France Inter
France Inter
Publicité

Très connue sur la plateforme Twitch, elle est devenue un déversoir à haine de la part de diverses communautés de streameurs.

Elle s’appelle Ultia, 27 ans, 267 mille abonnés sur la plateforme de streaming Twitch. Sa spécialité : les jeux vidéos Nintendo tels que Animal Crossing ou Mario Kart. Comme beaucoup, Ultia s’est fait connaître pendant le confinement, où elle a percé sur Twitch grâce à ses lives où elle jouait en ligne avec un public essentiellement féminin. Ça a tellement bien fonctionné qu’elle a démissionné de son travail pour se consacrer entièrement à ça.

Sauf qu’aujourd’hui, quand on tape Ultia sur Google, son nom est associé aux termes harcèlement, sexisme, et misogynie. Il suffit de voir ce qu’il s’est passé ce weekend. 20 des plus gros streamers français ont participé au Eleven All star game, un match de foot retransmis en direct sur Twitch. Record de vues battu avec plus de 1 million deux cent mille spectateurs. Mais au-delà du nom de l’event et de ses joueurs qui ont monopolisé les tendances sur Twitter, il y avait aussi le nom d’Ultia qui était en Trending topic… c’est à dire parmi les sujets les plus commentés sur Twitter. Ultia, qui ne participait pas au Eleven all star game, et qui n’en a jamais parlé. Du coup, elle a décidé de tweeter.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Il faut savoir que cette situation n’est pas nouvelle pour elle car depuis un certain temps, Ultia est devenu le punching ball de plusieurs communautés de streamers, qui l’accusent de tous les maux en se moquant d’elle. Elle prend des vagues constantes de harcèlement sur les réseaux, se fait traiter de tous les noms, avec des images qui l’a caricature. Là pour l’évènement en question, beaucoup se moquaient de son féminisme en imaginant ses réactions face au match. Mais attention, je ne vous parle pas de 50 tweets, mais de plus de 10 000 tweets, tous des messages de dénigrement.

Une vague de haine qui a démarré il y a un an. Pendant l’un de ses lives, Ultia a eu le malheur de dénoncer un comportement qu’elle jugeait misogyne au Ze Event, l'événement caritatif où des streamers jouent en direct pour des associations. Elle a critiqué l’attitude du streameur Inoxtag, qui était en train de se moquer de façon très séxiste d’une jeune fille présente avec lui en direct. Il a profité du fait que cette jeune fille ne parle pas français, pour dire des choses comme “c’est moi qui vait la soulever” ou “j’ai le braquemard à fond’. Bref de la belle poésie. Sauf que si le Tchat de Inoxtag était mort de rire, ainsi que d’autres streamers présents à ses côtés, ça n’a pas du tout eu le même effet sur Ultia qui a réagi sur son direct : "C'est scandaleux en fait ! Tout le monde est en train de la fétichiser parce qu'elle parle pas français. Mais ça fait rire personne en fait, ça fait rire que les misogynes !".

Inoxtag s’est par la suite expliqué avec elle, mais c’était déjà trop tard. Ses fans étaient déjà en train de harceler Ultia sur les réseaux. Et quand on sait que Inoxtag est suivi par plus d’un million de personnes sur Twitch, ça vous donne une idée du déferlement qui a pu s’abattre sur Ultia. Ces messages allaient de critiques sur son physique aux appels au viol… Depuis ça, elle est donc devenu la femme à abbatre pour une grande communauté de Twitch...souvent très misogyne. Je rappelle que 8 utilisateurs de Twitch sur 10 sont des hommes, ça n’aide pas. Ce week-end, donc, rebelotte. Ultia a été une nouvelle fois victime d’harcèlement, si bien que le streameur Domingo a pris la parole sur Twitter la soutenir Ultia. Amine quant à lui, l’organisateur du Eleven all star game, en a aussi parlé dans un live. Sauf que si la réaction de Domingo a été saluée, celle d’Amine a pas mal été critiquée car il qualifie le harcèlement subi par Ultia de “vannes”. Un mot quelque peu réducteur au vu des menaces qu’elle peut recevoir.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Notons quand même que les streameurs hommes prennent de plus en plus la parole pour défendre leurs collègues féminines. Oui tout n’est pas encore parfait, et il y a encore beaucoup de travail pour faire changer les mentalités, mais c’est aussi sur eux qu'il faut compter car leurs communautés sont composées de millions de fans. Et ce sont ces même fans qu’il faut éduquer.