Publicité
Résumé

Jeudi dernier, Kaïs Saïed a rendu publique le projet de nouvelle Constitution, qui doit être soumis au référendum le 25 juillet. Le projet, très contesté, s’éloigne du régime parlementaire en place en Tunisie pour aller vers un régime ultra-présidentiel, voir autocratique.

avec :

Pierre Vermeren (Professeur d’histoire contemporaine à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialiste du Maghreb).

En savoir plus

En Tunisie, Sadok Belaïd, le chef de la « Commission nationale consultative pour une nouvelle République » était chargé de la rédaction d’une nouvelle Constitution. Et, si le projet publié jeudi dernier par le chef de l’Etat Kaïs Saïed s’en inspire, le juriste affirme qu’il s’éloigne largement des principes démocratiques, et qu’il pourrait « ouvrir la voie à un régime dictatorial ».

En cause, le caractère ultra-présidentiel du nouveau texte de loi. Censé instaurer un système de gouvernance populaire directe, les critiques du projet affirment qu’il s’agit en réalité d’une manœuvre pour attribuer les pleins pouvoirs au Président. Autre point dénoncé : l’article 5 de la Constitution de Kaïs Saïed, qui affirme l’appartenance de la Tunisie à l’Oumma, la « nation islamique ».

Publicité

Le Président a annoncé que le texte serait soumis à référendum le 25 juillet, date anniversaire de son coup de force en 2021, lors duquel il avait instauré un régime d’exception. Durant les courtes semaines qui nous séparent de cette date se déroulera donc une intense campagne électorale pour valider ou non ce projet de Kaïs Saïed.

L’invité :

Pierre Vermeren, Professeur d’histoire contemporaine à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialiste du Maghreb, auteur d'Histoire de l'Algérie contemporaine De la régence d'Alger au Hirak (Nouveau Monde, 2022).

Le Bruit du monde : Darfour, autopsie d’un massacre par Eliott Brachet

Malgré la chute du dictateur soudanais Omar al-Bachir il y a trois ans, la guerre au Darfour n’a pas cessé. Cette région à l’ouest du Soudan, frontalière du Tchad, a sombré en 2003 dans un conflit qui a fait plus de 300 000 morts et près de 3 millions de déplacés. La chute du régime militaro-islamiste en 2019 avait fait naître l’espoir chez les populations locales. Mais, le Darfour est à nouveau plongé dans une spirale de la violence. Le dimanche 24 avril, un millier de miliciens a massacré plus de 179 personnes dont 22 enfants et 12 femmes dans la petite ville de Kreinik. Deux mois après, les habitants ne peuvent sortir du village uniquement sous escorte armée.

Un reportage d’Eliott Brachet.

Egalement au programme de cette émission :

  • Sous les radars, par Sébastien Laugénie
  • Le cinéma en VO, par Corinne Pélissier : Decision to leave de Park Chan Wook
  • Le monde d'après, de Franck Mathevon

Programmation musicale :

BILLIE EILISH - I didn't change my number

RAPHAEL SAADIQ - Radio

Références

Programmation musicale

L'équipe

Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintes
Production
Marie-Claude Pinson
Coordination
Tristan Gratalon
Réalisation
Amélie Stadelmann
Collaboration
Nathalie Poitevin
Collaboration