Bérangère Le Boëdec, juge d'application des peines à Alès ©Radio France - Charlotte Piret
Bérangère Le Boëdec, juge d'application des peines à Alès ©Radio France - Charlotte Piret
Bérangère Le Boëdec, juge d'application des peines à Alès ©Radio France - Charlotte Piret
Publicité
Résumé

La juge Bérengère Le Boëdec en est convaincue, la prison n'est pas la meilleure solution: "pour réinsérer une personne, il est plus facile de le faire quand elle exécute sa peine à l'extérieur". Mais le condamné qui a bénéficié d'un aménagement et qui n'a pas respecté ses obligations va devoir s'expliquer...

En savoir plus

Deux fois par semaine, Bérengère Le Boëdec préside des débats contradictoires, avec un représentant du procureur et une représentante du service d’insertion et de probation, le SPIP, le service de l’administration pénitentiaire qui suit les personnes condamnées quand elles effectuent leur peine à l'extérieur. 

Ici, la juge a convoqué un homme condamné pour des violences envers sa compagne à une peine de deux ans de sursis avec mise à l'épreuve. La représentante du procureur souligne qu'il est toujours dans le déni des faits, et qu'il n'a pas respecté l'obligation de soin: elle penche pour une incarcération, car pour elle "ce serait absurde de faire cadeau à Monsieur de cette peine!"

Publicité

Le condamné répond qu'il ne comprend pas, "je me suis fait violence pour arrêter de fumer et de boire" dit-il, "ça ne devrait plus poser de problème". La peine en dehors de la prison a-t-elle encore un sens dans ce cas? La JAP va devoir trancher.

Bérengère Le Boëdec explique pourquoi elle a souhaité se tourner vers cette fonction méconnue de juge d'application des peines: "je voulais vraiment occuper ce poste notamment après avoir présidé des audiences correctionnelles, parce que ce qui est intéressant c'est aussi de voir comment la peine va évoluer [...], en fonction de l'évolution du condamné".

Références

L'équipe

Charlotte Piret
Journaliste