Pékin autorise un troisième enfant : non merci, répondent les Chinois
Pékin autorise un troisième enfant : non merci, répondent les Chinois
Pékin autorise un troisième enfant : non merci, répondent les Chinois  ©AFP - KOKI KATAOKA / YOMIURI
Pékin autorise un troisième enfant : non merci, répondent les Chinois ©AFP - KOKI KATAOKA / YOMIURI
Pékin autorise un troisième enfant : non merci, répondent les Chinois ©AFP - KOKI KATAOKA / YOMIURI
Publicité
Résumé

40 ans après la mise en place de la politique de l'enfant unique, la Chine autorise désormais 3 enfants par couple. Une manière de freiner, tant que c'est encore possible, le vieillissement de la population...

avec :

Valérie Niquet (Responsable du pôle Asie à la Fondation pour la Recherche Stratégique).

En savoir plus

Trois enfants : c'est le nombre de descendants auxquels les couples chinois sont désormais autorisés à donner naissance. Depuis 1979, ils ne pouvaient en avoir qu'un. Une restriction pourtant élargie à deux enfants en 2016, décision censée pallier le vieillissement croissant de la population : la proportion des personnes âgées devrait aller croissante tout au long du siècle. 

Pourtant, l'explosion tant attendue des naissances n'a pas eu lieu. Le taux de fécondité est de 1,3 enfant par femme en Chine, tandis qu'il est de 1,87 en France - le seuil permettant le renouvellement des génération étant établi à 2,1 enfants. Au-delà de l'accord ou non de l'État chinois, c'est donc le manque d'enthousiasme des jeunes générations pour la parentalité qui explique la faible natalité du pays. 

Publicité

Parents à charge, coût élevé de l'éducation, culture de l'enfant unique... Nombreux sont les éléments qui suscitent une telle défiance. L'élargissement de l'autorisation à trois enfants par couple suffira-t-elle à freiner le vieillissement de la population chinoise ? D'une position restrictive, l'État chinois devrait-il passer à une politique incitative pour encourager les naissances ? 

Avec nous pour en parler

Valérie Niquet est responsable du pôle Asie à la Fondation pour la Recherche Stratégique et auteure de La Chine en 100 questions. La puissance et les failles (Tallandier, 2021).

Nous entendrons également un reportage de Dominique André, qui est allé à la rencontre d'un jeune papa chinois ne souhaitant pas de deuxième enfant. 

Le Bruit du monde est au Maroc, où la campagne vaccinale avance à grands pas

Le Maroc est un bon élève de la vaccination ! Le pays fait figure d’exception au Maghreb, et plus largement en Afrique. 6 millions de personnes ont reçu leurs deux doses, Sinopharm ou AstraZeneca. Le rythme de la vaccination suit l’arrivée parfois capricieuse des doses. 

Là bas, la campagne a démarré il y a plus de 4 mois, par tranche d’âge. Aujourd'hui, la vaccination est ouverte au plus de 40 ans. Ce n’est pas obligatoire, et surtout c’est gratuit ! Une vaccination qui va bon train, car une des forces du royaume, c’est de n’oublier personne : due ce soit dans les villes ou dans les zones rurales, dans des coins reculés où pourtant le virus n’a jamais pointé le bout de son nez….

Un reportage signé Anita Garçon.

Également au programme de cette émission

  • Sous les radars , par Amélie Perrier  
  • L'Amérique d'après Trump, par Grégory Philipps  
  • Le monde d'après, l'édito de Jean-Marc Four

Programmation musicale 

DJANGO DJANGO/Charlotte GAINSBOURG - Waking up

BILL WITHERS - Use me

Références

L'équipe

Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintes
Production