Sofia Teillet consacre une conférence-spectacle à la vie sexuelle des orchidées.
Sofia Teillet consacre une conférence-spectacle à la vie sexuelle des orchidées. - Marguerite Bornhauser
Sofia Teillet consacre une conférence-spectacle à la vie sexuelle des orchidées. - Marguerite Bornhauser
Sofia Teillet consacre une conférence-spectacle à la vie sexuelle des orchidées. - Marguerite Bornhauser
Publicité

Comment parler de l'intelligence des fleurs ? Dans son spectacle "De la sexualité des orchidées", Sofia Teillet raconte avec humour comment les fleurs ont traversé des millions d'années d'évolution avec un seul objectif en tête : se faire féconder.

Avec
  • Sofia Teillet Comédienne

Certain·e·s l'adorent, d'autres la détestent ; une chose est pourtant sûre : l'orchidée est partout. En promotion aux caisses des magasins de bricolage, dans les vitrines des restaurants chinois et japonais, dans les toilettes, dans les intérieurs chics et moins chics. Sous ses airs de fleur exotique, l'orchidée a pourtant réussir à conquérir tous types de lieux. Pendant longtemps, la comédienne Sofia Teillet faisait partie de celles et ceux qui restaient insensibles aux charmes, pourtant aguicheurs, de la plante. Jusqu'au jour où un ex, devenu ami, lui en a offert une, la forçant à changer son regard. Quelques années plus tard, Sofia Teillet a écrit et monté un spectacle, qui prend la forme d'une conférence, intitulé De la sexualité des orchidées et dans lequel, seule en scène, elle dévoile avec passion et humour les dessous de la reproduction de ces fleurs très (trop ?) célèbres.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La chèvre et l'orchidée

Sofia Teillet a choisi comme « Journée particulière » une soirée de l'hiver 2012. La jeune femme est alors en stage en Alsace, à la chèvrerie du Bambois, sur les hauteurs des Vosges alsaciennes, pour apprendre le métier de chevrière. Citadine, elle ne connaissait rien au monde rural ni, plus généralement, à ce que l'on a coutume d'appeler la nature et souhaitait les découvrir. Ce jour-là, elle décide d'aller passer la soirée avec la voisine du chevrier qui l'accueille. Au coin du feu en tricotant, celle-ci lui raconte alors ce qu'elle vient d'apprendre, dans le cadre d'une formation en maraîchage, à propos de la reproduction du figuier.

Publicité

Je n'y connaissais rien en reproduction végétale et je me suis aperçue ce soir-là des aventures qui peuvent se dérouler dans le végétal, que l'on a tendance à voir comme quelque chose de fixe et décoratif.

Sofia Teillet a été totalement fascinée par ce récit. Elle a découvert, en quelque sorte, la complexité et la richesse incroyables du monde végétal. C’est certainement ce jour-là que la jeune femme a compris la dimension théâtrale qu'elle pourrait tirer d’un récit autour du végétal et de sa reproduction.

Il y avait un monde que je ne soupçonnais pas, qui était fait d'intelligence, de collaborations, et qui était aussi extrêmement tragique. [...] C'est assez grec, dans sa façon de faire, le figuier.

Un cours de biologie pas comme les autres

De retour en ville, Sofia Teillet a voulu en savoir davantage et s'est plongée dans de nombreuses lectures consacrées aux mondes végétaux et, plus particulièrement, dans l’œuvre du poète Maurice Maeterlinck, auteur notamment d'un essai intitulé L'Intelligence des fleurs. La lecture de Maeterlinck a modifié le regard qu'elle portait sur les plantes. Sofia Teillet a commencé à appréhender le monde végétal autrement. Petit à petit, à mesure qu'elle engrangeait des connaissances sur le sujet, l'idée d'un spectacle-conférence a germé. Ainsi est née De la sexualité des orchidées, qu'elle a joué à de multiples reprises depuis 2018 et notamment du 13 au 21 octobre 2021 au 104, à Paris.

Elle a choisi une forme légère, en relation directe avec le public, dont elle fait son partenaire. La durée du spectacle est variable parce qu'elle y improvise beaucoup. Chaque soir, la pièce est un peu différente, mais le socle est commun, la trame connue : Sofia Teillet incarne une conférencière totalement possédée par son sujet, dessinant, hésitant, gesticulant pour mimer le voyage des grains de pollen, s'essoufflant à reproduire la course des insectes dans l'air. Il y a chez elle quelque chose du clown ; on n'est jamais loin de l’absurde.  

En travaillant sur ce spectacle, à son écriture, il y a un moment, au milieu de toutes ces recherches où, vraiment, j'ai connu un sentiment de vertige : la vie n'a pas de sens, mais ce n'est pas négatif ; la vie n'est que la vie, on ne peut pas faire mieux que de vivre.

La conférence de Sofia Teillet est une leçon de choses, drôlissime et passionnante, une méditation sur l’évolution, sur la sexualité, sur les plantes et, bien sûr, sur l'humain.

La fleur n'est autre que le sexe de la plante, explique Sofia Teillet dans "De la sexualité des orchidées"
La fleur n'est autre que le sexe de la plante, explique Sofia Teillet dans "De la sexualité des orchidées"
© Getty - C Squared Studios

Agenda

Sofia Teillet présente De la sexualité des orchidées :

D'autres dates s'ajouteront prochainement, à La Réunion, notamment. La liste complète sera mise à jour régulièrement sur le site de L'amicale.

Pour aller plus loin

En savoir plus sur le travail de Sofia Teillet sur le site de L'amicale, plate-forme coopérative de production.

Les références des ouvrages cités dans l'émission

Les références des extraits et archives Ina diffusés dans l'émission

  • "La sensibilité au vital", Jean Rostand parlant de Maurice Maeterlinck, Université radiophonique internationale, RTF, 1962
  • "On peut être amoureuse d'une orchidée", Juliana Seraphim dans Nuits magnétiques, France Culture, 1984
  • La bande-annonce et un extrait du spectacle De la sexualité des orchidées de Sofia Teillet
  • "Le mimétisme chez l'orchidée", Jean-Marie Pelt dans Perspectives scientifiques, France Culture, 1988
  • "L'orchidée et la pensée", Chantefables et chantefleurs de Robert Desnos, 1996
  • "L'intelligence du végétal", Francis Hallé dans Science publique, France Culture, 2013
  • "Qu'est-ce qu'une plante ?", Emanuele Coccia dans Les Discussions du soir, France Culture, 2016

La programmation musicale du jour

  • Mort Garson, "Plantasia", 1976
  • Christian Delagrange, "Comme une orchidée", 1973
  • Andrea Laszlo De Simone, "Vivo", 2021
  • Václav Hálek, "Boletus Satanas Ssp. Pseudosatanas", tiré de L'Atlas musical des champignons, 2003

Le générique de l'émission

Isabelle Pierre, "Le temps est bon" (1971), remixé par Degiheugi, 2012

L'équipe