L'autrice-compositrice-interprète Aldous Harding
L'autrice-compositrice-interprète Aldous Harding ©Getty - Burak Cingi/Redferns
L'autrice-compositrice-interprète Aldous Harding ©Getty - Burak Cingi/Redferns
L'autrice-compositrice-interprète Aldous Harding ©Getty - Burak Cingi/Redferns
Publicité

Ce soir, dans Very Good Trip, la couleur musicale sera folk et, sans qu’il y ait là rien de prémédité, vous entendrez exclusivement des voix féminines.

Peut-être étiez-vous à l’écoute, hier soir, de Very Good Trip sur France Inter. Si c’est le cas, vous avez été séduit, je l’espère, par Cate Le Bon, la chanteuse galloise par laquelle j’ai commencé le programme. Une voix et un style très particuliers, étonnamment proches de la chanson d’entendre. Oui, très étonnamment, parce qu’il ne s’agissait pas de Cate Le Bon  mais de la Néo-Zélandaise Aldous Harding, qui chantait Old Peel, un extrait de son nouvel album à venir, Warm Chris, à paraître à la fin du mois prochain.

Aldous Harding est un véritable caméléon musical, capable d’absorber des styles très différents et surtout d’adopter des voix différentes, comme PJ Harvey, dont elle partage le goût du déguisement, en allant peut-être plus loin dans une certaine exagération poétique surréaliste.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Cate Le Bon, PJ Harvey, je n’emploie pas ces noms au hasard. Il se trouve, et c’est troublant, que le musicien gallois H Hawkline, qui collabore avec Aldous Harding et dont celle-ci partage la vie, a été pendant dix ans le compagnon de Cate Le Bon. Et c’est le collaborateur le plus étroit de PJ Harvey, l’anglais John Parish qui a réalisé, en 2017, le premier album international de la chanteuse, Party.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Tout comme le suivant, Designer, paru en 2019, et le prochain, Warm Chris, à paraître, je vous l’ai dit, en mars prochain. Aldous Harding a suivi une évolution inattendue, voire surprenante.

Elle a diffusé, en 2014, un premier album, sans titre, réalisé dans son pays, auquel a participé son compagnon d’alors, Marlon Williams, une des plus belles voix et je pèse mes mots, apparues dans les années 2010. Mais c’est la beauté rare de sa voix à elle qu’on avait alors remarquée. Une voix qu’on pouvait situer quelque part entre Kate Bush et Emmylou Harris, une de ces voix aussi puissantes que pures, liées aux musiques traditionnelles, dont Aldous Harding faisait déjà, néanmoins, un usage théâtral.

C’était un indice. Parce que, comme PJ Harvey, Aldous Harding a cette capacité de modeler sa voix jusqu’à la rendre méconnaissable. Elle s’est essayée très vite à l’art de mettre en scène, grâce à ses chansons, différents paysages, de faire naître différents rêves. Elle a écouté du R&B, elle a dansé, enfant, sur des chansons du légendaire trio vocal féminin d’Atlanta, TLC, avec la regretté Lisa Left Eye Lopes, qui fut un de ses modèles, surtout pour la danse.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Quand on écoute une chanson signée Aldous Harding en 2014, Stop Your Tears  et qu’on fixe la vignette de son album, son long visage ovale coiffé d’une casquette de camionneur et qui vous fixe de ses grands yeux à l’air étonné, on imagine quelqu’un de paisible. Tout au moins une très jeune femme qui cache, en apparence, ses fantasmes et ses démons derrière une apparence lisse et réservée.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En revanche, quand on regarde, au hasard, la vidéo, diffusée en 2017, d’une chanson qui s’appelle Blend. Aldous Harding est à moitié à poil, elle porte une espèce de bikini turquoise avec des étoiles dorées, et danse en jouant avec deux faux colts, comme la strip-teaseuse dans le film Apocalypse Now. On croirait une grande gamine qui joue à imiter ses clips de r& b préférés. Oui, Aldous Harding est surprenante.

5 min
  • Aldous Harding : « Old Peel » single
  • Jana Horn : « Time Machine » extrait de l’album « Optimism »
  • Big Thief : « Time Escaping » single
  • Bas Jan : « Sex Cult » extrait de l’album « Baby U Know »
  • Josephine Foster : « Sparks Fly » extrait de l’album « Godmother »
  • Caroline : « Good morning (red) » single
  • Samana : « Patience » single
  • Astrid Williamson : « In Gratitude (Radio Edit) » single
  • AJ Lambert : « See You Tonite » single
  • Aoife O’Donovan : « Pheonix » extrait de l’album « Age of Apathy »
  • Yasmin Williams : « Juvenescence » extrait de l’album « Urban Driftwood »