Venise au temps de Proust
Venise au temps de Proust ©Getty
Venise au temps de Proust ©Getty
Venise au temps de Proust ©Getty
Publicité

Le narrateur de La Recherche est un esthète. Partout où il va, il accorde une extrême attention (je cite) à la « beauté intrinsèque des choses ». Beauté d’une chambre, d’une musique, d’un regard, beauté d’un paysage ou d’une inconnue…

Avec
  • Michel Erman Philosophe et professeur de linguistique à l'université de Bourgogne

La beauté est une promesse de bonheur.

Marcel Proust décline cette notion à l’envi, la qualifie de « rare » ou de « paresseuse », et lui donne un pouvoir particulier : selon lui, elle est « une promesse de bonheur » nous dit-il dans La Prisonnière .

Publicité

Et en effet, l’une des principales « beautés » du livre est associée à un moment pleinement heureux : je veux bien sûr parler de Venise que le narrateur se remémore involontairement en butant sur les pavés de la cour de l’hôtel de Guermantes…

Marcel Proust à Venise
Marcel Proust à Venise
© Gallica Bibliothèque Nationale de France

Tandis que Mme de Cambremer avoue « détester le Grand Canal » de la Sérénissime, et que Mme Verdurin n’a de cette ville que le souvenir « des projecteurs dans le ciel », le narrateur lui, est rempli de joie à la simple idée de penser à Venise…

Cette ville qu’il a d’abord rêvée, puis visitée plus tard avec sa mère dans Albertine disparue…

Ce soir, pour ce dernier épisode au cœur de la géographie proustienne, nous embarquons pour la Cité des Doges, que Marcel Proust a arpentée à deux reprises et qui est le seul lieu « étranger » de A la recherche du temps perdu .

  • Archive INA : voix d'Henri Lemaître (1969)
  • Lecture : extrait de "Albertine disparue" lu par Denis Podalydès (Coffret CD éditions Thélème)

Les liens

Les éditions Thélème
Les Editions Thélème proposent des textes classiques et contemporains en version sonore, en audio book, lus par de grands acteurs.

L'équipe