Écrire l'histoire

Page manuscrite du "Prince" de Niccolo Machiavelli
Page manuscrite du "Prince" de Niccolo Machiavelli ©Getty - DEA PICTURE LIBRARY
Page manuscrite du "Prince" de Niccolo Machiavelli ©Getty - DEA PICTURE LIBRARY
Page manuscrite du "Prince" de Niccolo Machiavelli ©Getty - DEA PICTURE LIBRARY
Publicité

En 1520, les membres de l'Académie florentine passent commande à l'ancien exilé d'une "Histoire de Florence". Voici donc Machiavel historien public...

Il écrit à son ami Guy Chardin :

Depuis quelques temps, je ne dis jamais ce que je pense, ni ne pense jamais ce que je dis. Et si je dis parfois la vérité, je la cache parmi tant de mensonges qu'il est difficile de la découvrir.

Publicité

Écrire l'histoire, pour Machiavel, c'est se montrer déplaisant. Avec ses mécènes bien entendu, mais aussi avec ceux qui attendent de lui qu'il en dénonce les turpitudes. Le principal ressort de sa narration est le déniaisement. L'historien n'exalte ni les grands hommes ni les beaux principes. Non, écrire l'histoire consiste pour lui à décrire la force du conflit, de la discorde.