Thurston Moore, guitariste et l’un des membres fondateurs du groupe Sonic Youth en concert pendant le festival Best Kept Secret, Hilvarenbeek, Pays-Bas, 17 juin 2017.
Thurston Moore, guitariste et l’un des membres fondateurs du groupe Sonic Youth en concert pendant le festival Best Kept Secret, Hilvarenbeek, Pays-Bas, 17 juin 2017.
Thurston Moore, guitariste et l’un des membres fondateurs du groupe Sonic Youth en concert pendant le festival Best Kept Secret, Hilvarenbeek, Pays-Bas, 17 juin 2017. ©Getty - Paul Bergen / Redferns
Thurston Moore, guitariste et l’un des membres fondateurs du groupe Sonic Youth en concert pendant le festival Best Kept Secret, Hilvarenbeek, Pays-Bas, 17 juin 2017. ©Getty - Paul Bergen / Redferns
Thurston Moore, guitariste et l’un des membres fondateurs du groupe Sonic Youth en concert pendant le festival Best Kept Secret, Hilvarenbeek, Pays-Bas, 17 juin 2017. ©Getty - Paul Bergen / Redferns
Publicité
Résumé

Very Good Trip sera très bruyant ce soir mais vous ne risquez rien avec ou sans bouchon d'oreilles;

En savoir plus

Le bruit, enfin plus exactement le recours délibéré au bruit dans le rock de la période, celle de l’après-punk, ou de l’avant-grunge, si vous préférez, soit le milieu des années quatre-vingt. Oui, l’art de sculpter le bruit comme une matière visqueuse, une pâte à modeler sonore, l’art d’en faire un élément indissociable d’un morceau de rock, au même titre que la guitare, la basse et la batterie. Ça a été celui de Sonic Youth, on peut même dire que Sonic Youth l’a inventé, bon, c’est peut-être beaucoup dire, mais en tout cas a été le premier à le systématiser. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Sans Sonic Youth, eh bien déjà, Nirvana n’aurait pas sonné pareil, et une musicienne comme PJ Harvey, je cite délibérément les plus connus, n’aurait sans doute pas été traversée par l’idée d’explorer certains territoires sonores extrêmes. 

Publicité

La première fois que Sonic Youth s’est produit sur scène, c’était dans le cadre d’un festival que son co-fondateur, Thurston Moore, avait organisé à New York, en 1981, et qui s’appelait « Noise », comme bruit, évidemment. 

Alors, bien sûr, les recherches et expérimentations portant sur le bruit, sur les distorsions que le bruit peut entraîner dans la musique que l’on produit, et même la notion que le bruit lui-même peut constituer une, entre guillemets, musique à part entière, ce n’est pas Sonic Youth qui les a inventées, il s’en faut. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Kim Gordon, la cofondatrice de Sonic Youth, qui baignait dans un milieu à la fois intellectuel et artistique, avait découvert ce qu’on appelait alors à New York la « no wave », la non-vague, un terme utilisé, par dérision, en référence à la new wave, la nouvelle vague, qui alors désignait des groupes comme Television, les Talking Heads ou Blondie. Un courant qui rejetait la facilité commerciale, les mélodies et riffs de guitare bateau, pour explorer des territoires moins rassurants, et même carrément plus inquiétants : la dissonance, les gammes atonales, le free jazz et aussi la provocation et l’agressivité scénique. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Je pense en particulier au saxophoniste James Chance, grande figure de ce courant, grand héroïnomane, aussi, qui agressait des membres du public et allait parfois jusqu’à se battre avec eux. 

Et dans ce courant no wave, il y avait aussi des compositeurs qui procédaient de leur côté à des recherches aventureuses sur le son, les sons, ils pouvaient avoir étudié la musique dans des conservatoires, comme Rhys Chatham, ou être autodidactes, comme Glenn  Branca. 

À New York, Glenn Branca appliquait ses recherches à la guitare électrique, il est le premier à avoir composé et dirigé des symphonies pour guitares électriques, cent guitares électriques jouant à l’unisson. Vous pouvez imaginer le raffut que ça fait, les harmoniques bizarres, les dissonances, les bruits parasites. Glenn Branca a joué un rôle clé dans la formation de Sonic Youth, déjà parce que Thurston Moore avait postulé, sans succès, d’ailleurs, pour faire partie de son ensemble. Et surtout parce qu’il est le premier à avoir diffusé les enregistrements du groupe, en 1982, via son étiquette discographique Neutral. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour vous donner une idée de la façon d’à quoi ressemblaient les premiers concerts de Sonic Youth, dans ces premières années ou premiers mois, imaginez Thurston Moore frappant sa guitare au moyen de tiges métalliques et l’autre guitariste, Lee Ranaldo, maniant une perceuse électrique branchée sur un pédalier d’effets. 

Ce soir, rassurez-vous, je ne vais pas vous faire un cours sur le recours au bruit en général dans le rock, le feedback des amplis, l’effet fuzz, la distorsion, tout ça, il faudrait parler du Velvet Underground, des Stooges de Iggy Pop et même de Jimi Hendrix et aborde toute l’histoire du hard rock et du metal. Ce qui n’est pas le but. Il se trouve simplement que dans cette démocratisation, pour ainsi dire, des recherches bruitistes, comme disent certains, propres à l’avant-garde new-yorkaise, grâce en grande partie à Sonic Youth, eh bien tout un foisonnement de jeunes groupes, aux quatre coins des États-Unis, appartenant à un prolongement du punk rock qu’on a appelé le hardcore, ont eu envie d’intégrer le bruit pur à leurs chansons.

  • Sonic Youth : « Kool Thing » extrait de l’album « Goo » 
  • Hüsker Dü : « New Day Rising » extrait de l’album « New Day Rising » 
  • Dinosaur Jr. : « Freak Scene » extrait de l’album « Bug » 
  • Big Black : « The Model » extrait de l’album « Songs About Fucking » 
  • The Jesus Lizard : « Mouth Breather » extrait de l’album « Goat » (Remaster/Reissue) 
  • Cherubs : « Blackhouse » extrait de l’album « Heroin Man » 
  • PJ Harvey : « Snake » extrait de l’album « Rid of Me » 
  • Mudhoney : « Touch Me I’m Sick » extrait de l’album « Superfuzz Bigmuff » (Deluxe Edition) 
  • Butthole Surfers : « Birds » extrait de l’album « Electriclarryland » 
  • Nirvana : « Tourette’s » extrait de l’album « In Utero » (20th Anniversary Remaster) 
  • Helmet : « Unsung » extrait de l’album « Meantime » 
  • Cows : « Heave Ho » extrait de l’album « Cunning Stunts » 
  • Brainiac : « NOTH1NG 3VRR CHAN935 » extrait de l’album « Hissing Prigs in Static Couture » 
  • Sugar : « A Good Idea » extrait de l’album « Copper Blue » 
Références

L'équipe

Michka Assayas
Production