Publicité

PRÉHISTOIRE - Origines de la danse : est-ce que les hommes préhistoriques dansaient ?

Art mésolithique à La Roca dels Moros, les grottes d'El Cogul, musée archéologique de Catalogne.
Art mésolithique à La Roca dels Moros, les grottes d'El Cogul, musée archéologique de Catalogne.
© AFP - JBP / AIC / Leemage

C'est la question qu'a posée Jeanne, dans l'émission "Les P'tits bateaux", à l'archéologue Carole Fritz, spécialiste d'art pariétal. L'occasion de retracer les tous premiers pas historiques de la danse. A-t-il fallu attendre que nous devenions des animaux culturels pour que notre corps se mette à danser ?

La réponse de l'archéologue Carole Fritz

**"**Malheureusement, la danse ne laisse pas de traces archéologiques, mais nous avons retrouvé des instruments de musique, donc on savait que les hommes préhistoriques faisaient de la musique. On a exhumé des flûtes en os d'aigle, des os d'oiseaux assez gros qui ont la particularité d'être vides à l'intérieur. Une fois chassés, ils en ont récupéré les os après les avoir mangés. 

Ils ont récupéré ces grands os, ils les ont coupés à chaque extrémité. Dedans, ils ont fait des trous comme les flûtes actuelles, et on a trouvé des fragments dans les grottes d'Isturitz au Pays Basque, en France ou encore dans des sites en Allemagne. Là on sait qu'ils produisaient de la musique puisque des gens ont reproduit ces instruments et ont fait de la musique avec. 

Publicité

Il est difficile de confirmer que l'on dansait durant la Préhistoire.

On est chez Homo sapiens sapiens : tout être, quand il entend de la musique, a envie de danser. J'aime à penser que les humains préhistoriques faisaient de la musique et dansaient**"**.

📖  LIRE - Carole Fritz : L'art de la préhistoire (Citadelles et Mazenodes)

Peut-on parler de "danse préhistorique" ?

La danse est le premier-né des arts.

- Curt Sachs, ethnomusicologue (1881-1959)

  • Si la danse a son histoire, a-t-elle sa préhistoire ?

D'abord liée aux rituels, aux pratiques religieuses et spirituelles, la danse ne devient vraiment un art qu'à partir du moment où les sociétés commencent à se mouvoir, à prendre forme dans le cadre d'un Etat, où la danse se pense comme un divertissement, une invention proprement culturelle, une œuvre de l'esprit. Elle se systématise dans le cadre des premières cités-États antiques, chacune y projetant ses propres codes culturels, ses propres identifications. La danse est pensée dans le cadre d'une cérémonie bien définie. 

Pour ce qui concerne la nature primitive de la danse, elle est difficilement saisissable plus on remonte dans le temps, avant que l'homme se pense en société. Peut-être y aurait-il un lien étroit avec des pratiques préhistoriques qui font que la danse, si elle existait à cette époque, était naturellement ressentie comme l'expression d'un meilleur échange pré-spirituel avec la nature environnante ? 

  • Danser ou mieux communiquer avec la nature et les animaux ?

Reste que des vestiges d'ossements animaux ont bel et bien été retrouvés et ont servi à confectionner les premiers instruments de musique joués par les premiers humains. Mais pourquoi donc un instrument exclusivement issu d'animaux ? On peut penser que si la musique aurait été ressentie comme un meilleur moyen d'échanger avec la nature environnementale et animale, la danse, si elle existait déjà, a-t-elle aussi représenté un rapport de langage avec la nature qui dépasserait ainsi nos représentations actuelles. 

Des os troués faisant office de flûtes laissent à penser que la danse ne leur était pas forcément inconnue. Toutefois, rien n'est sûr car il est important, en histoire comme en préhistoire, de bien rompre avec le jugement subjectif que nous nous faisons d'une époque, de s'affranchir de notre propre conscience et pratiques culturelles, où des milliers d'années après les premiers humains, il est impossible de ne pas relier danse, musique et célébration. Cette impossible dissociation aujourd'hui n'allait pas forcément de soi hier. La musique et la danse, si elles ont d'abord été strictement spirituelles, servaient-elles à reproduire les expressions des autres espèces animales auxquelles l'on apparentait ? Il est tout à fait probable que les danses primitives étaient extatiques et se soient d'abord traduites par des états de "transe" avec la nature. Ne possédant pas encore de langage (à proprement parler), le mouvement du corps entrait-il peut-être en action pour pouvoir communiquer ?

  • Peut-être avons-nous toujours dansé d'instinct ?

Les archéologues et les ethnologues-musicologues sont toujours en train d'essayer d'en apprendre davantage sur les origines de la danse. Comme le souligne l'archéologue Carole Fritz, il n'est absolument pas idiot de penser que la danse était également de mise durant la Préhistoire, en particulier au Paléolithique supérieur, puisque le sens musical traduit par la confection de premiers instruments émettant quelque musicalité, s'est très certainement développé de façon à garantir un premier lien social en groupe durant cette époque reculée. D'autant qu'il n'est pas rare de voir représentés des humains préhistoriques sous différentes postures sur les parois de grottes ou encore de sépultures primitives de l'Egypte à l'Asie. Nombreux sont les panneaux pariétaux pouvant évoquer des danses rituelles préhistoriques draguant ce qu'on appellerait aujourd'hui les danses chamaniques ou animistes, qui mêlent méditation et état de transe entre les êtres humains, la nature ou encore les esprits.

La réponse est d'autant plus compliquée que le terme n'apparait qu'au XIIe siècle et que "la danse" implique d'abord un fait et une cognition culturels spécifiques pour être pensée. La danse préhistorique, si elle a existé, a-t-elle peut-être su étreindre notre corps primitif, animal, sans même répondre à au même sens (social) que nous lui prêtons aujourd'hui ? D'instinct, peut-être que le corps de nos ancêtres dansait, bien avant que nous nous mettions à assimiler les mouvements du corps exécutés à la simple écoute d'un son musical. La danse peut-elle se définir autrement que par un corps forcément construit par les habitudes sociales, l’éducation civilisationnelle ? Contrairement au corps éduqué, le corps naturel, livré à l'état sauvage trouvait-il d'instinct le besoin de se mouvoir par le rythme des gestes ? 

Reste que l'étude de la danse primitive est particulièrement complexe tant la frontière entre la nature et la culture est moins évidente qu'on ne le pense.

Aller plus loin

🎧  RÉÉCOUTER - Les P'tits bateaux : Les 5 questions/réponses de Noëlle Bréham