Michel Berger en 1983
Michel Berger en 1983
vidéo
Michel Berger en 1983 ©Getty - Jean-Jacques BERNIER/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Tandis qu'un coffret de 13 CD, réunit les albums de Michel Berger, ce matin, votre Tubes N'Co est dédié à “La groupie du pianiste”, titre paru en 1980 sur l'album "Beauséjour" et carton de l'année.

avec :

Michel Berger (Pianiste, auteur-compositeur-interprète, directeur artistique et arrangeur musical français).

En savoir plus

Et jusqu'à cette chanson-là, il avait ramé. Pas comme auteur-compositeur, mais comme interprète.  

Malgré cinq albums publiés sous son nom, Michel Berger ne connaissait que l’antichambre du succès.  

Publicité

Quand soudain. 

Michel Berger faisait un tube dansant. Avec du compliqué.  

Même si, comme moi, vous ne maîtrisez que les premières notes de "La lettre à Elise", au piano, on notera que rythmiquement, cette intro' est scandée par des demi, des quarts de temps.  

Un air de déséquilibre, qui propulse la chanson pourtant. 

Berger, Michel, c’était le gars à rebours de la mythologie du rock

C’est un peu pour ça, qu’on l’écoutait en loucedé, il faut avouer. 

Il avait grandi dans la très haute bourgeoisie parisienne et on l’imaginait dans un appart avec des tapis épais comme des bottins. Ses cheveux lui faisaient même une auréole. Tentait-il de rouler des épaules ? Il était trop intelligent pour ça.  

Et pour ces textes : pareil. Ne pas se la jouer poète. Du simple, du direct. Du juste surtout.  Parce que 41 ans après, les draps roses de la groupie du pianiste, on les visualise toujours aussi nettement.  

Le groove du morceau est servi par les arrangements de Michel Bernholc avec la basse funky. Le piano bastringue. La guitare cocotte. Et les cordes qui font avancer la machine. 

Tout ça fut enregistré à Los Angeles avec la crème. Jim Keltner à la batterie, qui joua avec Lennon, Dylan, Fiona Apple. Paulinho Da Costa aux congas. Dany Kooch à la guitare. 

Quand soudain. 

Ce fut un soir en Septembre. Berger était l’invité de Michel Drucker dans l’émission intitulé Stars. Champion, il l’était, puisque ce même été 1980, on entendait aussi :

Il voulait être libre, vous comprenez.

Par la voix de France Gall, Berger rendait hommage à Jerry Lee Lewis et il mettait en scène une groupie dans sa voix à lui.  

Deux pianistes pour deux chansons miroir qui cartonnèrent le même été. 

Quand soudain. 

Elton John au téléphone. 

L’Anglais, qui passait ses vacances sur la Riviera, écoutait ces chansons en boucle et voulait travailler avec Berger. Résultat : Deux titres enregistrés ensemble.  

Nous étions en 1980. Le minitel arrivait dans les foyers, c’est dire si l’avenir était à nous. En tout cas, la décennie serait à lui. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Production
Ilinca Negulesco
Collaboration
Khoi Nguyen
Réalisation