Le DJ, compositeur et producteur de musique électronique Laurent Garnier se produit pendant We Love Green Festival le 1er juin 2019 à Paris, France.  ©Getty - David Wolff - Patrick / Redferns
Le DJ, compositeur et producteur de musique électronique Laurent Garnier se produit pendant We Love Green Festival le 1er juin 2019 à Paris, France. ©Getty - David Wolff - Patrick / Redferns
Le DJ, compositeur et producteur de musique électronique Laurent Garnier se produit pendant We Love Green Festival le 1er juin 2019 à Paris, France. ©Getty - David Wolff - Patrick / Redferns
Publicité
Résumé

Ce soir, dans Very Good Trip vous allez danser avec Laurent Garnier et d'autres artistes, jusqu'au bout de la nuit.

En savoir plus

J'ai eu la grande joie de rencontrer Laurent Garnier il y a quelques années à l’occasion du festival Yeah qu’il organise dans un lieu paradisiaque, le village de Lourmarin, dans le Luberon. J’ai été frappé par sa curiosité, sa passion pour toutes sortes de musiques, d’ailleurs les musiciens que lui et son équipe avaient programmés, j’aurais pu tous les passer dans mon émission. 

On dit : Laurent Garnier est le premier à avoir initié la France à l’électro, l’inventeur de la French Touch, on lui a même filé la légion d’Honneur pour ça, ça lui fait une belle jambe en ce moment. Mais moi, quand j’ai survolé à toute allure, ce matin, l’étendue et la variété de sa production, je me suis fait cette réflexion. Pourquoi dit-on que l’électro est un genre de musique, un ghetto, un langage musical à part, alors que toutes les discothèques du monde, tous les styles, toute la vie, tous les sons du monde, sont dans la musique de Garnier ? 

Publicité

Il est tout simplement un compositeur universel. Alors, oui, peut-être qu’il y a des gens qui font de l’électro et n’écoutent que de l’électro, comme d’autres qui font du rap n’écoutent que du rap et d’autres qui font du rock que du rock. À mon avis, c’est une minorité qui produit la partie la moins intéressante de ces musiques. 

Ce soir, je voudrais célébrer pas seulement Laurent mais tous ceux dont la vie et la passion est d’être au milieu des autres, concrètement, physiquement, de les rendre heureux, dingues, ivres, sexuels, de les aider à décoller de tout ce qui rend leur vie plate, banale et ordinaire. Les artistes comme lui sont des déconfineurs par essence, si je peux me permettre ce néologisme qui va peut-être entrer un jour dans le Robert, qui sait. On a besoin d’eux, ils sont essentiels et on a besoin d’autre chose dans la vie que d’indices, de courbes et de statistiques et c’est eux qui nous le donnent. Sans eux, c’est simple : dans ce monde de plus en plus calibré et formaté, c’est d’ennui qu’on va crever. 

Voilà, c’est dit et c’est parti. Our Future remains possible, notre futur reste possible, disait Garnier en 2012. Neuf ans après, on y croit plus que jamais.

Donna Summer : « I Feel Love - Edit » extrait de l’album « Summer : The Original Hits » 

Laurent Garnier : 

  • « Our Futur (feat. The L.B.S. Crew – Detroit Mix) » EP « Timeless EP » 
  • « Coloured City » extrait de la compilation « Retrospective 94-06 » 

Carl Craig & Laurent Garnier : « Demented (Or Just Crazy » EP « Tres Demented » 

Laurent Garnier :

  • « Boom - Traumer Remix » extrait de l’album « La Home Box » 
  • « (I Wanna Be) Waiting for My Plane » extrait de l’album « The Cloud Making Machine » 
  • The Limiñanas : « Dimanche (feat. Bertrand Belin)  (Laurent Garnier Remix) » single 
  • « Crispy Bacon » extrait de l’album « 30 » 
  • « * ?* !! » extrait de l’album « 30 » 

MEUTE : « The Man with the Red Face (Laurent Garnier Rework) »