vidéo
La chanteuse Caroline Loeb au Festival de Cannes le 17 mai 1987 à Cannes, France. ©Getty - Pool DUCLOS/PELLETIER/Gamma-Rapho
La chanteuse Caroline Loeb au Festival de Cannes le 17 mai 1987 à Cannes, France. ©Getty - Pool DUCLOS/PELLETIER/Gamma-Rapho
La chanteuse Caroline Loeb au Festival de Cannes le 17 mai 1987 à Cannes, France. ©Getty - Pool DUCLOS/PELLETIER/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

“C’est la ouate”, par Caroline Loeb, c’est le Tubes N'Co du jour qui a marqué les mémoires et qui est sorti en 1986 sur l'album "Loeb C.D.".

En savoir plus

Cette semaine, de nouvelles aventures de Wonderwoman sont sorties sur les plateformes.  

T'es chez toi - me dis-je in petto - pour un re-re-re-confinement à assurer : les repas, les devoirs des gosses, le boulot. Et Wonderwoman redéboule. Et bien elle me fatigue d’avance, avec son short en milky way.  

Publicité

Donc : gloire à la glande pour et par les femmes. Gloire à Caroline Loeb ! “Paresseuse”, c’était le titre originel de cette chanson. Je dirais en sus que “c’est la ouate”, est un mantra d’actu : être enveloppé dans le moelleux du coton, on en aurait bien besoin ces temps-ci.  

Mais la chanson sort en 1986 et la glande féminine, si je puis dire, comme le cocooning, ça n’est pas le sujet.  

(Là, je viens de faire un teasing ou “tenage en haleine” en bon français, parce que je vous en dis plus, après.) 

1986, donc, Caroline Loeb, a 31 ans, dont 10 de nuits blanches, entre le Palace et les Bains Douches.  

C’est la ouate”, dont elle co-écrit le texte avec Pierre Grillet est précisément une chanson sur les lendemains de fête où la fille remue son cul avec indolence. Deux ans plus tôt, en 1984, le groupe Cookie Dingler nous disait : “Être une femme libérée, c’est pas si facile”.  

Et bien Caroline Loeb nous donne sa version des faits. Ecoutez : “Amour par terre et somnifère”. Pas vraiment la fête du slip, donc.

Cette chanson de gueule de bois est mise en musique et arrangée par Philippe Chany, avec : une TR 808, boîte à rythme star, qui signe le son des années 80 et dans laquelle Philippe Chany insère des synthés. Là-dessus, il ajoute une guitare cocotte qui caquette. Et les chœurs qui font “c’est la ouate”, lui font penser à ouapdououap.  

D’où l’idée d’un chorus vocal soul, qui plane au-dessus de la voix de Caroline Loeb.  

Avec les sons acérés de l’électro + le groove de la soul + la gouaille de Caroline Loeb, qui me fait penser à Arletty, il faudra plus d’un an pour convaincre une maison de disques. 

Faut changer de chanteuse ! ”, nous dit–on. Et Caroline Loeb explique : “Je n’étais pas le genre de fille faite pour être mise en avant. J’étais punk, avec 60 de tour de poitrine et la gueule de travers.” 

La chanson a failli revenir à Stéphanie de Monaco. C’est vous dire si on a eu chaud.  

Dans le triple album, intitulé ”52 reprises de l’espace”, paru en 2011, la chanteuse qui a reproduit au mieux, le côté obscur, voire dépressif de “C’est la ouate”, s’appelle Philippe Katerine. 

Pour “Chiche !”, titre de son dernier spectacle, Caroline Loeb dit : “je ne suis pas connue comme chanteuse, mais comme chanson, ce n’est pas pareil”.  

Le dernier album de Caroline Loeb s’intitule “Comme Sagan”. Encore une figure de femme libre. 

Références

L'équipe

Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Production
Ilinca Negulesco
Collaboration
Khoi Nguyen
Réalisation