Kraftwerk pendant un concert à la Fondation Louis Vuitton à Paris le  le 6 novembre 2014.  ©Getty - David Wolff - Patrick
Kraftwerk pendant un concert à la Fondation Louis Vuitton à Paris le le 6 novembre 2014. ©Getty - David Wolff - Patrick
Kraftwerk pendant un concert à la Fondation Louis Vuitton à Paris le le 6 novembre 2014. ©Getty - David Wolff - Patrick
Publicité
Résumé

Ce soir, Michka Assayas sera assisté par des machines. Donc, beaucoup de sons électroniques, ce qui n’exclut pas, vous allez l’entendre, la sueur et l’effort.

En savoir plus

"Sans Kraftwerk, c’est simple : David Bowie serait resté un chanteur de rock théâtral un peu désuet, l’électro-pop n’aurait pas existé, Joy Division ne serait pas né et le hip-hop et la techno n’auraient jamais vu le jour, en tout cas pas tels qu’on les connaît. C’est dire l’importance de ce groupe, très peu, voire pas du tout compris, à ses débuts. Un groupe à contre-courant, formé par deux étudiants de Conservatoire, Ralf Hütter et Florian Schneider, influencés par l’avant-garde de leur temps, en particulier par les recherches de Karlheinz Stockhausen, le courant psychédélique, alors inévitable, et le free jazz. Stockhausen dont l’enseignement, dispensé à Berlin Ouest, a beaucoup marqué les débuts du rock allemand, je pense notamment au groupe Can, à Cologne. Alors, pourquoi à contre-courant ? Eh bien parce qu’était déjà apparue, à la naissance de Kraftwerk, une musique populaire nouvelle fabriquée aux moyen de synthétiseurs. Les synthétiseurs étaient alors des instruments nouveaux, extrêmement chers, à la dimension massive et au maniement complexe, dont l’utilisation semblait réservée à des musiciens qui étaient aussi des ingénieurs."

  • Kraftwerk : « Elektro Kardiogramm - 3-D » extrait de l’album « 3-D The Catalogue »
  • DJ Hell : « Wild at Art » extrait de l’album « Zukunftsmusik »
  • Suuns : « Instrument » extrait de l’album « Hold/Still »
  • The Magnetic Fields : « ’81 : How to Play the Synthesizer » extrait de l’album « 50 Song Memoir »
  • The Brian Jonestown Massacre : « Ich Bin Klang » extrait de l’album « Don’t Get Lost »
  • Perfume Genius : « Wreath » extrait de l’album « No Shape »
  • Erasure : « A Bitter Parting » extrait de l’album « World Be Gone »
  • Jane Weaver : « Slow Motion (Radio Edit) » single
  • Pixx : « I Bow Down » single
  • Jenny Hval : « Female Vampire » extrait de l’album « Blood Bitch »
Références

L'équipe

Michka Assayas
Production