Emmanuel Macron au Rwanda auprès du président Paul Kagame, 27 ans après le génocide. Le président français a reconnu une "responsabilité" de la France
Emmanuel Macron au Rwanda auprès du président Paul Kagame, 27 ans après le génocide. Le président français a reconnu une "responsabilité" de la France
Emmanuel Macron au Rwanda auprès du président Paul Kagame, 27 ans après le génocide. Le président français a reconnu une "responsabilité" de la France ©AFP - LUDOVIC MARIN
Emmanuel Macron au Rwanda auprès du président Paul Kagame, 27 ans après le génocide. Le président français a reconnu une "responsabilité" de la France ©AFP - LUDOVIC MARIN
Emmanuel Macron au Rwanda auprès du président Paul Kagame, 27 ans après le génocide. Le président français a reconnu une "responsabilité" de la France ©AFP - LUDOVIC MARIN
Publicité
Résumé

Sans présenter d'excuses et en réfutant la complicité de la France dans le génocide rwandais, Emmanuel Macron a néanmoins reconnu ce matin une "responsabilité" du pays, à l'occasion d'un discours hautement symbolique à Kigali.

avec :

Patrick de Saint-Exupéry (Grand reporteur, cofondateur et rédacteur en chef de la revue XXI).

En savoir plus

En visite au Rwanda ce jeudi 27 mai, le président de la République a prononcé un discours très attendu au mémorial du génocide à Kigali. L'objectif : amorcer une normalisation des relations entre la France et le Rwanda, vingt-sept ans après le génocide. Emmanuel Macron a notamment annoncé la nomination prochaine d'un ambassadeur dans le pays.

Un discours dans lequel il a reconnu la "responsabilité" de la France dans le génocide, mais n'a pas présenté d'excuses et réfuté le terme de complicité. Cette déclaration intervient après la remise du rapport Duclert en mars au Président, qui concluait à des "responsabilités lourdes et accablantes" de la France dans le génocide des Tutsi par les Hutus en 1994.

Publicité

Cette allocution a satisfait le président rwandais, Paul Kagamé, lequel a déclaré que ce discours avait "plus de valeur que des excuses". Une opinion qui n'est cependant pas partagée par tous au Rwanda, en particulier du côté des victimes du génocide. L'association de rescapés Ibuka a notamment dit regretter "l'absence d'excuses" du président français. 

Avec nous pour en parler

Patrick de Saint-Exupéry est grand reporter et co-fondateur de la revue XXI. Il est auteur de La traversée : une odyssée au cœur de l'Afrique (Les Arènes, 2021).

Le Bruit du monde est en Suède, où les femmes immigrées apprennent le vélo pour mieux s’intégrer 

En Suède, certaines femmes ont décidé de surmonter les préjugés, les traditions, les codes sociaux de leur pays, pour retrouver leur liberté, pour enfin changer d’horizon. 

Alors on ne va pas vous parler de grands mouvements féministes, de coups d’éclat, mais d’une chose toute simple : ces femmes, immigrées en Suède, veulent apprendre à faire du vélo. Ce qui n’était pas possible dans leur pays, pour des tas de raisons. 

Un reportage signé Frédéric Faux.

Également au programme de cette émission

  • Sous les radars, par Amélie Perrier                                                       
  • L'Europe tu l'aimes ou tu la quittes, par Angélique Bouin

À Bruxelles se retrouvent aujourd'hui les 27 ministres de l’industrie, afin de débattre de la révolution qui s’annonce dans ce domaine...

  • Le monde d'après, par Franck Mathevon 

Programmation musicale 

MAXWELL FARRINGTON & LE SUPERHOMARD - We, us the pharaons

Suzi QUATRO - Can the can

Références

Programmation musicale

  • 18h35
    We, us the Pharaohs
    We, us the Pharaohs
    Maxwell Farrington & Le Superhomard
    We, us the Pharaohs

    Maxwell Farrington, Vaillant

    Album Once (2021)
    Label TALITRES
  • 18h47
    Can the can
    Can the can
    Suzi Quatro
    Can the can

    Nicky Chinn, Mike Chapman

    Album Best of (1973)
    Label EMI

L'équipe

Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintes
Production