Publicité

Proche-Orient : Mohamed Deif, le chef de guerre du Hamas

Par
Manifestation du Hamas à Gaza. Une affiche mentionne Mohammed Deif, suggéré en ombre chinoise. Nul, aujourd'hui, ne connaît son visage.
Manifestation du Hamas à Gaza. Une affiche mentionne Mohammed Deif, suggéré en ombre chinoise. Nul, aujourd'hui, ne connaît son visage.
© AFP - HAZEM BADER

Il est l’ennemi public numéro un d’Israël : chef des brigades Ezz Eddin al-Qassam, la branche armée du Hamas, le Palestinien Mohamed Deif est une personnalité mystérieuse et insaisissable.

C’est un fantôme dans Gaza. Depuis qu’il a réchappé miraculeusement à une frappe israélienne en 2014, Mohamed Deif, le chef des Brigades Ezz Eddin al-Qassam, la branche armée du Hamas, vit dans la clandestinité la plus complète. Né en 1960 dans un camp de réfugiés de Khan Younès, au sud de la bande de Gaza, ce militant islamiste a très vite grimpé tous les échelons de la hiérarchie du mouvement palestinien. Étudiant en biologie à l'Université islamique, il a pris la tête de l'union étudiante des Frères musulmans, dans le giron desquels a été créé le Hamas en 1987.

Mohamed Deif, de son vrai nom Mohamed Diab al-Masri, va surtout graviter dans l’ombre de Yahia Ayache, l’artificier du Hamas, assassiné le 5 janvier 1996 par le Shin Beth, le service de sécurité intérieure de l'État hébreu, qui avait fait exploser une mini-bombe dissimulée dans son téléphone portable.

Publicité
4 min

Aujourd’hui, Mohamed Deif est l’un des responsables plus importants du Hamas. Dans une rare déclaration publique, il a averti Israël que celui-ci "paiera le prix fort" si les expulsions des familles palestiniennes de Sheikh Jarrah, à Jérusalem-est, sont mises en œuvre. "C’est notre dernier avertissement", a-t-il menacé.

Visage inconnu

Pour communiquer avec ses combattants, il n’utilise pas de téléphone portable mais le réseau sécurisé du Hamas. Personne sait à quoi il ressemble aujourd'hui, la seule photo connue de lui remontant à une trentaine d’années.

Mohamed Deif est à la fois un stratège militaire – c’est lui qui a supervisé le creusement du réseau de tunnels qui permet aux combattants du Hamas de circuler en toute discrétion et de stocker des armes sous la bande Gaza – et l’homme de la coopération avec le Hezbollah libanais et l’Iran, qui a aidé le Hamas à sophistiquer son arsenal militaire et ses méthodes de combats.

Successeur désigné

Depuis son QG secret, Mohamed Deif organise les tirs de roquettes sur le territoire israélien. Il y a quelques jours, il a fait savoir que les brigades Ezz Eddin al-Qassam avaient tiré un missile à proximité de l’aéroport de Ramon à Eilat, à 200 km de la bande de Gaza.

Pour les Israéliens, Mohamed Deif est donc l’homme à abattre. Ils n’ont pas oublié la campagne meurtrière d’attentats suicides que le chef militaire palestinien avait planifiée dans les années 1990. Autant dire que l’armée et les services de renseignement de l’État hébreu guettent le moindre faux pas de sa part pour l’éliminer. D’ailleurs, son successeur a déjà été désigné à la tête de la branche armée du Hamas pour reprendre sa place immédiatement, si d’aventure, il était tué.