France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Le livre de Machiavel qu’on appelle communément Le Prince ne s’appelle pas Le Prince, mais De principatibus — en latin : « Des principautés ».

En savoir plus

Quelle différence cela fait, et pourquoi la postérité l’a-t-elle si vite oubliée ? Machiavel, on le sait désormais, n’écrit pas un traité du bon gouvernement. Il ne fait la leçon à personne, ni à ceux qui gouvernent, ni à ceux qui le lisent. En cela, oui, il brise le miroir — je veux parler du Miroir aux princes, ce genre traditionnel de la littérature politique médiévale qui entend faire l’éducation morale des têtes couronnées en y imposant l’idée simple, mais constamment assénée, que régner est le contraire de dominer. Écoutons-le une fois encore : « Mais puisque mon intention est d’écrire chose utile à qui l’entend, il m’est apparu plus convenable d’aller tout droit à la vérité effective de la chose qu’à l’image qu’on en a. Et beaucoup se sont imaginés républiques et principautés dont on n’a jamais vu ni su qu’ils existaient vraiment ».

Références

L'équipe

Patrick Boucheron
Patrick Boucheron
Patrick Boucheron
Patrick Boucheron