Portrait de Bob Marley le 9 juillet 1970 à Kingston, Jamaïque. ©Getty - Charlie Steiner - Hwy 67 Revisited
Portrait de Bob Marley le 9 juillet 1970 à Kingston, Jamaïque. ©Getty - Charlie Steiner - Hwy 67 Revisited
Portrait de Bob Marley le 9 juillet 1970 à Kingston, Jamaïque. ©Getty - Charlie Steiner - Hwy 67 Revisited
Publicité
Résumé

En 1972, Bob Marley rencontre le producteur Chris Blackwell et la chance tourne enfin pour le chanteur. Chris Blackwell est le fondateur de la maison de disques Island Records et il voit immédiatement le potentiel du musicien rasta.

En savoir plus

« Jah Live », Jah est vivant, c’était la réponse de Bob Marley à la nouvelle qui s’était répandue à la fin de l’été 1975 : Haïlé Sélassié, le Roi des Rois, le Lion de Judah, le prophète, le sauveur dont la Bible avait annoncé la venue, le Rastafari en personne, était mort. 

Dans Babylone, une rumeur disait même que Mengistu, le dictateur communiste dont l’organisation, le DERG, avait pris le pouvoir en Éthiopie, l’avait lui-même étouffé dans son palais avec un oreiller. 

Publicité

Évidemment, tout ça, pour les Rastas, c’était de la propagande. Haïlé Sélassié ne pouvait pas mourir, comment un dieu vivant pouvait-il mourir ? Non, bien sûr, il s’était caché quelque part, il allait revenir, 

Jah Live, Jah est vivant, c’était la réponse de Bob Marley. Bob Marley qui, dans la chanson « War » qu’on a entendue tout à l’heure, toujours extraite de Rastaman Vibration, a choisi de faire vivre Sélassié en citant, mot à mot, le discours que celui-ci avait prononcé devant l’Onu en 1963 : 

Tant que la philosophie établissant qu’il est une race supérieure et d’autres inférieures ne sera pas abolie à jamais et une fois pour toutes, tant qu’il y aura des citoyens de première et d’autres de seconde classe, tant que la couleur de la peau d’un homme aura plus d’importance que celle de ses yeux, l’Afrique ne connaîtra pas la paix, 

Bob Marley, dans sa chanson va plus loin, disant : il y aura la guerre. 

Des paroles qui résonnent encore aujourd’hui, dans un tout autre contexte.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Bob Marley & the Wailers : 

  • « Roots, Rock, Reggae - Live at the Roxy » extrait de l’album « Rastaman Vibration (Deluxe Edition) » 
  • « War » extrait de l’album « Rastaman Vibration (Deluxe Edition)  » 
  • « Crazy Baldhead » extrait de l’album « Rastaman Vibration (Deluxe Edition) » 
  • « Johnny Was - Alternate Mix » extrait de l’album « Rastaman Vibration (Deluxe Edition)  » 
  • « Introduction - Live at the Roxy Show » extrait de l’album « Rastaman Vibration (Deluxe Edition)  » 
  • « Want More - Live at the Roxy Show » extrait de l’album « Rastaman Vibration (Deluxe Edition)  » 
  • « Night Shift » extrait de l’album « Rastaman Vibration (Deluxe Edition) » 
  • « Jah Live » extrait de l’album « Rastaman Vibration (Deluxe Edition) » 
  • « Smile Jamaica - Single Version » extrait de l’album « Kaya » 

Bob Marley : 

  • « Dew Drops » extrait du titre « Acoustic Medley » coffret « Songs of Freedom » 
  • « Heat of the Day » enregistrement privé 
Références

L'équipe

Michka Assayas
Production