Publicité

Pour ou contre la chasse : quelles sont les positions des principaux candidats à la présidentielle ?

Par
En France, la chasse ne peut se pratiquer qu’avec un permis, dans une période définie par le préfet en automne et en hiver.
En France, la chasse ne peut se pratiquer qu’avec un permis, dans une période définie par le préfet en automne et en hiver.
© Maxppp - Catherine Aulaz

Le décès d’une randonneuse de 25 ans dans le Cantal, tuée par une jeune chasseuse, a engendré de nombreuses réactions politiques. Certains candidats ont rappelé leur attachement à la chasse, quand d’autres souhaitent instaurer des jours sans battues.

Le débat sur la chasse est relancé dans cette campagne électorale. Une jeune randonneuse est morte, tuée par une balle perdue samedi lors d’une battue aux sangliers, dans le Cantal près d’Aurillac. La chasse est un vrai marqueur politique. Après ce drame, de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer l’interdiction de chasser le week-end, comme l’écologiste Yannick Jadot et l’insoumis Jean-Luc Mélenchon. D’autres candidats à l’élection présidentielle préfèrent cajoler les chasseurs, à l’instar d’Éric Zemmour, de Marine Le Pen et Valérie Pécresse. Avec 1,2 million de pratiquants, la France est le pays d’Europe comptant le plus de chasseurs, devant l’Espagne et l’Italie, et donc de nombreux électeurs.

Eric Zemmour et Valérie Pécresse, de fidèles pro-chasse

Éric Zemmour et Valérie Pécresse étaient en opération séduction il y a quelques jours, à la tribune devant les membres du Mouvement de la ruralité, le descendant du parti Chasse, Pêche, Nature et Traditions (CPNT). La candidate Les Républicains appelle à "arrêter de faire la chasse aux chasseurs", car elle les considère comme les "premiers amoureux de la nature". "On n'entrave pas la pêche et la chasse qui sont des libertés issues de la Révolution" poursuit-elle. Dans une interview pour le site spécialisée Chassons.com, Valérie Pécresse se prononçait en faveur des chasses traditionnelles, avant de déclarer : "Il faut éviter toute cruauté inutile vis-à-vis des animaux. Il faut protéger les espèces qui sont en danger. Il me semble que les chasseurs sont les premiers concernés car s’ils les chassent elles disparaîtront." 

Publicité

Eric Zemmour plaide de son côté pour "un grand ministère de l'agriculture de la protection de l'environnement et de la ruralité". Celui-ci regroupera l’environnement, l’agriculture, mais aussi la chasse et la pêche. "Je refuse et je refuserai que qui que ce soit vous interdise la chasse. Les vrais écologistes, c'est vous" et pas "les citadins qui veulent des biches comme dans Bambi" a lancé le candidat d’extrême droite lors du "grand oral" devant le Mouvement de la ruralité. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour Marine Le Pen, la chasse "une tradition ancestrale"

Interrogée au lendemain de l’accident de chasse, la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen a rappelé dimanche sur France Inter qu’elle ne souhaitait "empêcher les chasseurs de chasser le week-end", sinon, "ils ne pourront pas chasser". "Ils travaillent les chasseurs", a rappelé la candidate. Elle considère que "la chasse est une tradition ancestrale et qu'elle doit être maintenue". Marine Le Pen s’interroge : "Comment est-ce que l'on partage les forêts domaniales (entre chasseurs et promeneurs) ?" Elle estime que "si ce ne sont pas les chasseurs" qui réguleront la faune, ce seront alors "des fonctionnaires avec des fusils".

Fabien Roussel détonne à gauche

Parmi les candidats ancrés à gauche à l’élection présidentielle, celui du Parti communiste a un discours bien différent. Il prend la défense des chasseurs. "J'en ai un peu marre de ces intellectuels condescendants qui n'arrêtent pas de nous donner des leçons sur nos pratiques, sur nos manières de faire, qui nous disent ce qu'il faut manger et comment il faut conduire" affirmait-t-il sur Franceinfo en octobre. Fabien Roussel, un candidat pro-chasse sans aucune ambiguïté : "Il y a un courant anti-chasse que je ne partage pas, parce que je suis moi-même député d'une conscription rurale [dans le Nord]. Je sais que les chasseurs et la Fédération de chasse participent beaucoup à l'entretien, à la préservation des pâtures avec les agriculteurs"

Le candidat du PCF est en faveur des chasses traditionnels, car elles sont "exercées par peu de monde" explique-t-il et "ne se transmettent pas". "Il y a un sens de l'histoire qui fait que petit à petit, ces pratiques vont disparaître naturellement, et donc il faut laisser faire la vie".

Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon : harro sur les chasseurs

"Il faut que la chasse ne soit pas possible le week-end et pendant les vacances scolaires, parce que c'est là que le risque serait le plus grand", a réagi le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon dimanche sur France 3. "Deuxièmement, il faut cesser de vendre des armes qui sont aussi puissantes".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Dans son programme, Jean-Luc Mélenchon souhaite interdire les pratiques de chasse et de "loisirs" cruelles pour les animaux comme le déterrage, la chasse à courre, les combats de coqs et les spectacles incluant des animaux sauvages.

Samedi, quelques heures après l’accident, le candidat écologiste Yannick Jadot a tweeté : "Il nous faut plus réglementer cette activité, il y a urgence !" Il souhaite interdire le chasse le week-end et pendant les vacances scolaires. Jeudi soir, dans l’émission de France 2 Elysée 2022, le député européen a évoqué son programme concernant le casse. Il souhaite que la détention de ce permis soit conditionnée à "un examen médical tous les cinq ans", mais ne plaide pas pour que l’âge minimal pour obtenir un permis de chasse soit élevé. Il est de 16 ans. Yannick Jadot compte également "doubler le prix puisqu’il a été baissé de moitié par le gouvernement".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La socialiste Anne Hidalgo n’est pas d’accord avec son adversaire écologiste. En octobre dernier, l’une des proches s’était opposée à Yannick Jadot sur cette interdiction de la chasse. Carole Delga, la présidente de la région Occitanie préfère défendre "l'écologie du faire, celle qui sait concilier économie et écologie, celle qui est dans l’accompagnement, et pas dans le diktat ou l’interdiction".

Les petites attentions d’Emmanuel Macron aux chasseurs

Lors de sa compagne présidentielle en 2017, Emmanuel Macron avait lui aussi eu des mots doux envers les chasseurs : "La chasse n’est ni un sport ni un loisir mais un mode de vie." L’une des mesures a marqué les esprits à plusieurs reprises, en montrant sa proximité avec les chasseurs. Dès le début de son quinquennat, le Président sortant a divisé par deux le prix du permis de chasse. La même année, en décembre 2017, il avait fêté ses 40 ans au château de Chambord. Emmanuel Macron a même rencontré des chasseurs ayant participé à une battue, une première, et un vrai symbole. Même le lobbyiste Thierry Coste, qui défend les intérêts des chasseurs et a conseillé le candidat d’En marche !, s’était réjoui de la venue du Président.