Les sept péchés capitaux ©Getty - Chris Hellier
Les sept péchés capitaux ©Getty - Chris Hellier
Les sept péchés capitaux ©Getty - Chris Hellier
Publicité
Résumé

De "La divine comédie" de Dante au film "Seven" avec Brad Pitt, les sept péchés capitaux continuent de marquer l’imaginaire collectif occidental. S’ils ont longtemps fait craindre les flammes de l’enfer, ils ne font plus trembler personne…

En savoir plus

Et aujourd'hui quand elle n’est pas glorifiée, la transgression de ces interdits trouve presque toujours le moyen d’être légitimée, banalisée, voire excusée.

Pour les croyants comme pour les incrédules, ces sept penchants, ces sept traits de caractère humains demeurent le carburant de nos quotidiens.

Publicité

Ils motivent les politiques, sont au cœur des intrigues de nos romans, de nos séries télévisées préférées, et trônent sans pudeur sur les  réseaux sociaux.

Extraits de l'entretien

Les péchés capitaux vus par l'auteur BD Philippe Geluck : « Je n'ai pas été élevé dans cette culture- là, mais tout ce qui contient le chiffre sept me fait penser aux nains de Blanche-Neige. Les péchés capitaux, je les vois comme des petits bonshommes maléfiques qui rentreraient du boulot en sifflotant. J'ai toujours du mal. Je sais que je les connais tous les sept, alors nous avons la colère, la paresse, l'envie, la luxure, la gourmandise, l'orgueil. Et c'est terrible. Et je cale à six. Et donc le septième, je ne sais plus lequel est-ce. Ça doit être la perte de mémoire qui n'est pas un péché capital. »

Tandis que pour l’écrivain Arthur Dreyfuss « Les péchés évoquent à la fois notre trésor et notre damnation. Notre trésor, parce que sans péché, la vie serait bien terne. Mais notre damnation aussi parce que c'est triste de devoir inventer des péchés pour réguler la vie humaine. Je pense à une phrase de Bataille qui dit : « Le sexe sans péchés est comme un œuf sans sel. » La vie sans péché est comme un œuf sans sel. J'ai l'impression que les plus grands pécheurs sont aussi les plus grands croyants parce qu'ils connaissent le spectre de tous les péchés qu'ils peuvent renverser. Donc, et plus on croit, plus la moindre rupture de la loi devient grave. Donc, on peut jouir beaucoup avec un tout petit péché. Quand on est très croyant, quand on est pas du tout croyant, il faut aller chercher du gros péché. »

À lire aussi : Les 7 péchés capitaux
54 min

Laure Adler, productrice à France Inter explique : « Ça évoque quelque chose de très archaïque, qui n'a peut-être plus cours aujourd'hui. Ça évoque quelque chose de religieux, d'interdit et de répréhensible moralement. Moi, ça ne me fait pas tellement envie. Je ne fonctionne pas comme ça. Je n’aime pas forcément les transgressions des interdits. Ces péchés me paraissent plutôt désuets, mais je pense que ça reste comme une espèce de forme primitive. On les connaît ces sept péchés. Mais le mot péché m'ennuie ! »

La suite est à écouter…

Avec :

L’écrivaine Laure Adler, l’écrivain et académicien Dany Laferrière, le philosophe Normand Baillargeon, le dessinateur Philippe Geluck, le réalisateur Patrice Leconte, l’écrivain Arthur Dreyfus, le professeur de théologie Olivier Bauer, l’écrivaine Marie Laberge, la professeure Sonia Sarah Lipsyc, le docteur en philosophie du droit Michael Nafi, le pédiatre Jean-François Chicoine, l’humoriste Mamane, l’auteur Ken Follet, l’auteur Boris Cyrulnik, le romancier et essayiste Pascal Bruckner, l’auteure Anne-Sophie Jahn.