La Cour suprême examine une loi du Mississippi qui interdit d'avorter après quinze semaines de grossesse, même en cas de viol ou d'inceste.
La Cour suprême examine une loi du Mississippi qui interdit d'avorter après quinze semaines de grossesse, même en cas de viol ou d'inceste. ©AFP - YASIN OZTURK / ANADOLU AGENCY
La Cour suprême examine une loi du Mississippi qui interdit d'avorter après quinze semaines de grossesse, même en cas de viol ou d'inceste. ©AFP - YASIN OZTURK / ANADOLU AGENCY
La Cour suprême examine une loi du Mississippi qui interdit d'avorter après quinze semaines de grossesse, même en cas de viol ou d'inceste. ©AFP - YASIN OZTURK / ANADOLU AGENCY
Publicité

Ce soir, direction les Etats-Unis. Aujourd’hui, la Cour suprême examine une loi du Mississippi qui interdit l’avortement après quinze semaines de grossesse, même en cas de viol ou d’inceste. Ceci intervient après le passage de la nouvelle loi sur l’avortement au Texas en septembre.

A partir de ce mercredi 1er décembre, la Cour suprême examine un recours de l’Etat du Mississippi pour restreindre le droit à l’avortement. Le président Donald Trump a nommé trois juges, sous sa présidence, qui ont renforcé la majorité conservatrice de la Cour suprême. Ceci fait craindre que la Cour suprême revienne sur le droit à l’avortement dans le pays, acquis en 1973, avec la loi Roe vs Wade.

Après le Texas, c’est le Mississippi qui plaide pour l’annulation de la loi Roe vs Wade. Depuis le 1er septembre, la nouvelle loi sur l’avortement au Texas est en vigueur. La loi Hertbeat Act (« loi du battement de cœur ») interdit les IVG au-delà de six semaines de grossesse, c’est-à-dire à partir du moment où une activité cardiaque est détectée.

Publicité

Ceci remet en cause le droit à l’avortement, car rare sont les femmes qui sont conscientes d’être enceintes à ce stade. Cette nouvelle loi prévoit que toute personne jugée complice d’une IVG peut être poursuivie. La loi encourage également la délation : ceux qui dénoncent ces actes recevront 10 000 dollars. 

On en parle avec Anne Deysine, professeur émérite à l’université Paris-Nanterre. Juriste et américaniste, elle s’est spécialisée sur les questions politiques et juridiques aux États-Unis. 

Les citoyens du Texas sont incités à devenir chasseurs de prime, ça pose la question du fédéralisme"

Comment cette loi peut-elle aller jusqu'à la Cour Suprême alors qu'elle est de fait anticonstitutionnelle ?

"C'est l'affaire la plus importante depuis la réaffirmation du précédent Roe. La Cour Suprême a accepté peu d'affaires, et quand elle en a accepté deux, c'étaient des lois qui réglementaient l'avortement. Qui disaient : il faut que les médecins aient accès à un hôpital etc. Là, c'est différent, cette loi interdit l'avortement après une certaine date, en violation directe du précédent. Pourquoi ? Tout simplement parce que les Etats du Texas, du Mississipi sont dirigés par des républicains. Les républicains, plus globalement, ils ont bien compris que grâce aux trois juges nommés par Trump, ce qu'ils attendent désespérement depuis 50 ans, c'était peut-être le moment ! [...] La Cour Suprême n'est jamais obligée de se saisir d'une affaire sauf que maintenant, il y a tellement de conservateurs, qu'ils vont essayer de revenir sur cette jurisprudence. [...] Le contexte a changé"

Retrouvez la suite de l'entretien dans l'émission. 

Le bruit du monde ce soir est à Afghanistan.

Kandahar, au cœur du territoire des Talibans. C’est en grande partie dans cette ville du sud-ouest de l’Afghanistan, et non de la capitale Kaboul, que les nouveaux maîtres du pays exercent depuis désormais plus de 3 mois le pouvoir. Kandahar, un demi-million d’habitants, a vu naître le mouvement des Talibans au début des années 90, et c’est encore aujourd’hui, la ville la plus conservatrice du pays. Et pourtant, Kandahar ne s’est pas complétement pliée aux nouvelles règles en vigueur, et les Talibans ont bien du mal à appliquer leurs préceptes à la lettre.

Et la suite, c’est Thibault Lefebvre et Arthur Gerbault qui vous racontent. 

Également au programme de cette émission :     

  • Sous les radars avec Sébastien Laugénie.                                                    
  • Le Cinéma en VO avec Alexis Demeyer.

"La fièvre de Petrov" du metteur en scène russe Kirill Serebrenikov. 

  • Le monde d'après avec Jean-Marc Four.  

Programmation Musicale :                

COURTNEY BARNETT : Rae street

Raphael GUALAZZI : Calda estate (dove sei)

Programmation musicale

L'équipe

Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintes
Production
Marie-Claude Pinson
Coordination
Tristan Gratalon
Réalisation
Nathalie Poitevin
Collaboration
Amélie Stadelmann
Collaboration