France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Feuilleton en immersion dans une brigade anticriminalité, une de ces brigades sous les feux de l'actualité ces dernières semaines, avec le procès de policiers marseillais jugés pour des trafics. Comment travaillent les policiers de la BAC ? Sophie Parmentier a partagé leur quotidien.

En savoir plus

Ils sont 47 policiers à la BAC de Rouen. Le "chef BAC" s'appelle Tony, vingt-ans de terrain, "à courir après le bandit". Yannick est le commandant de police qui dirige cette unité. Les "baqueux" de Rouen se voient "comme une famille". Sophie Parmentier et Laurent Macchietti ont passé une semaine en leur compagnie.

A la BAC de Rouen, les effectifs sont surtout masculins. Tony, le "chef BAC", a dans son équipe quarante-deux hommes et quatre femmes. La benjamine a 28 ans, et se sent parfois "protégée" par ses collègues, mais a l'impression de "devoir prouver deux fois plus". Elle s'insurge contre les violences policières, affirme qu'elle ne s'est jamais dit "on a fait une connerie", voudrait que la population ait en tête que la police fait face à des situations souvent très tendues. Amadou, lui, est "le seul black de la BAC". Il en rigole. Et explique que souvent, sa couleur de peau lui vaut d'être encore plus ciblé que certains de ses collègues, dans certains quartiers populaires, comme sur "Les hauts de Rouen", dit "Les hauts". Là-bas, il s'est plusieurs fois entendu dire qu'il était un "traître", et son nom a été tagué sur les murs. Dans ces quartiers, Amadou, comme François, ont déjà été visés par des tirs de mortiers.

Publicité
Références

L'équipe

Sophie Parmentier
Journaliste