Yves Coppens, le 2 décembre 2016 chez lui à Paris
Yves Coppens, le 2 décembre 2016 chez lui à Paris
Yves Coppens, le 2 décembre 2016 chez lui à Paris ©AFP - Lionel Bonaventure
Yves Coppens, le 2 décembre 2016 chez lui à Paris ©AFP - Lionel Bonaventure
Yves Coppens, le 2 décembre 2016 chez lui à Paris ©AFP - Lionel Bonaventure
Publicité
Résumé

Yves Coppens, paléontologue, professeur au Collège de France, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie de médecine raconte dans un livre "Origines de l’Homme, origines d’un homme" sa vie consacrée à l'histoire de l'homme.

avec :

Yves Coppens (Paléontologue et paléoanthropologue, professeur émérite au Collège de France).

En savoir plus

Yves Coppens

Une semaine en France avec, à nos côtés, un homme qui est une machine à remonter le temps : le paléontologue Yves Coppens, tour à tour surnommé "l’homme du Mammouth", "l’homme du Tchad", puis "le papa de Lucy", puis qu'il est le co-découvreur de "Lucy", l'australopithèque âgée de 3,2 millions d'années ", en 1974 dans le désert éthiopien.

Depuis des dizaines d’années, il est à la recherche de notre passé. Cette fois-ci, il se penche sur sa propre histoire dans un livre qui commence en Bretagne et nous emmène un peu partout dans le monde : "Origines de l'homme, Origines d'un homme - Mémoires " (Odile Jacob).

Publicité

Lucy

C'était en 1974. Dans ses mémoires Yves Coppens consacre un long chapitre à celle qui a changé sa vie. Il raconte la découverte des ossements sans qu'il prenne conscience immédiatement de l'importance de cette découverte : "On savait que ces terrains là avaient autour de 3 à 4 millions d'années, on savait que dans ces couches là, on pouvait trouver des hominidés parce qu'on en avait trouvé ailleurs. Dès 1973, on en a découvert. C'est pour ça que les premiers éléments de Lucie, c'étaient des éléments d'hominidés à nouveau, c'était très intéressant, mais sans plus. Et puis, à force d'en trouver et d'en trouver d'autres, puis d'autres encore, il s'est avéré que ceci avait l'air de constituer un seul squelette, un seul individu."

L'équipe de chercheur trouve alors 52 ossement ce qui permet de reconstituer 40% du squelette : "D'une seule personne. Dans la mesure ou, comme vous le savez, nos os sont souvent en paire. Quand on avait celui de droite, on pouvait faire celui de gauche. Donc ça a permis de reconstituer Lucie et de reconstituer sa silhouette. Et c'est ça qui a fait qu'elle est devenue connue, qu'elle est devenue proche, qu'elle est devenue sympathique, vivante, c'est parce qu'on l'a reconstituée en quelque sorte."

Pour l'anecdote, on doit le prénom de Lucie à une Américaine qui était de passage et qui a pensé la chanson des Beatles

Titre musical : extrait des variations Golberg de Bach par Glenn Gould.

Les Bonnes Ondes de Sandrine Oudin

Halte au gaspillage grâce à un frigo collectif installé devant un restaurant dans le 18e arrondissement de Paris.

Références

L'équipe

Claire Servajean
Production
Irène Ménahem
Collaboration