Publicité

"Profiteur de la crise" : la description Google de TotalEnergies modifiée à cause d'un problème d'indexation

Par
Jeudi, dans la journée, les internautes pouvaient voir ce message en tapant "Total" ou "TotalEnergies" dans la barre de recherche Google.
Jeudi, dans la journée, les internautes pouvaient voir ce message en tapant "Total" ou "TotalEnergies" dans la barre de recherche Google.
- Capture d'écran Google.

Par erreur, un tweet de l'eurodéputée LFI Manon Aubry s'est retrouvé indexé par Google et associé à la description de l'entreprise TotalEnergies. Ce message, très critique, pouvait apparaître lors de recherches avec les mots-clés "Total" ou "TotalEnergies" sur le célèbre moteur de recherche.

Cette description a du surprendre celles et ceux qui l'ont lu... Jeudi, en tapant "Total" ou "TotalEnergies" dans la barre de recherche du moteur Google, les internautes ont pu lire pendant plusieurs heures un étonnant message de présentation, juste en dessous du lien renvoyant vers le site de TotalEnergies. On pouvait ainsi lire cette phrase : "Total n'est pas seulement un profiteur de la crise : ses profits sont réalisés sur des vies humaines en fournissant le carburant aux avions russes."

Certains ont d'abord pensé à une modification volontaire réalisée par un hacker, ou même un employé mais, selon Total, il s'agissait en réalité d'une erreur de de Google, qui a été rectifiée dans l'après-midi. Ce texte de description s'est télescopé avec un message publié sur le réseau social Twitter par l'eurodéputée France insoumise Manon Aubry.

Publicité
La capture d'écran de ce qu'on pouvait lire, ce jeudi 01 août, sous le lien renvoyant vers le site de Total Energies.
La capture d'écran de ce qu'on pouvait lire, ce jeudi 01 août, sous le lien renvoyant vers le site de Total Energies.
- Capture d'écran Google

D'où vient cette phrase ?

Ce message n'a effectivement pas, cela va sans dire, été écrit pas l'entreprise. Mais d'où vient-il ? Il s'agit en fait d'un tweet émanant du compte de l'eurodéputée insoumise, publié le 25 août. Elle partage là l'une de ses propres déclarations dans une interview à franceinfo le jour même et intègre le son de cet entretien. "Total n'est pas seulement un profiteur de la crise : ses profits sont réalisés sur des vies humaines en fournissant le carburant aux avions russes. Comment accepter qu'une entreprise se rende ainsi complice de crimes de guerre ? C'est gravissime !" , écrit Manon Aubry.

L'eurodéputée fait là référence à une enquête du journal Le Monde démontrant "comment le gaz de TotalEnergies sert de carburant aux avions de combat russes en Ukraine" .

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pourquoi cette phrase a-t-elle remplacé la description du groupe Total sur Google ?

Selon plusieurs internautes, dont Sylvain Laneyrie, qui se présente comme expert en SEO (les techniques d'optimisation du référencement dans les moteurs de recherche), c'est parce que TotalEnergies a répondu au tweet de Manon Aubry pour se défendre, que le contenu s'est retrouvé associé au site de l'entreprise sur Google. Seul problème, précise l'expert, Total a eu beau supprimer son tweet, il avait déjà été indexée par Google.

"Ils ont surtout redemandé l'indexation de la page par Google, enfin j'imagine", suppose Sylvain Laneyrie. Une analyse que TotalEnergies confirme à France Inter. "Ce matin, pour certaines recherches web, la description de notre site internet comportait des propos erronés. Ceci n’était pas le résultat d'un piratage mais plutôt de l'indexation par Google d'un tweet nous mentionnant avec ces propos", explique l'entreprise par mail.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Alors que certains internautes insinuaient sur les réseaux sociaux qu'il s'agissait d'un piratage, parfois en se réjouissant, l'entreprise a également mis les choses au clair sur son compte Twitter : "Il n’y a personne à féliciter. C’est juste Google qui a indexé un tweet nous mentionnant avec ces propos et qui a été considéré comme une page du site. Nous avons pris les mesures pour que cela ne se reproduise plus".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Dans l'après-midi, le problème était en effet réglé. En faisant à nouveau une recherche jeudi en fin de journée, le message visible sous le lien renvoyant sur le site de la multinationale correspondait beaucoup plus : "Total se transforme. et devient TotalEnergies. L'énergie se réinvente" .