L’auteur-compositeur-interprète, multi-instrumentiste et producteur Prince sur scène lors de la tournée 1984 Purple Rain le 4 novembre 1984, à la Joe Louis Arena de Detroit, Michigan.
L’auteur-compositeur-interprète, multi-instrumentiste et producteur Prince sur scène lors de la tournée 1984 Purple Rain le 4 novembre 1984, à la Joe Louis Arena de Detroit, Michigan.
L’auteur-compositeur-interprète, multi-instrumentiste et producteur Prince sur scène lors de la tournée 1984 Purple Rain le 4 novembre 1984, à la Joe Louis Arena de Detroit, Michigan.  ©Getty - Ross Marino
L’auteur-compositeur-interprète, multi-instrumentiste et producteur Prince sur scène lors de la tournée 1984 Purple Rain le 4 novembre 1984, à la Joe Louis Arena de Detroit, Michigan. ©Getty - Ross Marino
L’auteur-compositeur-interprète, multi-instrumentiste et producteur Prince sur scène lors de la tournée 1984 Purple Rain le 4 novembre 1984, à la Joe Louis Arena de Detroit, Michigan. ©Getty - Ross Marino
Publicité
Résumé

Ce soir, Very Good Trip ne perd pas de temps parce que nous avons rendez-vous avec un génie. Et ça n’attend pas.

avec :

Prince (Chanteur, musicien multi-instrumentiste, compositeur, producteur, réalisateur...).

En savoir plus

Cette émission est une rediffusion du 1er mai 2016

Beaucoup, dans les médias, ont célébré, à juste titre, les chansons dansantes de Prince, à la joie explosive, comme « Let’s Go Crazy », « Kiss » ou « Cream ». On a couvert d’éloges, tellement mérités, ce musicien universel, sa fantaisie, ses talents de danseur et de bête de scène, son univers visuel excentrique. Mais on n’a pas assez insisté, je trouve, sur la profondeur et la puissance visionnaire de ses chansons. 

Publicité

Bien sûr, je ne vais pas prétendre résumer Prince en quarante minutes de musique, ce serait comme ces voyagistes qui prétendent vous faire visiter Paris en une demi-journée. Prince a couvert, une étendue de styles impossible à résumer. 

Musicalement, pour être très schématique, il a commencé à enregistrer, vers la fin des années 70, dans un style musical très inspiré par son grand modèle Stevie Wonder, avec aussi quelque chose des Bee Gees disco-funk. Je ne parle pas du contenu très salace de ses paroles et de son accoutrement de l’époque, slip zèbre, talons hauts et jambières noires, un style sorti de nulle part : un érotisme narcissique revendiqué par un tout petit homme à la timidité maladive qui avait surtout croisé des femmes en petites tenues sur les scènes des clubs de strip-tease où son père, le premier Prince du nom, jouait du piano ou bien sur les pages des magazines pornographiques dont, adolescent, il faisait une grande consommation. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il ne faut pas perdre de vue que Prince a grandi à Minneapolis, une ville du Midwest américain où il n’y a qu’un très faible pourcentage de Noirs et où domine le rock blanc. D’ailleurs le musicien le plus célèbre de l’État du Minnesota, vous le connaissez sans doute, eh bien ce n’est pas un musicien de soul ou de funk, puisque c’est Bob Dylan. Mais enfin à la source de toutes es musiques, il y a le blues et Prince, comme Dylan, en a été pétri. Prince s’est d’ailleurs parfois inspiré du phrasé de Bob Dylan et de son talent pour les images violentes et audacieuses. 

53 min

Alors, chez Prince, il y avait, outre du funk et de la soul, du blues et du rock’n’roll, bien sûr, mais aussi du jazz, de la musique symphonique du XXème siècle, parfois atonale, comme chez Frank Zappa, et aussi pas mal de rock psychédélique. Prince, qui jouait divinement du piano et de la batterie, était aussi un guitariste soliste exceptionnel, et ceux qui l’ont entendu prendre des solos lors de ses concerts ne sont pas près de l’oublier. « When Doves Cry », « Quand pleurent les colombes », c’est une des chansons les plus célèbres de Prince, elle a été numéro 1 pendant un mois aux Etats-Unis, au printemps 1984 et figure dans son album le plus célèbre, « Purple Rain ». Elle évoque une querelle entre deux amoureux, qui plane comme un nuage noir sur leur union. Prince y joue de tous les instruments, guitare et synthétiseur. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Chose surprenante, il n’y a pas d’accompagnement de basse, Prince l’avait enregistré puis retiré, estimant qu’avec une basse la chanson aurait eu un son trop conventionnel. En tout cas trente-trois ans plus tard, la sonorité de « When Doves Cry » est toujours aussi originale et inimitable, surtout pour un tube mondial.

Prince : 

  • « Sign ‘o’ the Times » extrait de l’album « Sign ‘o’ the Times »
  • « When Doves Cry » extrait de l’album « Purple Rain » 
  • « When You Were Mine » extrait de l’album « Dirty Mind » 
  • « Around the World in a Day » extrait de l’album « Around the World in a Day » 
  • « Endorphinmachine » extrait de l’album « The Gold Experience » 
  • « 4 the Tears in Your Eyes » extrait de l’album «  The Hits/The B Sides » 
  • « Purple Rain » extrait de l’album « Purple Rain » 
  • « The Cross » extrait de l’album « Sign ‘o’ the Times » 
  • « Sometimes It Snows in April » album « Parade » 
Références

L'équipe

Michka Assayas
Production