Grégory Delaplace, anthropologue et directeur d'Etudes à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes - Vincent Micoud
Grégory Delaplace, anthropologue et directeur d'Etudes à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes - Vincent Micoud
Grégory Delaplace, anthropologue et directeur d'Etudes à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes - Vincent Micoud
Publicité
Résumé

Grégory Delaplace, anthropologue, conduit un travail sur la place des morts dans la vie quotidienne en Mongolie. Parallèlement il étudie les archives de la Society for Psychical Research, société savante britannique, qui étudie les phénomènes "paranormaux" (transmission de pensée, apparitions ).

En savoir plus

Grégory Delaplace, anthropologue et directeur d'Etudes à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, a choisi comme journée particulière le 12 septembre 2004. Ce jour-là une femme Tsélé lui a raconté sa rencontre avec un fantôme. Il menait à l’époque un travail sur la place des morts dans la vie quotidienne dans la région montagneuse et désertique du nord-ouest de la Mongolie.

En parallèle à ce travail  en Mongolie, en 2015, Grégory Delaplace commence à étudier à Cambridge en Angleterre les archives de la Société pour la recherche psychique.

Publicité

C'est une société savante qui est fondée en 1882 et qui a pour vocation l'étude des faits paranormaux, c'est à dire tous ces faits qui pourraient être balayée d'un revers de la main par la science, mais qui en fait, selon les fondateurs de cette société qui sont eux mêmes des scientifiques qui doivent être soumis aux mêmes examens raisonné, dépassionné que n'importe quel autre fait d'expérience. Et donc, ils se donnent pour vocation de soumettre à l'examen scientifique des faits qui sont pour le moment inexplicables afin d'en trouver la raison, l'explication et les lois.

Le résultat de cette recherche est l’objet du livre Les intelligences particulières enquête sur les maison hantées, paru aux éditions Vues de l’esprit

On constate que les gens ne racontent pas n'importe quoi en racontant une histoire de fantômes et surtout que ce n'est pas seulement le fait d'une variabilité culturelle, il y a les Anglais qui croient que, les Mongols qui croient que. Non, non, il y a une stabilité de l'expérience qui est au cœur de la perception de l'invisible. Dès lors, on ne peut que se donner pour tâche d'essayer de comprendre le mode d'existence de cette composante du monde des humains

Les références des extraits et archives INA diffusées dans l'émission

  • Archive personnelle de Grégory Delaplace issue de son travail ethnographique en Mongolie, enregistrement du 12 septembre 2004
  • Extrait de musique rituelle mongole, un voyage chamaniques par M. Tseren, mongol buriat, Disque Mongolie, chamanes et Lamas (Edition Radio France)
  • Un extrait du film “Urga” de Nikita Mikhalkov 1991 Lion d’Or à la Mostar de Venise
  • Extrait  "Le seigneur des steppes ou le cheval en Mongolie" , La matinée des autres France Culture 1989
  • Extrait du magazine “Le tribunal de l’impossible, qui hantait le presbytère de Borley ?” ORTF 1968
  • Un extrait du film “L'aventure de Madame Muir” de Joseph L. Mankiewicz 1947
  • Un extrait d’Enquête sur les fantômes 1950

La programmation musicale du jour

Tindersticks avec Carla Torgerson “Travelling light “

Le générique de l'émission

Isabelle Pierre, "Le temps est bon" (1971), remixé par Degiheugi, 2012

Références

L'équipe

Zoé Varier
Zoé Varier
Zoé Varier
Production
Hugo Combe
Hugo Combe
Hugo Combe
Collaboration
Flora Bernard
Réalisation
Fabrice Rivaud
Collaboration
Rémi Sistiaga
Collaboration
Arnaud Plançon
Collaboration