"Visions" série TV de Jeanne Le Guillou et Bruno Dega - François LEFEBVRE / TF1
"Visions" série TV de Jeanne Le Guillou et Bruno Dega - François LEFEBVRE / TF1
"Visions" série TV de Jeanne Le Guillou et Bruno Dega - François LEFEBVRE / TF1
Publicité
Résumé

Ce soir nous parlerons Complot et société secrète avec "Pentaverate" sur Netflix , corruption policière et trafic de drogues avec "We own this city" sur OCS et enfin de Fantômes et de crimes impunis avec "Visions" sur TF1 et Salto.

En savoir plus

Avec nous ce soir pour en parler

  • Isabelle Danel de bandeàpart.fr
  • Ariane Allard de Causette et de Positif
  • Benoît Lagane du 5/7 de Mathilde Munos et de Télématin

"The Pentaverate" sur Netflix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une série en six épisodes

Avez-vous entendu parler du Pentaverate ? Non ? Jamais ? C’est tout à fait normal car c’est une organisation plus secrète que secrète fondée en 1347 lorsque cinq esprits brillants découvrent que la peste noire qui s’abattait sur le monde n’est pas une damnation de Diue mais une maladie due aux rats. Accusés d’hérésie, les cinq scientifiques surent se terrer et fondèrent donc le Pentaverate pour tenter de rectifier et d’influer les événements mondiaux dans un but altruiste et bienveillant.

Publicité

Tout commence lorsque cette société de l’ombre convie un scientifique noir –une première dans l’histoire du Pentaverate– après avoir simulé sa mort lors d’un exercice autoérotique particulièrement acrobatique. De passage à une convention de complotistes purs et durs au sein de la quelle le stand soutenant que la terre est plate ne désemplit pas, un journaliste has been de la chaine canadienne CACA découvre l’existence du Pentaverate et décide avec sa jeune assistante d’enquêter sur cette confrérie.

Entre Dan Brown pour ses intrigues historico secrète et Austin Powers pour la parodie aux très nombreuses et pas toujours finaudes allusions sexuelles, une comédie avec des moyens et quelques bonnes répliques distillées dans un déluge d’humour graveleux.

Pentaverate est une série TV créée par Mike Myers star iconique du Saturday Night Live dans les années 90 et créateur donc dans les années 2000 d’Austin Powers, parodie libidineuse et swing de James Bond. A noter pour les spécialistes du comique canadien que Pentaverate est un spin off de sa comédie noire Quand Harriett découpe Charlie sorti en 1993. Dans les rôles principaux de cette série on retrouve Mike Myers qui interprète ici huit personnages différents, Lydia West (It’s a sin ) et Jennifer Saunders ( Ab Fab ).

"We Own This City" sur OCS

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une série en 6 épisodes

2015, à Baltimore. La ville résonne encore des émeutes qui sont suivi l’arrestation plus que musclée ayant entraîné la mort de Freddie Gray, jeune noir américain de 25 ans. En dépit de la ligne de défense très fragile des forces de l’ordre ayant procédé à l’interpellation meurtrière, pour une fois, l’homicide a été reconnu et les policiers incriminés. C’est dans ce contexte électrique et dans une Amérique qui n’imagine pas un instant l’avènement de Trump au pouvoir un an plus tard que se crée la « Gun trace Task », force censée faire baisser les chiffres d’une criminalité en hausse vertigineuse depuis la mort du jeune homme. Et qui se lance sur la piste d’un dealer qui répand dans les rues une nouvelle drogue particulièrement toxique.

Deux ans plus tard, un certain nombre de ces représentants de l’ordre sont à leur tout en garde à vue, accusés de malversations et de racket. Débute alors une succession de portraits croisés sur deux décennies de flics corrompus et/ou harceleurs mais également d’enquêteurs intègres et émissaires du ministère de la justice qui essaient tant bien que mal de maintenir un équilibre chaque jour plus précaire entre éthique, légalité et méthodes frauduleuses.

Près de quinze ans après la fin de la série The Wire ou Sur écoute en VF, retour à Baltimore pour cette série entre fiction et documentaire, également inspirée comme The Wire d’un essai journalistique signé Justin Fenton et dont la traduction française vient de sortie aux éditions Sonatine . Un excellent ouvrage dont nous parlerons d’ailleurs début juin.

We Own This City est une série TV de David Simon et George Pelecanos créateurs de The Wire d’après l’essai de David Simon. Avec dans les rôles principaux Jon Bernthal, Wunmi Mosaku, Jamie Hector et Josh Charles.

"Visions" sur TF1 et Salto

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une série française en six épisodes

Un petit village s’apprête à fêter les 12 ans de Lily. Tout le monde est là à célébrer le petite filme qui disparait mystérieusement au cours de la soirée. Très vite s’organisent les recherches mais rien n’y fait, l’enfant reste introuvable. La paranoïa gagne la communauté rurale qui cherche à tout prix un bouc émissaire. Quitte à désigner trop vite un coupable. L’enquête débute confiée à un jeune capitaine de gendarmerie fraîchement débarqué, peinant à gagner la confiance des villageois. D’autant que sa compagne, une jeune psychologue, s’intéresse un peu trop aux visions de Diego, huit ans, qui dessiné d’étranges indices qui pourraient être lié à ce fait divers. Mais pas seulement car ses dessins auxquels la jeune femme accorde de plus en plus de crédit, ravivent le souvenir de nombreuses autres disparitions restées inexpliquées…

Un peu de Sixième sens le célèbre film avec Bruce Willis, un soupçon de Broadchurch pour l’ambiance délétère d’un village en proie à l’angoisse et à la vindicte populaire, une série qui entremêle polar tranchant et fantastique assumé.

Visions une signée Jeanne Le Guillou ainsi que Bruno Dega tous deux scénaristes sur À l’intérieur , Gloria et Ils étaient dix . Les six épisodes ont été réalisés par Akim Isker et avec dans les rôles principaux Léon Durieux, Louane Emera ( La Famille Bélier ), Soufiane Guerrab ( Lupin et De bas étage ), Jean-Hugues Anglade, Julien Boisselier, Robinson Stévenin, Max Boublil, Anne Marivin et Sophie Cattani.

Le conseil littéraire

Cœurs vides de Juli Zeh, traduit de l'allemand par Rose Labourie, Actes Sud

Dans notre monde soi-disant moderne et au fond si peu évolué où tout n’est que mercantilisme hégémonique et part de de marché, Bratta jeune allemande habitant à Leipzig avec son mari et leur fille a fondé avec Babak, jeune irakien issu, selon l’expression discutable de l’immigration et gay par ailleurs, une société on en peut plus secrète. En effet, Bretta et Babak mettent sur le marché des candidats aux suicide, prêts à se vendre au plus offrant pour accomplir des attentats au nom d’idéologies extrémistes pour le compte d’associations politiques.

Leur méthode ? Détecter grâce à un logiciel hyper sophistiqué les pauvres ères désespérés n’ayant plus du tout envie de vivre. Le tout sous couvert d’un cabinet censé justement guérir ses clients de leurs pulsions mortifères. Mais alors qu’ils se croyaient les seuls à occuper ce très discutable marché, un attentat dont ils ne sont responsable vient perturber leur mécanique parfaitement huilée. Et au même moment débarque une jeune femme possédant le plus haut potentiel d’idées suicidaires. Le souci c’est que Britta déjà rétive à l’idée d’envoyer une femme se faire exploser, doute peu à peu de la sincérité de cette nouvelle recrue.

Cœurs vide , un pamphlet mordant et virulent, écrit sous l’apparence d’un thriller écrit au premier degré mais à prendre bien évidemment au second. Miroir glaçant et inquiétant de cynisme de notre monde où tout se marchande. Une dystopie désabusée, d’une méchanceté froide qui ne promeut aucune de ses idées nihilistes, mais s’inquiète à travers elles et à fort juste titre de l’amoralité de notre monde et de la perte programmée pour ne pas dire irréversible de notre humanité.

Programmation musicale :

  • La vérité nue, Juniore
  • C Carter, Cordae
  • On s'habitue, Angèle

L’effet miroir de Benoît Lagane

Ou l’actualité racontée par une série, un épisode, un personnage ou une scène culte

Références

L'équipe

Xavier Leherpeur bio pic
Xavier Leherpeur bio pic
Xavier Leherpeur
Production
Xavier Leherpeur bio pic
Xavier Leherpeur bio pic