Moscou vient de tirer lundi un missile contre un de ses anciens satellites, hors d’usage ©Getty - koto_feja
Moscou vient de tirer lundi un missile contre un de ses anciens satellites, hors d’usage ©Getty - koto_feja
Moscou vient de tirer lundi un missile contre un de ses anciens satellites, hors d’usage ©Getty - koto_feja
Publicité
Résumé

Ce soir, direction l’espace. Moscou vient de tirer lundi un missile contre un de ses anciens satellites, hors d’usage. La communauté internationale a dénoncé la dangerosité de cette action, qui expose la Station spatiale internationale aux débris créés.

En savoir plus

Lundi 15 novembre, la Russie tire un missile sur un de ses satellites qui n’était plus opérationnel, provoquant ainsi un champ de débris orbitaux. Les membres de l’équipage de la Station spatiale internationale (ISS), constitué d’un spationaute allemand, de quatre astronautes américains et de deux cosmonautes russes, sont sommés par la Nasa de se mettre à l’abri dans les capsules de leur vaisseau spatial pendant près de deux heures. 

La réaction de la communauté internationale a été unanime, cette action russe était dangereuse. Le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken a déclaré : « La sûreté et la sécurité de tous les acteurs qui cherchent à explorer et à utiliser l’espace extra-atmosphérique à des fins pacifiques ont été imprudemment mises en danger ». Moscou a démenti ces accusations, estimant que les débris ne représentaient « aucune menace ». 

Publicité

La destruction de ce satellite se transforme en incident diplomatique pour les grandes puissances qui se partagent le ciel étoilé. Cette démonstration de force fait craindre une militarisation de l’espace. Les lois qui régissent le domaine spatial sont mal déterminées, et les débris orbitaux causés par la destruction de satellites deviennent de véritables enjeux diplomatiques. 

On en parle avec Paul Wohrer, chargé de recherche pour la fondation pour la recherche stratégique, spécialiste du domaine spatial.  

Le bruit du monde ce soir est en Irak. 

Notre reportage du jour nous emmène en Irak. De nombreux migrants sont originaires de ce pays, situé à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. La plupart viennent de la région autonome du Kurdistan irakien, situé au nord du pays. Cette zone est souvent décrite comme un havre de paix en Irak, mais la réalité est en fait bien plus sombre.

Et la suite, c’est Lucile Wassermann qui vous raconte.

Également au programme de cette émission :                                

  • Sous les radars avec Sébastien Laugénie.                                                    
  • Le Cinéma en VO avec Corinne Pélissier. 

"Olga", un premier film sur une gymnaste ukrainienne pendant les évènements d'Euromaïdan. 

  • Le monde d'après avec Jean Marc Four.  

Programmation Musicale :   

MAC MILLER : Yeah (radio edit)

ELLA FITZGERALD + LOUIS ARMSTRONG : Autumn in New York

Références

Programmation musicale

  • 18h35
    Yeah - bonus (radio edit)
    Yeah - bonus (radio edit)
    MAC MILLER
    Yeah - bonus (radio edit)

    Album Yeah - bonus (radio edit) (2021)
  • 18h47
    Autumn in New York
    Autumn in New York
    ELLA FITZGERALD & LOUIS ARMSTRONG
    Autumn in New York

    Album Ella and Louis Again (2003)
    Label Verve (0602517036918)

L'équipe

Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintès, de 18h à 20h avec "Un jour dans le monde" et "Le téléphone sonne".
Fabienne Sintes
Production
Marie-Claude Pinson
Coordination
Tristan Gratalon
Réalisation
Nathalie Poitevin
Collaboration
Antoine Quevilly
Antoine Quevilly
Antoine Quevilly
Coordination
Amélie Stadelmann
Collaboration