Alain Delon et Dalida ©Getty
Alain Delon et Dalida ©Getty
Alain Delon et Dalida ©Getty
Publicité
Résumé

Caramel, bonbons et chocolat..... Un tube qui permet d'évoquer aussi bien les cabines téléphoniques que Stone & Charden et William Shakespeare.

En savoir plus

Parce que c'était elle, parce que c'était lui. Paroles paroles est une chanson qui a le charme d'un roman photo. 

Au parler d'Alain, dont la solennité est soulignée par des cordes, Dalida oppose son chant sur la légèreté d'un rythme de bossa. 

Publicité

Paroles paroles. C'est le moment shakespearien de la variété française. Acte 2/ scène 2 : Hamlet ne déclare-t-il pas à ce rat de Pollonius "Words, words, words. Des mots, des mots, des mots", pointant ainsi l'inanité du langage. 

Dans Paroles, paroles, Alain a beau sortir le grand jeu verbal avec des déclarations telles que : 

Tu es pour moi, la seule musique qui fait danser les étoiles sur les dunes. 

Vers dont je n'ai toujours pas percer le mystère à ce jour. À la fin, Alain se retrouve réduit à la répétition d'une simple exclamation :

Que tu es belle

Paroles paroles est le symptôme d'une période où la chanson populaire française s'inspire de la variété italienne. De l'été indien, de Joe Dassin à Nous, par Hervé Vilard. Les mélodies de ces titres furent piquées à des tubes transalpins. Paroles, paroles, c'est idem. Le morceau fut d'abord une comédie italienne entre la chanteuse Mina et le comédien Alberto Lupo, l'acmé de leur interprétation étant atteinte avec : 

Caramelle non ne voglio piu

La suite à écouter ...

Références

L'équipe

Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Production
Hugo Combe
Hugo Combe
Hugo Combe
Collaboration
Flora Bernard
Réalisation