Une vue aérienne montre la centrale nucléaire de Fukushima, endommagée à la suite du tsunami consécutif au séisme du 11 mars 2011
Une vue aérienne montre la centrale nucléaire de Fukushima, endommagée à la suite du tsunami consécutif au séisme du 11 mars 2011
Une vue aérienne montre la centrale nucléaire de Fukushima, endommagée à la suite du tsunami consécutif au séisme du 11 mars 2011 ©AFP - Jiji Press
Une vue aérienne montre la centrale nucléaire de Fukushima, endommagée à la suite du tsunami consécutif au séisme du 11 mars 2011 ©AFP - Jiji Press
Une vue aérienne montre la centrale nucléaire de Fukushima, endommagée à la suite du tsunami consécutif au séisme du 11 mars 2011 ©AFP - Jiji Press
Publicité
Résumé

Dix ans après l'accident nucléaire qui a bouleversé le Japon, quelles en sont les conséquences sur la région de Fukushima ? En dépit du progressif démantèlement de la centrale et de la décontamination des sols, les habitants continuent de fuir un territoire pollué pour les prochains siècles.

avec :

Karyn Nishimura (Journaliste à Tokyo).

En savoir plus

Le 11 mars 2011, un gigantesque tsunami ravageait le nord-est du Japon et recouvrait d’eau le site de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, l’une des plus grandes au monde. L’accident est classé au niveau 7, comme celui de Tchernobyl. Dix ans plus tard, le démantèlement de la centrale promis au lendemain de la catastrophe par le gouvernement et l’opérateur du site Tepco, n’est toujours pas achevé. Les retards s’accumulent en raison du très fort taux de radioactivité du site et du coût de ces travaux : la fermeture complète de la centrale est estimée à 60 milliards d’euros

Autour du site, la vie tarde à reprendre son cours. Seules 20% des 160 000 personnes évacuées sont revenues vivre dans la région.  Et ce, en dépit des efforts du gouvernement pour rendre de nouveau attractif le territoire : de nombreuses zones ont été déclarées à nouveau habitables par les autorités suite à des travaux intensifs de décontamination, et des incitations financières ont été mises en place. Cet été, le choix de faire partir la flamme olympique de Fukushima pour les Jeux de 2021 participe à cette optique de revalorisation de la région. 

Publicité

Pourtant, la catastrophe aura des conséquences sur l’environnement pendant plusieurs siècles encore, en particulier sur les sols et les forêts. Celles-ci, qui couvrent 75% de la superficie de la préfecture de Fukushima risquent de présenter des niveaux radioactifs élevés durant 300 ans. Récemment, un nouvel enjeu environnemental est venu s'ajouter dans la région :  le gouvernement vient d'annoncer un projet de loi permettant de relâcher les eaux radioactives présentes sur le site dans l’océan.

Avec nous pour en parler 

Karyn Nishimura Poupée est journaliste correspondante à Tokyo, en direct de la région de Tōhoku. Nous écouterons également un reportage qu'elle a réalisé.

Bruit du monde est au Canada, où les Québécois redécouvrent les joies de l'hiver

Coincés chez eux par la pandémie, les Québécois redécouvrent leur hiver. Les skieurs de fond, les promeneurs à pied, en raquettes, en luge, envahissent les parcs

Un véritable changement par rapport aux autres années où une partie de la population fuit la saison froide en passant ses vacances sur les plages du Mexique, de Cuba ou de Floride. Il s’agit peut-être d’une amorce de changement pour que la population de cette région nordique se réconcilie avec cette saison malaimée.

Un reportage signé Pascale Guericolas.

Également au programme de cette émission 

  • Sous les radars, la chronique d'Amélie Perrier                                                             
  • L'Europe tu l'aimes ou tu la quittes, par Angélique Bouin

Coup de théâtre au Parlement européen, qui a mis les Verts sans dessus dessous : alors que les principaux groupes politiques dont la droite européenne s’étaient accordés pour voter hier soir en plénière une proposition de loi qui ouvre la voie à une taxe carbone à nos frontières…  un amendement de dernière minute s’est glissé dans le texte. Et l’a tellement dénaturé que les écologistes eux-mêmes, qui le présentaient comme une grande avancée, ont décidé de s’abstenir de le voter !

  • Le monde d'après, l'édito de Jean-Marc Four 

Programmation musicale

BILLIE EILISH - Therefore i am

John LEGEND - Who did that to you ? 

Références

L'équipe

Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintes
Production
Antoine Quevilly
Antoine Quevilly
Antoine Quevilly
Journaliste