France Inter
France Inter
Publicité

Dans les médias chinois, sur la scène internationale, dans les instances politiques et administratives du Parti Communiste Chinois, le président Xi Jinping semble être omniprésent et fait l'objet d'un culte de la personnalité. Jusqu'où s'étendent réellement la présence et la "pensée de Xi Jinping" ?

Avec
  • Philippe Le Corre chercheur au Carnegie Endowment for International Peace et à la Harvard Kennedy School, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) et professeur invité à l’ESSEC

Cet été, le président chinois a lancé une nouvelle "purge" au sein des administrations chinoises, en particulier dans la police, la justice et la sécurité. De nombreux cadres sont déjà tombés dans ce qui s'apparente plus à une lutte contre ceux qui ne sont pas loyaux à Xi Jinping qu'à une véritable lutte contre la corruption. Le président chinois s'entoure et place dans toutes les institutions chinoises des cadres qui lui seront fidèles, afin de s'assurer une loyauté sans faille et un minimum de contestations. 

En plus des institutions, Xi Jinping est omniprésent dans les médias chinois et semble faire l'objet d'une véritable culte de la personnalité. Présent sur tous les fronts à chaque événement majeur de la politique chinoise, de nombreux articles de presse lui sont régulièrement consacrés et ses réflexions (ou ses "enseignements") sont publiés. Jamais un président n'avait été au cœur de la vie politique chinoise depuis Deng Xiaoping, et celui qui a mis fin à la limite constitutionnelle de deux mandats ne compte pas s'arrêter là et prévoit de renforcer au maximum ses appuis au sein du Parti Communiste Chinois avant le Congrès de 2022.

Publicité

Cette omniprésence est-elle le reflet d'une popularité hors-norme ou est-elle un moyen de masquer ses faiblesses ? Sur fond de rivalité avec les Etats-Unis, de contestations des politiques centralisées chinoises à Hong-Kong ou dans les régions administratives autonomes, et de remises en cause de la conception de Xi Jinping de l'économie nationale, le président chinois ne semble pas faire autant l'unanimité qu'il le prétend. 

Nous évoquerons aussi avec Stéphane Pambrun le dernier livre de Fang Fang, Wuhan, ville close (éditions Stock) : le journal de confinement à Wuhan de l'écrivaine chinoise (qui avait été très largement suivi en Chine puis censuré par les autorités chinoises) est désormais traduit et publié en France et raconte une gestion de l'épidémie bien différente de la version du gouvernement chinois.

Avec nous pour en parler

  • Philippe Le Corre, Chercheur spécialiste du monde chinois à la Harvard Kennedy School et à l'ESSEC
  • Stéphane Pambrun, Journaliste correspondant à Pékin

Aussi au sommaire de cette émission

  • Pas son genre, de Giulia Foïs
  • Le bruit du monde est en Suisse, avec un reportage de Jérémy Lanche sur la Drone Valley et la Covid-19
  • Sous les radars, par Amélie Perrier : en Afrique du Sud, des manifestations contre une pub pour des produits cosmétiques
  • Le monde à l'envers : l'édito de Jean-Marc Four

Programmation musicale

  • OTHER LIVES - Hey hey
  • Nina SIMONE - Ain't got no / I got life

Programmation musicale

  • 18h36
    Hey Hey (radio edit)
    Hey Hey (radio edit)
    Other Lives
    Hey Hey (radio edit)
    Album Hey hey (2020)
  • 18h47
    Ain't got no / I got life (groovefinder remix)
    Ain't got no / I got life (groovefinder remix)
    NINA SIMONE
    Ain't got no / I got life (groovefinder remix)

    Album Remixed and reimagined
    Label RCA

L'équipe