Publicité

Présidentielle : les candidats les plus puissants sur Facebook sont les candidats de l’extrême droite

Par
Florian Philippot et Nicolas Dupont-Aignan lors d'une manifestation contre l'obligation vaccinale [photo d'illustration].
Florian Philippot et Nicolas Dupont-Aignan lors d'une manifestation contre l'obligation vaccinale [photo d'illustration].
© AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

Les publications des candidats à la présidentielle suscitent de plus en plus de réactions sur Facebook ces derniers mois. Nicolas Dupont-Aignan et Florian Philippot arrivent en tête, en surfant notamment sur la crise sanitaire. Les posts de Valérie Pécresse, Anne Hidalgo et Yannick Jadot peinent à décoller.

La campagne pour la présidentielle bat son plein sur les réseaux sociaux. Et ceux qui dominent le jeu sont les candidats d'extrême droite. En tête de ceux qui génèrent le plus d'interactions sur Facebook depuis janvier, on trouve Nicolas Dupont-Aignan et Florian Philippot. Ainsi, depuis le début de l'année, leurs publications ont suscité respectivement plus de 12,3 millions et 10,6 millions d'interactions, c'est-à-dire de commentaires, de partages et de réactions (émojis) sur la plateforme.

Au fil des mois, Florian Philippot et Nicolas Dupont-Aignan ont été rejoints en tête du classement par Éric Zemmour (page créée en mars) et Marine Le Pen, qui, en trois mois, ont respectivement triplé et doublé le nombre d'interactions sous leurs publications. Si bien qu’en novembre, les candidats dont les publications suscitent le plus d'interactions sont Nicolas Dupont-Aignan (avec plus de 1.224.000 interactions), Éric Zemmour (1.215.000), Marine Le Pen (1.115.000) et Florian Philippot (1.042.000).

Publicité

Les autres candidats ont aussi vu le nombre de commentaires, réactions et partages augmenter depuis le début de l'année. Le nombre d'interactions du compte de Yannick Jadot a ainsi été multiplié par 18, celui de Philippe Poutou par 11, celui d'Anne Hidalgo par 4 et celui de Valérie Pécresse par 2. Mais ils peinent à décoller.

Jusqu'à dix publications par jour

Il faut dire qu'en face, Nicolas Dupont-Aignan et Florian Philippot multiplient les publications et s'offrent ainsi plus de chances de générer des réactions. Depuis janvier, Florian Philippot a publié près de 3.400 messages, photos et vidéos sur Facebook, soit plus de 10 par jour. Nicolas Dupont-Aignan est à près de 1.800, soit plus de 5 par jour. En troisième position figure François Asselineau, avec près de 1.500 posts depuis le début de l'année. À titre de comparaison, Valérie Pécresse en a publié 142 depuis janvier, donc moins d'un tous les deux jours. 

Lorsque l'on rapporte le nombre d'interactions au nombre de publications, c'est Emmanuel Macron qui arrive en tête, avec plus de 17.700 interactions par post en moyenne, suivi par Marine Le Pen (8.600) et par Nicolas Dupont-Aignan (7.000).

Le nombre d'abonnés grimpe

En terme de followers, c'est aussi Emmanuel Macron qui a la plus grande communauté, avec plus de 4,2 millions d'abonnés et 3,7 millions de mentions "j'aime", loin devant Marine Le Pen (1,6 million d'abonnés et 1,5 million de "likes") et Jean-Luc Mélenchon (1,2 million d'abonnés et 1,1 million de "likes"). Mais depuis janvier, c'est bien Florian Philippot qui a gagné le plus d'utilisateurs avec une augmentation de 20 % de ses mentions "j'aime" (+ 31.100) et de 32 % de ses abonnés (+ 52.200). Nicolas Dupont-Aignan et François Asselineau complètent le podium en terme d'augmentation. Pour ce qui est du gain quantitatif, c'est Emmanuel Macron qui devance tout le monde avec près de 400.000 abonnés et 353.000 "likes" gagnés depuis janvier. Seule Marine Le Pen a perdu des mentions "j'aime" (- 9.600, soit une baisse de 0,6%) et des abonnés (- 3.700, soit une baisse de 0,2 %).

Enfin, si l'on compare le nombre d'interactions par rapport à celui d'abonnés, c'est la candidate du parti animaliste Hélène Thouy qui a le taux d'interaction mensuel le plus élevé, avec 12 %, devant Éric Zemmour (9 %) et Fabien Roussel (4 %).

Fake news, anti-pass et antivax...

Outre le nombre très important de publications postées chaque jour, comment expliquer la "puissance" de Florian Philippot et de Nicolas Dupont-Aignan cette année sur Facebook ? Une partie de la réponse vient du contenu des messages postés. 

Ces derniers mois, les deux candidats ont surfé sur les craintes et les interrogations liées à la crise sanitaire. En quelques semaines, Florian Philippot s'est fait le principal fer de lance de la lutte contre la vaccination. Ses publications antivax, anti-pass sanitaire, pro-Raoult cartonnent. Une vidéo montrant "des soignantes chassées par une police aux ordres d’un État devenu fou", selon Florian Philippot, a enregistré plus de 848.000 vues sur sa page Facebook en septembre dernier. Une autre vidéo, dans laquelle des policiers contrôlent le pass sanitaire dans un restaurant, a elle dépassé les 380.000 vues. 

Nicolas Dupont-Aignan déroule lui aussi un discours anti-gouvernement et anti-pass sanitaire, couplé à des publications sur le déclin de la France. Le tout saupoudré de fausses informations. Sa vidéo qui totalise le plus de "vues" en novembre - plus de 906.000 vues et 51.000 partages - est ainsi un message de critique du vaccin Pfizer. Dans cette vidéo intitulée "Scandale dans l'étude Pfizer révélé par une lanceuse d'alerte", Nicolas Dupont-Aignan explique qu'un "sous-traitant de Pfizer a bidonné la grande étude sur 40.000 personnes qui a conduit les autorités américaines puis européennes à autoriser le vaccin Pfizer et à l'injecter à des centaines de millions d'habitants de notre planète". Il conteste alors les résultats des études et déclare qu'aujourd'hui, "on s'aperçoit que la réduction de l'infection est nettement inférieure et qu'au bout de plusieurs mois, il y a même un doute sur la réalité de la protection". Or, de nombreux médias, comme franceinfo, ont enquêté sur ces révélations et ont conclu que les accusations ne concernent que 2% des essais cliniques menés et ne remettent en aucun cas en cause l'efficacité du vaccin.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

... des publications clivantes qui cartonnent sur Facebook

Les fausses informations, les publications antivax, anti-pass ou anti-gouvernement sont clivantes et donc font réagir et circulent beaucoup sur Facebook. Par ailleurs, publier des contenus suscitant la peur et la colère des internautes fonctionne toujours mieux. Cela a été confirmé par les révélations de la lanceuse d'alerte Frances Haugen. Auditionnée en octobre dernier devant le Parlement britannique, l'ancienne employée de Facebook a déclaré que publier du contenu haineux "est le meilleur moyen de croître" sur le réseau social. D'après Frances Haugen, l'algorithme a, au moins jusqu'en 2020, été conçu pour mettre en avant les contenus qui récoltaient le plus d’émojis "colère".

Mais cette force de frappe sur les réseaux sociaux ne dit rien de la popularité de ces candidats. Qui commente, réagit ou partage n'approuve pas forcément le message. Les publications d'Éric Ciotti généraient par exemple 13 fois plus d'interactions que celles de Valérie Pécresse depuis le début de l'année et c'est elle qui a remporté la primaire. Par ailleurs, les utilisateurs de Facebook ne sont pas forcément représentatifs de l'électorat français.