La nouvelle génération et les pronostics sportifs
La nouvelle génération et les pronostics sportifs ©Getty - krisanapong detraphiphat
La nouvelle génération et les pronostics sportifs ©Getty - krisanapong detraphiphat
La nouvelle génération et les pronostics sportifs ©Getty - krisanapong detraphiphat
Publicité

Alors que la Coupe du Monde de Football vient de débuter au Qatar, de plus en plus de jeunes se passionnent pour les pronostics sportifs. Comment les protéger et éviter les pratiques addictives de ce véritable phénomène de société ?

Avec

Aujourd'hui, zoom sur la génération prono (pour pronostics). Pour eux, plus question de regarder un match sans parier. En même temps, les géants du secteur Betclic, Winamax, Parions Sport et autres Unibet font tout pour les rendre accros.

Alors que nous sommes en pleine Coupe du monde de foot et malgré tous les appels au boycott, la compétition est très suivie. Pour les paris, on ne sait pas encore totalement s'ils seront massifs sur l'ensemble de la compétition, mais en tout les paris en ligne sont importants, comme pour le premier match France-Australie, pour 15 millions d'euros de mises.

Publicité

En première ligne des paris tous sports confondus, les plus jeunes. En deuxième ligne, les plus précaires. Qui sont ces nouveaux accros ? Comment les protéger ?

L'invitée est Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de l'Autorité nationale des Jeux.

Les paris, un peu d'histoire

On pariait déjà sur le sport en Grèce antique et au Moyen Âge. Dans ces temps anciens, on organisait des compétitions sportives et qui dit compétition sportive dit paris, par exemple sur un gladiateur dans une arène face à un tigre du Bengale, sur un combat de coqs, etc. On avait envie de miser sur le vainqueur.

Bien plus tard, dès les premiers Jeux olympiques, les paris étaient de la partie en France avec la création de l'hippodrome de Longchamps. Le jeu s'est véritablement installé autour des événements sportifs, en 1857, mais la pratique était encore clandestine. Ça donnait juste du piment aux courses de cheveux.

Le premier véritable type de pari est le pari mutuel, qui apparaît quelques années plus tard, en 1865. Une idée qu'on doit à un certain Joseph Oller. Avec Léon Sari, son collègue, il met sur pied le pari mutuel. Avec un principe simple : l'ensemble des mises des parieurs est mutualisé dans un pot commun, puis redistribué aux gagnants au prorata de leur mise. Ce pari mutuel sera légalisé en 1887.

Quant aux paris dans le football, ils datent, eux, des années 1920. La dernière révolution des paris est de parier en ligne. Un changement d'ère qui remonte à une quinzaine d'années et dont on commence seulement à mesurer toutes les conséquences, notamment chez les plus jeunes.

Une envolée du pari sportif, et ses risques

En 2021, le pari sportif a augmenté de 44 %. On assiste à des taux de croissance extrêmement importants et qui suscitent auprès d'une certaine population des comportements addictifs qui sont préoccupants en termes de santé publique.

Isabelle Falque-Pierrotin explique à quoi est due cette croissance : "En fait, au-delà de l'acte individuel des paris, il y a maintenant toute une industrie qui mobilise, notamment dans la dimension numérique, tous les outils pour attirer l'attention du parieur. C'est pour ça que l'on assiste depuis quelques années à une envolée du pari sportif."

L'Autorité nationale des jeux a demandé aux opérateurs de paris sportifs de veiller à la pratique du jeu. Ils ont pris des engagements, notamment pour protéger les mineurs.

Isabelle Falque-Pierrotin nous indique le premier engagement : "C'est de ne pas offrir un pari à un mineur, puisque c'est la première obligation légale pour les opérateurs. Et puis tout le reste, c'est de protéger le parieur, d'essayer de garder au jeu son caractère récréatif et de ne pas entrer dans un jeu addictif. Donc, effectivement, la publicité, à cet égard, joue un rôle majeur parce que dans le fond, elle entretient le désir et beaucoup de parieurs addictifs nous disent que c'est la publicité qui vient les chercher chez eux, à leur domicile, sur leur téléphone portable, quand ils se promènent dans la rue et que ça relance finalement leur envie de parier. C'est ça qui entretient vraiment le pari compulsif qui commence à devenir pathologique."

Il est aussi question d'une autre forme de publicité, par les influenceurs, comme elle l'explique : "Il y a toute une série de dispositions, notamment aussi sur les influenceurs. Ils ne doivent pas s'adresser de façon prioritaire aux mineurs, avoir une audience mineure inférieure à 16 %. C'est toute une série d'engagements qui visent à cantonner finalement le pari sportif."

🎧 Pour en savoir plus, écoutez l'émission...

L'édito M
2 min

Programmation musicale

  • 16h13
    DOO WOP
    DOO WOP
    Lauryn HILL
    DOO WOP

    Album Top 90's
    Label EPIC
  • 16h32
    Por qué ou ka fè sa (feat. David Walters & Brenda Navarette) (radio edit)
    Por qué ou ka fè sa (feat. David Walters & Brenda Navarette) (radio edit)
    GUTS
    Por qué ou ka fè sa (feat. David Walters & Brenda Navarette) (radio edit)

    Album Por qué ou ka fè sa (feat. David Walters & Brenda Navarette) (radio edit)
  • 16h49
    New gold (feat. Tame Impala and Bootie Brown)
    New gold (feat. Tame Impala and Bootie Brown)
    DAMON ALBARN
    New gold (feat. Tame Impala and Bootie Brown)

    Album New gold (feat. Tame Impala and Bootie Brown)

L'équipe