L'autrice-compositrice-interprète Aldous Harding Autrice-
L'autrice-compositrice-interprète Aldous Harding Autrice- ©Getty - Andrew Lipovsky/NBCU Photo Bank/NBCUniversal
L'autrice-compositrice-interprète Aldous Harding Autrice- ©Getty - Andrew Lipovsky/NBCU Photo Bank/NBCUniversal
L'autrice-compositrice-interprète Aldous Harding Autrice- ©Getty - Andrew Lipovsky/NBCU Photo Bank/NBCUniversal
Publicité

Ce soir, dans Very Good Trip, ce sont des voix féminines qui vont vous tenir compagnie, et vous entraîner, plutôt en douceur, vers des paysages intérieurs, souvenirs, rêveries, espoirs. Et ça peut être troublant, dans le bon sens évidemment.

Une sorte de musique de chambre pour accompagner ce nouveau titre, Fever, comme fièvre, signé par la chanteuse néo-zélandaise Aldous Harding, qui publie d’ici une dizaine de jours son nouvel album, Warm Chris.

L’évocation, un peu énigmatique, d’un coup de foudre pour un homme rencontré au comptoir de la réception, dans un hôtel. Une femme épuisée, une ville mystérieuse, chaleur tropicale, toute la journée les rideaux tirés, des personnages paumés dont on ne sait rien, c’est un peu le début d’un film américain d’autrefois.

Publicité

Alors, il est fréquent que je plante le décor, que j’évoque les paysages, les événements personnels, familiaux, affectifs, professionnels qui ont forgé l’expérience de vie propre aux auteurs et interprètes que je vous fais entendre dans cette émission. Parce qu’ils permettent de se projeter dans leur tête, dans leur cœur et ainsi de mieux ressentir ce qu’ils nous font entendre. Mais il y en a, et c’est plus rare, qui abritent pour ainsi dire tout un théâtre, comme une ribambelle des personnages, dans leur tête. Un peu comme ces enfants qui parlent tout seuls dans leur chambre et font parler les jouets et les divers objets qui les entourent. C’est le cas de la chanteuse qu’on vient d’entendre, Aldous Harding.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Je n’ai pas encore entendu l’intégralité de son album, Warm Chris, qui va sortir d’ici une dizaine de jours mais les trois chansons qui circulent déjà, je vous les ai fait écouter au cours de ces deux derniers mois, semblent être l’œuvre de trois chanteuses différentes.

Non sans provocation, Aldous Harding, déjà, ce n’est pas son vrai nom, c’est tout de même une indication, ne se considère pas comme une musicienne. Plutôt comme, je cite, une actrice en chansons. Soit quelqu’un qui joue, dans tous les sens du terme. Il y a, évidemment, de prestigieux précédents. Il y en a un dont le nom, évidemment, s’impose, c’est David Bowie, qui a toujours adopté des voix, des accents, des intonations et des personnages différents au fil de sa carrière, dont toute la vie d’artiste au fond, a été celle d’un masque. Mais on pourrait dire la même chose de Bob Dylan, qui a incarné une multitude de personnages rien qu’avec sa voix, sans l’appui d’un spectacle théâtral élaboré, comme Bowie, c’est encore plus rusé, au fond. D’ailleurs, Dylan a pu dire, en prélude à l’une de ses chansons les plus célèbres, With God on Our Side, "oh my name it is nothing, my age it means less". Mon nom, ce n’est rien, mon âge ça a encore moins d’importance. Choses que pourraient dire celle qui, il y a longtemps, déjà, sans doute dès l’enfance, a décidé que ça l’ennuyait d’être Hannah Top, élevée dans une campagne de l’île sud de Nouvelle-Zélande où il n’arrive rien. Et que être Aldous Harding,

55 min

Aldous c’’est d’ailleurs un prénom d’homme, ça lui permettait d’être qui elle voulait. Et à ce sujet elle a déclaré quelque chose qui fait du bien en cette période où le souci de l’identité obnubile, en tout cas limite, voire aveugle, beaucoup de monde. Je la cite : Prendre son identité trop au sérieux, c’est au détriment de la musique.

Programmation musicale :

  • Aldous Harding : « Fever - Edit » single
  • Basia Bulat : « The Garden - The Garden Version » extrait de l’album « The Garden »
  • The Delines : « Past the Shadows » extrait de l’album « The Sea Drift »
  • Anaïs Mitchell : « On Your Way (Felix Song) » extrait de l’album « Anaïs Mitchell »
  • Jenny Hval : « Year of Love » single
  • Modern Studies : « Wild Ocean » extrait de l’album « We Are There »
  • Astrid Williamson : « There Are Words » extrait de l’album « Into the Mountain »
  • King Hannah : « All Being Fine » extrait de l’album « I’m Not Sorry, I Was Just Being Me »
  • Kate Havnevik with Guy Sigsworth : « Starlight Fires » extrait de l’album « Lightship »
  • Samana : « The Beach » single
  • Silvana Estrada : « Tristeza » extrait de l’album « Marchita »
  • The Weather Station : « Taught » extrait de l’album « How Is It That I Should Look at the Stars »