La grande flemme

La grande flemme
La grande flemme ©Getty - Lucy Lambriex
La grande flemme ©Getty - Lucy Lambriex
La grande flemme ©Getty - Lucy Lambriex
Publicité

Depuis la crise Covid, les Français seraient touchés par une épidémie de flemme qui n’est pas sans conséquence sur la santé : recrudescence des cas de diabète, hausse de l’obésité liés à la sédentarisation des jeunes, fragilité émotionnelle sont les effets néfastes de ce coup de mou.

Avec

Selon une étude de la Fondation Jean-Jaurès, il y aurait actuellement en France une épidémie de flemme, épidémie qui ciblerait en plus essentiellement les jeunes. Ils connaissent un regain de flemme : flemme au travail, flemme de sortir, flemme jusque dans les loisirs. Flemme généralisée.

Elle se concrétisait à travers un certain nombre de chiffres, que ce soit des sondages, des data sur la consommation, ou sur la pratique d'activités sportives.

Publicité

Depuis quand ? Pourquoi Netflix est-il le seul coupable ? Ou bien le Covid a-t-il joué aussi ?

L'invité de l'émission est Jérémie Peltier, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès, un think tank politique. Il a publié l'année dernière "La Fête est finie ?" aux éditions de l'Observatoire, et le mois dernier avec Jérôme Fourquet l'étude "Grosse fatigue et épidémie de flemme, quand une partie des Français a mis les pouces", pour essayer d'objectiver et de dresser un portrait de l'état mental de la société.

Les Français et la fête, une belle histoire qui s'achève ?

Dans l'étude que Jérémie Peltier signe, on apprend qu'un tiers des Français seraient frappés par une perte de motivation. Les Français ont toujours eu la réputation d'être un peu feignants dans leur travail, mais ce que remarque le directeur de la Fondation Jean-Jaurès dans les études qu'il mène, c'est que cela concerne désormais aussi le fait de sortir de chez soi et de se réunir dans des lieux festifs, par le biais d'un "certain nombre de transformations dans nos façons de faire la fête. On aime beaucoup plus qu'avant la fête à la maison, la fête dans nos appart, la fête dans nos petites maisons parce qu'on apprécie de moins en moins de faire la fête dehors, dans des lieux à dimension collective."

Quand on demande aux Françaises et aux Français aujourd'hui la définition d'un vendredi soir idéal, selon une enquête qui avait été publiée par le Crédoc, ce qui arrive en tête, ce n'est pas la sortie entre amis, mais c'est le plateau-repas devant la télévision.

Cela date d'avant le Covid

Les Français se recroquevillent sur la sphère privée, et cela est notamment une conséquence de la pandémie. On note particulièrement cette baisse de motivation et cette fatigue depuis la crise sanitaire.

Mais la pandémie n'aurait été qu'un accélérateur du processus : "On peut dater ce début de ramollissement, ce début de grande fatigue, avec l'année 2015. C'est l'année des vagues d'attentats en France et à partir de ce moment-là, il y a une succession de crises finalement qui touchent les individus et l'ensemble de la société française. On enchaîne avec un certain nombre de crises sociales, avec la réforme des retraites... On enchaîne avec évidemment la crise des gilets jaunes. Vous mettez du coup la crise sanitaire, et en arrière-plan la crise climatique."

Tout cela rend la jeune génération plus vulnérable.

La fragilisation de la jeune génération

Le fait de "chiller" chez soi n'est pas forcément une mauvaise chose. Il semble y avoir moins de pression, moins besoin de se justifier sur ce qu'on a vraiment envie de faire. Pour Jérémie Peltier, il y a cependant une distinction à faire. La flemme est plus quelque chose que l'on subit, c'est différent de la paresse. Et pour lui, c'est un symptôme d'une génération qui ne va pas bien. La fatigue, c'est une conséquence de la dépression par exemple.

Il y aurait une sorte de repli sur l'espace domestique, comme il l'explique : "Chez nous, finalement, c'est comme le seul espace de sécurité, comme le seul espace de protection, comme le seul espace finalement, où on a la maîtrise aussi sur le cours des choses. Finalement, quand on est à l'extérieur, on a le sentiment que tout va trop vite, que le flux d'info est tellement rapide et tellement puissant qu'on ne maîtrise plus rien. Et finalement, c'est uniquement chez nous qu'on maîtrise."

Les réseaux sociaux auraient aussi leur part de responsabilité, selon Jérémie Peltier : "On croit qu'on est ensemble, qu'on est hyperconnectés, alors qu'en fait, on est seuls ensemble. Et ça, à mon avis, c'est un élément très important."

Économie de la flemme

Autour de cette flemme, s'est organisée toute une économie, ou peut-être la précède-t-elle, et l'a-t-elle encouragée. Jérémie Peltier explique de quoi il s'agit : "L'économie de la flemme, c'est la société de la livraison à domicile, c'est la société des plateformes, c'est la société aussi des plateformes de vidéos à la demande. Et en effet, cette économie de la flemme, elle touche beaucoup plus la jeune génération."

Emmanuel, interrogé dans un micro-trottoir par Quentin Lhui, s'interroge : "Quand on prend son appli et qu'on se fait livrer chez soi devant Netflix ou autres, il y en a d'autres qui travaillent derrière pour la flemme. C'est ça aussi qu'il faut se demander : est-ce que ma flemme, ce n'est pas quelqu'un d'autre qui a travaillé à ma place ?"

En effet, selon Jérémie Peltier, cette flemme est permise par "les nouveaux esclaves 2.0", et par une perte de sentiment d'appartenance à une communauté : "Si on avait encore ce sentiment d'appartenir à la même société, je ne pense pas que vous auriez autant de gens qui, tous les soirs, se connectent à des plateformes de livraison de bouffe à domicile parce qu'ils auraient un peu d'empathie. Ils auraient un peu le sentiment que, finalement, ça ne se fait pas de demander à un nouvel esclave moderne de débarquer à 22 h ou à 22 h 30, sous la pluie ou sous la neige. Je crois que la perte de ce sentiment-là fait que finalement, cette espèce de barrière morale est totalement pétée dans l'époque dans laquelle on est."

🎧 Pour en savoir plus, écoutez l'émission...

La drôle d’humeur de Marina Rollman
5 min

Programmation musicale

  • 16h12
    Delivery
    Delivery
    BABYSHAMBLES
    Delivery

    Album DELIVERY (2007)
  • 16h31
    Désaccord des éléments
    Désaccord des éléments
    Dominique A
    Désaccord des éléments

    Divers, Dominique Ane

    Album Le monde réel (2022)
    Label CINQ 7 / WAGRAM MUSIC
  • 16h38
    Hello goodbye
    Hello goodbye
    THE BEATLES
    Hello goodbye

    Album Magical mystery tour [2009 stereo remaster] (2009)
    Label EMI
  • 16h50
    Special
    Special
    Lizzo
    Special
    Album Special (2022)
    Label ATLANTIC

L'équipe