Timothée Chalamet au festival International du Film Festival de Venise en 2022 ©Getty - Mondadori Portfolio
Timothée Chalamet au festival International du Film Festival de Venise en 2022 ©Getty - Mondadori Portfolio
Timothée Chalamet au festival International du Film Festival de Venise en 2022 ©Getty - Mondadori Portfolio
Publicité
Résumé

Pour la première fois en 106 ans d'existence, le Vogue britannique met un homme seul en couverture, et pas n'importe lequel : Timothée Chalamet, incarnation d'une masculinité XXIème siècle.

En savoir plus

Un petit pas pour le papier glacé un grand pas pour l'humanité. La formule est facile mais tout de même c'est historique. En un siècle d’existence, jamais un homme n’avait posé seul en couverture de l'édition anglaise du célèbre magazine « Vogue ». C’est chose faite avec l’acteur franco-américain Timothée Chalamet, pour le numéro d’octobre, qui sort aujourd’hui en kiosques.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

D’après l’édito du rédacteur en chef, Edward Enninful : Timothée Chalamet "incarne l'homme moderne en tant qu'artiste et en tant que personne, il mène une révolution silencieuse dans l’art, la mode et la célébrité". « Silencieuse » le mot a son importance.

Publicité

Même avec son symbolique dos nu rouge à la dernière Mostra de Venise, ou le décolleté plongeant de sa veste à sequins aux derniers Oscars, à 26 ans, Chalamet ne fracasse pas les codes du masculin et du féminin. Ils sont déjà démolis depuis longtemps.

Confère David Bowie bien sûr, mais aussi Prince, Freddy Mercury et tant d’autres. Gainsbourg n'avait-il pas dit au photographe William Klein…

« Fais-moi belle ! »

En fait, Timothée Chalamet incarne un monde et une génération où cette histoire de codes féminin / masculin n’est plus une question. Ou la fluidité des genres et la mixité des vestiaires sont déjà actés. C'est ça qui est nouveau.

D’ailleurs à la question de savoir s’il fallait vraiment mettre un homme de plus dans la lumière, au moment où on cherche à redonner une place trop souvent occultée aux femmes, le Vogue Britannique répond par-delà les cases du genre.

Quant à Timothée Chalamet, boucles brunes surmontant son visage, il nous regarde droit dans les yeux sans en rajouter dans le queer ou l’androgynie. En comparaison, la méga star de la Pop, Harry Styles, portait une robe en une du Vogue Américain. Histoire de bien souligner la bascule….

Même si ce numéro du Vogue Britannique restera collector, cette une s’impose moins comme un coup marketing, que la matérialisation d’une évidence. Chalamet n’est par ailleurs l’égérie d’aucune marque, et ne vise aucun segment du public en particulier. Il donne corps à cet homme nouveau, et aussi à un  nouveau type de Sex-Symbol.

N’est-ce pas les filles …

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En 1916, quand le premier numéro du « British Vogue » a paru, Elizabeth II n’était même née. Cent six ans plus tard, une fois la reine et son XXème siècle, enterrés, Le British Vogue couronne l’homme du XXIème siècle.

Références

L'équipe

Mathilde Serrell
Production
Sophie Hoffmann
Production déléguée