Amazon lançait cette nuit une nouvelle émission « Ring Nation » basée sur des images de vidéo-surveillance et diffusée dans 70 villes américaines.
Amazon lançait cette nuit une nouvelle émission « Ring Nation » basée sur des images de vidéo-surveillance et diffusée dans 70 villes américaines. ©Getty - ANDRZEJ WOJCICKI
Amazon lançait cette nuit une nouvelle émission « Ring Nation » basée sur des images de vidéo-surveillance et diffusée dans 70 villes américaines. ©Getty - ANDRZEJ WOJCICKI
Amazon lançait cette nuit une nouvelle émission « Ring Nation » basée sur des images de vidéo-surveillance et diffusée dans 70 villes américaines. ©Getty - ANDRZEJ WOJCICKI
Publicité

Dans la série le réel c’est de la science-fiction : Amazon lançait cette nuit une nouvelle émission « Ring Nation » basée sur des images de vidéo-surveillance et diffusée dans 70 villes américaines.

Au départ c’est juste un concept télé vieux comme vidéo-gag. Présenter une sélection d’images amateurs avec des vrais gens qui glissent sur des peaux de banane, des demandes en mariage en pleine rue, et des animaux de compagnie qui font des trucs de fou !

Ah les années Bernard Montiel ! 30 ans plus tard, les compilations d’images de caméras de surveillance cartonnent sur Youtube, et avec « Ring nation » Amazon compte surfer sur ce phénomène. Le tout porté avec humour par la stand-upeuse Wanda Sykes, choisie pour assurer les commentaires.

Publicité

Le problème c’est que « Ring Nation » comme son nom l’indique est aussi une pub très souriante pour un produit que détient Amazon : les caméras « Ring ». Installées en général sur les sonnettes de portes. Sous couvert de divertissement, on fait donc aussi la promo d’un réseau de surveillance.

Quand Amazon a racheté la MGM (Metro Goldwyn Meyer), vous savez le studio avec le lion qui sort la tête dans les génériques de films, en mars dernier pour 8,5 milliards de dollars, ce n’était donc pas que pour diffuser des James Bond sur Amazon Prime. C’était aussi pour ce genre de « synergie de groupe » comme on les appelle… La société de caméras « Ring » appartient à Amazon, et la boîte qui produit « Ring Nation » est une filiale d’MGM, qui appartient aussi à Amazon.

« On est jamais mieux servi que par soi-même » parait-il, et comme nous l’assure le communiqué : « Rassembler une nouvelle communauté est au cœur de notre mission chez Ring »

Seulement les caméras Ring font précisément leur beure sur la peur au sein du voisinage, et sans l’accord de ses clients et sans mandat, la société Ring peut fournir des images aux forces de police associées à son réseau de surveillance.

C’est ce que dénoncent plusieurs groupes de défenses de la vie privée et des droits des minorités qui ont demandé en vain le retrait du show. Ils affirment entre autre que Ring a fourni des images de manifestants au moment des marches contre l’arrestation meurtrière de George Floyd.

Moralité Big Brother en rêvait, Amazon l’a fait ?

C’est vrai que dans une Amérique « Post Roe » comme on l’appelle, où la reconnaissance du droit constitutionnel à l’avortement a été cancel « annulé », on pourrait facilement imaginer que les caméras Ring installées devant une clinique fournissent les preuves qu’une patiente a quitté son état pour se faire avorter. Cet été Facebook a bien fourni des échanges messenger privés prouvant qu’une mère du Nebraska avait « validé » les démarches abortives de sa fille. Le Monde Nouveau malheureusement c’est ça aussi, s’habituer à des outils qui se retournent contre les citoyens.