Sting, le chanteur de "Police" sur scène à Mont-de-Marsan en 1977
Sting, le chanteur de "Police" sur scène à Mont-de-Marsan en 1977
vidéo
Sting, le chanteur de "Police" sur scène à Mont-de-Marsan en 1977 ©Getty - Ian Dickson
Publicité
Résumé

“Roxanne” a 45 ans puisque Sting a écrit cette chanson en 1977. Ce titre tourne la page de la période punk de Police, et même si cette chanson ne sera pas un tube tout de suite, il les propulsera très vite dans la lumière.

En savoir plus

“C’est nul” : c’est le futur manager de The Police qui le dit, après que le groupe a joué plusieurs morceaux devant lui. Ce gars qui juge s’appelle Miles Copeland. C’est le frère du batteur, Steward Copeland. Et Steward répond : "Tant pis".

Mais avec ce titre, Miles Copeland change d’avis.

Publicité

Et Police va graver “Roxanne”, soit un aller simple pour nos ferveurs adolescentes.

Nous en connaissions tous les détails

Y compris ceux sans importance, communément appelés “détails à la con”.

Comme celui-ci : c’est Sting qui frappe un accord avec ses fesses en s’asseyant par inadvertance sur le piano du studio.

La chose fut enregistrée et placée ici. C’est peut-être un détail pour vous mais… Bon bref.

Le gars savait chanter avec un truc un peu voilé au fond de la gorge. Et en plus, il était beau gosse.

Sting a écrit la chanson à Paris

La légende est connue et je vous l’ânonne : Roxanne, prostituée célébrée dans cette chanson est inspirée par celles que Sting croise dans la rue de l’hôtel miteux où le groupe est logé.

Et pourquoi ce prénom ? A cause d’une affiche de Cyrano de Bergerac, accrochée dans le hall de l’hôtel en question.

Roxanne de Cyrano qui fait le trottoir. Faut vraiment être anglais pour écrire ça, non ?

Nos adolescences, disais-je

On écoutait ça, après avoir fait “BLAM”, en claquant la porte, le son à fond, dans le secret de nos chambres. Secouant la tête comme des damnés et attendant ce gémissement final.

1978 : Claude François fait une mauvaise manip dans sa salle de bains. Les parents rêvent d’une Simca Horizon. Et nous fantasmions la rage de cet amour sans issue.

“You don’t have to put on the red light”.

Même pour ceux qui avaient fait anglais LV2, c’était facile à chanter. Et il y avait :

  • Andy Summers à la guitare,
  • Sting… à la basse.
  • Et Steward Copeland à la batterie.

Le groupe enregistre dans un studio du sud de Londres et jusque-ici, “être punk” fut sa mission.

À lire aussi : Sting et Shaggy
55 min

Mais The Police semblait trop propre pour le punk et pas assez pour la BBC

Dans un premier temps, la radio publique anglaise n’a pas diffusé le titre, jugeant cette histoire d’amour avec une prostituée trop scabreuse.

Avec Roxanne, Police prend finalement un virage pop, qui mêle punk rock et cadence du tango avec ce "ta ta ta".

Si on avait imaginé que nos adolescences – toujours elles - fussent rythmées par un truc de nos grands-parents….

Avec Roxanne, Police connaitrait désormais le succès, bien au-delà du secret de nos chambres.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Production
Ilinca Negulesco
Coordination
Khoi Nguyen
Réalisation