m'a tétanisé, et m'a déchiré le ventre. Mais il m'a plu. J'avais l'impression que toute la tristesse du monde était dans ces phrases-là : "Je ne suis pas un animal, je suis un être humain". Cela m'a marqué au point que mon premier groupe s'appelait John Merrick du nom du héros qui cherche sa place. C'est la psychologie de l'adolescence. Il y a l'idée que l'adolescence est une forme de difformité.

Ce groupe jouait de la new wave en français : un succédané de The cure mâtiné de Marc Seberg (avec Philippe Pascal et le compositeur et guitariste Anzia, des ex du groupe Marquis de Sade), un peu de Noir désir. C'était l'apprentissage de la vie sur la route, de la débrouille : je faisais les affiches, je trouvais des petits cafés de Bretagne dans lesquels on se produisait. Cela m'a donné des armes pour, l'expression n'est pas jolie, 'affronter un public'. Cela m'a appris à me tenir droit et à jouer ma chanson face à des gens ivres. C'était très formateur."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Enregistrement de "Monde réel" : une envie d'aventure humaine

De quoi est parti son dernier album ? Dominique A explique : "J'avais envie de vivre une aventure humaine, de travailler avec plein de musiciens et musiciennes, d'être immergé dans la musique, avoir du temps et être dans une position d'interprète. Sous la houlette du producteur Yann Arnaud, on a vraiment trouvé très vite un son très acoustique, très naturel. Il y a un peu de guitare électrique, mais elle est noyée dans le reste. L'idée était de laisser le son se libérer et se répandre et de ne surtout pas le brusquer. Cet album est un écrin pour le chant. Aujourd'hui, je n'ai plus envie d'être dans l'énergie des guitares saturées."

Le son du studio d'enregistrement de son dernier album : un coq

S'il devait choisir un son associé à la préparation de son nouveau disque : "Ce serait le son d'un coq. Il doit se retrouver sur tous les enregistrements des albums faits là-bas. Il se manifeste à toute heure du jour et de la nuit. On avait l'impression que quand on enregistrait un morceau, et que le son lui plaisait, il se manifestait !" répond le chanteur.

La suite est à écouter...

Le tube de l'invité

LEONARD COHEN - Suzanne

Dominique A explique : "C'est marrant parce que je ne m'étais jamais penché sur le texte. Je suis toujours laissé bercer par la musique. Suzanne fait partie des chansons que vous avez l'impression de connaître par cœur. Vous les avez entendues 3 000 fois, dans des circonstances différentes. Puis un jour, vous les entendez vraiment."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le présent impossible, premier recueil de poèmes de Dominique Ané, illustré par Edmond Baudoin est paru aux éditions L'icônopop.

Le chanteur répond à la question : pourquoi, il ne peut pas mettre ses poèmes en chanson ? : "Je vais vous lire un court poème qui s'appelle L'homme à abattre. 'Les gens sont de plus en plus jeunes. Sapé comme un bourgeois dans mon trois-quarts, j'ai l'air du sexagénaire que je serai bientôt. Complice passif du réchauffement, du désastre néolibéral et de l'absence d'empathie. Je suis l'homme à abattre'. Vous croyez que je peux chanter ça ? Je peux l'écrire, le publier, mais pas le transmettre par le chant. Les mots vont bouffer toute la musique aussi. Une chanson, il faut bien sûr que le texte soit intéressant, mais il faut aussi qu'on l'oublie."

Références

L'équipe

Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Production
Perrine Malinge
Collaboration
Ilinca Negulesco
Collaboration
Lola Costantini
Réalisation
Khoi Nguyen
Réalisation
Jean-Baptiste Audibert
Programmation musicale