Publicité
Résumé

Romy Trajman co-réalise Le divorce de mes marrants, une enquête sur le divorce de ses parents, mais aussi sur les effets des non-dits familiaux. En salles à partir du 22 juin.

En savoir plus

Elle s’appelait Sarah, elle n’avait pas huit ans.

Sa vie c’était douceur, rêves et nuages blancs.

Publicité

Mais d’autres gens en avaient décidé autrement.

A commencer par ses marrants. Ses parents. Des amoureux, qui s’marraient plus vraiment, pas comme quand ils s’étaient mariés, alors ils se sont démarriés, et c’est Sarah qui s’est retrouvée à écoper, à réparer, à comprendre et à colmater, les trous, les brèches, les bleus, les bosses, que l’amour fait quand il se casse, là c’est un rêve que l’on fracasse, le Ricoré qui boit la tasse.

Sarah voit la terre s’éventrer, sous ses pieds elle pourrait sombrer. Quoi comment on l’aurait trompée ? « On va s’aimer » dit Montagné, Gilbert en boucle dans son casque, quand c’est pas Julio Iglesias, qui lui soigne ses « bleus à l’âme », « bonjour tristesse », « aimez vous Brahms »… Sarah Sagan, elle la dévore, comme une idée de la liberté, par là elle pourrait s’échapper, rouler très vite et frapper fort, dans les rotules de ses poupées, dans la face de ses playmobil, dans ses souvenirs de petite fille, éclater la gueule à l’enfance, bienvenue dans l’adolescence. Ca suinte de rage, et de violence, dans les veines, dans son ADN, fascination pour « Le Parrain », option cheval décapité, tendance famille dynamitée. Oh mais qu’est-ce que ça fait du bien. Dans sa chambre elle l’a punaisé, Al Pacino collé au mur, le Père Noël est une ordure, son deuxième film préféré. Ses parents se sont déchirés, le nucléaire a explosé, Sarah apprend le grand écart, surtout penser à s’adapter, faire de sa vie, une œuvre d’art, de Série A ou Série B, elle s’en moque, laissez la rêver… Et elle le sait, Nietzsche le disait « il faut porter du chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse ».

Le chaos c’est bon, il est là. Sarah le touche, Sarah le voit. Y a plus qu’à prendre une caméra. L’étoile elle va la tutoyer. Personne ne l’empêchera de danser.

Romy Trajman co-réalise Le divorce de mes marrants, une enquête sur le divorce de ses parents, mais aussi sur les effets des non-dits familiaux. En salles mercredi 22 juin.

Le divorce de mes marrants, un film co-réalisé par Romy Trajman et Anaïs Straumann-Lévy

PROGRAMMATION MUSICALE

Djeudjoah & Lt Nicholson, « Pas si vite »

Romy Trajman, « Mon père »

Angel Olsen "All the good times"

Références

L'équipe

Ophélie Vivier
Collaboration