Christophe en 1974 à l'Olympia
Christophe en 1974 à l'Olympia
vidéo
Christophe en 1974 à l'Olympia ©Getty - Jean-Claude FRANCOLON/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Aujourd’hui, France Inter consacre une journée spéciale à Christophe, disparu il y a un an jour pour jour. Et ça commence avec un Tubes N’Co, dédié à la chanson “Les Mots Bleus”, sortie en 1974.

avec :

Christophe (Chanteur, Compositeur, Musicien).

En savoir plus

Un livre de Christophe vient de paraître sous le titre “Vivre la nuit, rêver le jour”. Ce sont des souvenirs qu’il raconte par fragments.  

Au début d’un chapitre qui s’intitule Le fétichiste, il écrit : 

Publicité

Souvent, on m’a demandé comment je faisais pour tomber les filles. Mais si je dévoile mes secrets, on va me les piquer. 

En tout cas, pour les filles et garçons que nous sommes, pour toujours, “il est 6h au clocher de l’église”. 

Un clocher, une mairie, un sourire. Une scène de film à suspens. Et c’est Jean-Michel Jarre qui l’a écrite.  

Jean-Michel Jarre, parolier parfait pour Christophe parce qu’il sait manier le flou et le précis : il est 6h au clocher de l’église, mais qui c’est cette fille ? 

Et ce sens du mot qui élève le texte - que t’avais recopié dans ton carnet à l’encre bleue des mers du sud.  

Des vers comme “je recule devant une phrase inutile qui briserait l’instant fragile”.

D’une rencontre. 

Ce refrain c'est le grand jeu : le désespoir et le venin en même temps. Des chœurs d’extase qui font ahhhh.  

Le fantasme d’une épiphanie.

Et ce refrain se termine en crépuscule. 

Nouvel extrait du livre de souvenirs de Christophe, page 70 : 

Pour les Mots Bleus, je voulais faire un morceau comme “My funny Valentine” de Chet Baker, avec un thème qui revient : quelque chose d’esthétique. 

Ce thème qui revient, il existe dans un autre morceau de l’album où figurent “Les mots bleus”.

C’est dans cette chanson-ci, “Le dernier des Bevilacqua”. A la fin et sans prévenir, Christophe se met à chanter un extrait “des mots bleus”, mais en italien. 

"Les mots bleus" sont partis d’un son, que Christophe a découvert : celui de l’orgue Eminent 310 Unique

Un clavier qui sera présent sur les albums à venir de... Jean-Michel Jarre. 

Les Mots bleus, que d’aucuns prennent comme une bluette est donc un morceau pionnier de l’électronique.  

C’est le son de l’Eminent 310, qui ouvre Les Mots bleus. 

Nous sommes donc en 1974 et Christophe est définitivement :

Aline !” 

L'homme qui lui a permis de s’épanouir en artiste, dans sa veste de soie rose et avec ses moustaches d’Astérix, c’est un patron d’un label indépendant qui s’appelait Francis Dreyfus. Pas un comptable, mais un esthète. 

Dreyfus Francis, qui avait aussi signé un inconnu au début des années 70.  

Alain Bashung, tel était son nom. 

En 1992, Alain Bashung chante cette reprise "Les Mots Bleus". 

Bashung, Christophe, deux hommes qui maintiennent la chanson française dans un mystère irrésolu. 

Le livre de souvenirs de Christophe s’ouvre sur cette phrase :  

Les mots simples sont si compliqués à dire. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Production
Ilinca Negulesco
Collaboration
Khoi Nguyen
Réalisation