Publicité

Prolonger les vacances d'été : où partir en septembre ?

Par
Par animalier de la Haute-Touche
Par animalier de la Haute-Touche
© AFP - Patrick Glaume / Biosphoto

Un département rural plein de surprises ? Un zoo à ciel ouvert ? Une ville reconstruite ? Une rando avec vue sur les Alpes et le Massif central ? Ou une virée sur des îles battues par les vents ? Les conseils des journalistes spécialisés voyages pour partir en automne.

La rentrée des classes a eu lieu, vous partez enfin en week-end, ou en vacances, seuls, ou à plusieurs, loin de la foule estivale… Les invités de l’émission "Grand bien vous fasse" livrent leurs conseils de destinations insolites de saison au micro d'Ali Rebeihi.

L’Indre, la belle inconnue

Sandrine Mercier du magazine AR préconise cette destination qui ne semble pas si exotique mais qui réserve des surprises : « On a titré notre magazine « L’Indre mystérieuse », car qui connaît seulement la préfecture de ce département ? Chateauroux est situé à deux heures de train de Paris.

Publicité

On peut admirer les belles couleurs d’automne dans le Parc de la Brenne par exemple. C’est une des plus importantes zones humides d’Europe. De très belles ballades parmi les 3000 étangs, ceinturés de roseaux au milieu de lande de bruyères vous attendent. Ces étendues d’eaux ont été créées de toute pièce par l’homme. Une histoire à découvrir dans la maison de la nature de la réserve. Je vous conseille la réserve de Cherine à Saint-Michel-en-Brenne qui peut se visiter avec des guides naturalistes… Le must ? Les étangs au petit matin avec la brume qui et le guide qui vous aide à repérer les hérons pourprés, les aigrettes cou noir.

Et là, il vous prend une envie de voir un tigre…

Le parc de la Haute-Touche

Elle poursuit : « Je ne suis pas fan des zoos, mais le parc de la Haute Touche, n’en est pas vraiment un. C’est l’un des plus grands espaces réservés aux animaux de France, et ce n’est pas si connu. On peut entrer en mode Safari avec sa voiture. L'animal est dans son espace naturel en semi-liberté. On peut voir des loups, des gnous, des oryx, des gazelles et des chevaux de Przewalski. Ce zoo à ciel ouvert est tenu par le Muséum national d'histoire naturelle qui gère Le Jardin des plantes. On trouve aussi des lémuriens, des wallabies, des zèbres, des autruches… En tout, près de 1400 animaux répartis en 130 espèces du léopard au panda roux. On peut découvrir le quotidien des soigneurs en nourrissant les bêtes avant l’ouverture.

Là, vous vous dites "J'aimerais bien rendre une petite visite à Aurore Dupin"…

La maison de George Sand

La chroniqueuse voyage raconte : « Plus connue sous le nom de George Sand, on peut visiter sa maison de Nohant. Là, elle vous attend, elle sait recevoir. La maison est restée dans son jus. Même la table est mise. De sa grand-mère, l’écrivaine avait hérité ce grand domaine de Nohant, et elle l'habita définitivement à partir de 1853. Elle recevait Balzac, Dumas, en robe de chambre et cigare au bec…

Coté table, on ne passe pas à côté des lentilles vertes du Berry. Moins connues que celles du Puy, elles sont très bonnes en crème de lentilles vertes à la truffe avec une pyramide de fromage Valençay de la région, accompagné d’un petit vin de Valençay, ou un Reuilly, un breuvage emblématique du Berry. »

Dunkerque pour l’architecture

Le rédacteur en chef de Tema.archi David Abittan conseille : « De prendre la Direction Dunkerque. Pour une série sur France Inter, j’ai découvert plusieurs plages : la baie de Saint-Tropez, Monaco, l'île de Bréhat… Et ma préférée est celle de Dunkerque. Elle est magnifique. Coté architecture, cette ville, c’est quelque chose ! On peut y lire l'histoire de la construction balnéaire. Dans le quartier de Malo-les-Bains, on peut admirer des villas magnifiques. De style Art nouveau de formes arrondies, elle sont ornées de décors de plantes, et très colorées… C’est très beau.

L’instant M
19 min

À quelques centaines de mètres de là, dans le centre, c'est une autre époque. C'est l'architecture de l'après-guerre, avec de grandes allées très larges, un peu austères. Mais demandez aux personnes qui habitent là : les bâtiments sont d'une très grande qualité architecturale, et d'un très grand confort. Et cela raconte un moment de notre histoire : la reconstruction.

Et puis ce n’est pas tout… Dunkerque, c'est aussi un très grand patrimoine industriel. Les vieux bâtiments industriels ne sont plus utilisés en tant que tels, et font place par exemple au Fonds régional d'art contemporain, un bâtiment incroyable. Et il subsiste le patrimoine industriel d'aujourd'hui.

On se rend sur la digue du braek. Face à vous, la mer du Nord, la nature, et avec parfois quelques phoques à certaines heures… Et vous vous retournez, et vous vous trouvez face à un paysage d'usines. Avec un peu de romantisme, la nuit, quand le ciel est éclairé par les grandes torchères, c'est exceptionnel ! »

Les crêts du Pilat près de Saint-Etienne pour le panorama

Et si on partait sur les crêts du Pilat, entre Saint-Etienne et Lyon, pour admirer une vue à 360 degrés sur le Massif central et sur les Alpes ? Sylvain Bazin explique : « Le Pilat, est l’un des plus petits massifs de montagnes de France, une partie du grand ensemble du Massif Central. Il met d'accord les Lyonnais et les Stéphanois qui l'ont élu comme leur spot de randonnée préféré.

Il y a évidemment beaucoup de parcours. Je conseille la découverte du Pilat par la marche par les crêts, ou sommets : une boucle de 12 kilomètres qui relie les différents points culminants. On peut admirer de jolies zones boisées qui rappelle la Scandinavie et le Canada. Ces lieux sont très connus des amateurs de ski de fond, également en hiver. Mais l'automne est vraiment une belle saison pour découvrir cette région. Surtout, arrivés au sommet du carré de la perdrix, le phœnix des lieux qui culmine à 1490 mètres, on a l’un des plus beaux panoramas de France. Par temps clair, on voit d'un côté la vallée du Rhône au premier plan, et puis les Alpes au second. On est vraiment face au Mont-Blanc. Et puis, de l'autre côté, les volcans d'Auvergne avec tout le déroulé du Massif central. »

Les îles Féroé : terres pluvieuses et sauvages

Sandrine Mercier a été charmée par ces îles battues par la pluie et le vent : « Ce sont des petites îles entre l'Écosse et l'Islande. Leurs falaises abruptes plongent dans l'océan. Quand on arrive en avion, on est aimantés par ces côtes déchiquetées. Les falaises sont parmi les plus incroyables, les plus hautes d'Europe. On se demande d'ailleurs où on va atterrir.

La chronique d'Anthony Bellanger
2 min

Donc, si c'est une autre expérience du paysage, c'est une autre expérience du temps. Il y a parait-il 280 jours de pluie par an. Effectivement, sur cinq jours, on a eu quatre jours de pluie. Donc il faut penser à s’équiper. Sur place, c'est vraiment une philosophie de vie et de balade. La capitale, Torshavn, compte environ 20000 habitants. Et c'est mignon comme tout. Il y a des petits quartiers avec de petites maisons en bois, dont le toit est recouvert d'herbe. Il y a le port, il y a la petite cathédrale. Et le week-end, on trouve une ambiance de folie : ça danse, ça chante dans les bars. C’est très convivial. Coté paysage, c’est vert, il y a des moutons, et c’est très peu fréquenté » !

Et aussi :

  • Les magnifiques plages du Sud trop fréquentées l'été : Saint-Tropez, Saint-Raphaël, Collioure et la côte Vermeille...
  • La ballade du Roi Arthur dans la forêt de Bagnoles de l'Orne
  • La cathédrale et le Musée Soulages à Rodez

ECOUTER | Grand bien vous fasse spécial loisirs