Le pianiste, auteur-compositeur-interprète et acteur Little Richard arrivant à Sydney le 13 janvier 1974 pour un concert au pavillon Hordern. ©Getty - Fairfax Media
Le pianiste, auteur-compositeur-interprète et acteur Little Richard arrivant à Sydney le 13 janvier 1974 pour un concert au pavillon Hordern. ©Getty - Fairfax Media
Le pianiste, auteur-compositeur-interprète et acteur Little Richard arrivant à Sydney le 13 janvier 1974 pour un concert au pavillon Hordern. ©Getty - Fairfax Media
Publicité
Résumé

Very Good Trip continue de célébrer celui sans lequel le rock’n’roll n’aurait jamais existé.

avec :

Paul McCartney (Musicien, auteur-compositeur, chanteur), Led Zeppelin (Groupe de musique), Little Richard (Chanteur).

En savoir plus

On l’a célébré hier soir mais, ce soir, dans cette seconde émission, on va prendre la mesure de l’importance, immense, qu’il a eue sur la façon de chanter le rock’n’roll et même, c’est plus difficile à faire entendre mais je suis sûr que vous le sentirez, sur la façon d’incarner le rock’n’roll. 

Les Beatles avaient plusieurs chansons de Litlle Richard à leur répertoire de scène et c’est toujours Paul McCartney qui les chantait : « Long Tall Sally », « Lucille ». Alors ça a été naturel pour lui d’en écrire à la façon de Little Richard, c’est comme s’il avait ça dans le sang. 

Publicité

Oui, c’est vrai, John Lennon a repris « Rip It Up » et « Slippin’ and Slidin’ » dans son album solo de 1975, « Rock n Roll » mais, sans lui manquer de respect, c’est moins fort. 

Seul McCartney a été capable de trouver en lui cette voix haute, écorchée, d’enfant fou, qu’il a su d’ailleurs sortir de lui pour chanter « Helter Skelter », sans doute la prouesse vocale la plus frénétique qu’on puisse entendre dans toute l’œuvre enregistrée des Beatles. 

Entre parenthèses, ça m’a toujours laissé songeur et ça continue à le faire quand, encore aujourd’hui, des amateurs de musique, de bonne foi, encore aujourd’hui, parlent du sage McCartney et du sauvage Lennon. 

Question d’image, sans doute, un cliché qui a la vie dure mais qui ne tient pas la route quand, tout simplement, on écoute.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

The Beatles : « I’m Down » extrait de la compilation «  Past Masters - Remastered 2009 » 

The Animals : « The Girl Can’t Help It - 1997 Remaster » extrait de l’album « The Animals » 

The Sonics : « Keep a-Knockin’ » extrait de l’album « The Savage Young Sonics » 

Mitch Ryder : « Devil with a Blue Dress On/ Good Golly Miss Molly (Medley) » extrait de la compilation « Rev Up - Best of Mitch Ryder & the Detroit Wheels » 

Creedence Clearwater Revival : « Travelin’ Band » extrait de l’album « Cosmo’s Factory » 

Slade : « Get Down and Get with It » extrait de l’album « Sladest » 

Led Zeppelin : « Rock and Roll - Remaster » extrait de l’album « Led Zeppelin IV » (Deluxe Edition, Remaster) 

The Band : « Slippin’ and Slidin’ » extrait de la compilation « A Musical History » 

Canned Heat : « Rockin’ with the King » (featuring Little Richard) extrait de l’album « Historical Figures and Ancient Heads » 

Fleetwood Mac : « Jenny Jenny - Live in Boston »  extrait de l’album « Live in Boston, Vol. 2 » 

Little Richard : 

  • « I Saw Her Standing There » extrait de l’album « The Rill Thing » 
  • « Brown Sugar » extrait de l’album « King of Rock and Roll » 

Paul McCartney : « Shake a Hand » extrait de l’album « Run Devil Run » 

Références

L'équipe

Michka Assayas
Production