Publicité

Qatar : des dizaines de milliers de travailleurs ont déposé plainte pour des salaires non versés cette année

Par
Des ouvriers sur le chantier près du Khalifa International Stadium en 2018 (image d'illustration)
Des ouvriers sur le chantier près du Khalifa International Stadium en 2018 (image d'illustration)
© AFP

Le ministère du Travail qatari a reçu cette année 34.000 plaintes de salariés. La grande majorité d'entre elles concernent des salaires non-versés, rapporte l'Organisation internationale du travail, à moins d'un mois de l'ouverture du Mondial de foot.

L'Organisation internationale du travail (OIT) a rendu deux rapports sur le monde du travail au Qatar, à 19 jours de l'ouverture de la Coupe du Monde de football dans le pays. Elle met en lumière notamment "l'ampleur du problème des salaires non payés". Un phénomène recensé grâce à une plateforme de dépôt de plaintes lancée l'an dernier par le ministère du Travail qatari. 34.000 salariés y ont déposé plainte. "Les principales causes des plaintes concernent le non-paiement des salaires et des indemnités de fin de contrat, et les congés annuels non accordés ou payés", indique l'OIT.

320 millions d'euros de dédommagement

Le nombre de plaintes a doublé entre octobre 2020 et 2021. Une hausse qui s'explique par cette démarche rendue plus facile, puisqu'il est également possible de déposer un signalement de manière anonyme. La pandémie de Covid a également eu un impact. En effet, "en 2020 et 2021, de nombreuses entreprises on eu du mal à payer leurs travailleurs", explique l'OIT. Quelque 66% de ces plaintes ont été réglées à l'amiable et 30,7% devant la justice. Dans 84% des cas, "le juge a donné raison au travailleur". "L'enjeu est maintenant de réduire les délais entre le moment où le travailleur dépose son recours et celui où il reçoit effectivement son dédommagement", note Max Tunon, responsable de l'OIT à Doha.

Publicité

"Jusqu'en juillet 2022, environ 160 millions d'euros avaient été versés (pour indemniser) plus de 37.000 travailleurs", indique l'agence spécialisée de l'ONU. "Ce montant est passé à plus de 320 millions d'euros au 30 septembre 2022", ajoute-t-elle. L'OIT salue toutefois des progrès, notant que "les amendes pour non-paiement de salaires ont augmenté et sont davantage appliquées."

L'OIT évoque également le problème de la chaleur sur les chantiers, soulevé régulièrement lors de la construction des stades de football. Depuis 2021, il est interdit de faire travailler les ouvriers entre 10 heures et 15 heures en été. L'inspection du travail a ainsi fermé 338 sites en 2021 et 463 en 2022 pour non-respect de ces règles. L'OIT note que depuis la mise en place de cette législation, les établissements de santé ont soigné moins de patients victimes de la chaleur (351 en 2020 contre 1.500 en 2022).

Ces deux rapports de l'OIT doivent faire le bilan de quatre années de collaboration avec le ministère du Travail du Qatar, dans le cadre d'un "programme de coopération technique". L'agence salue les "efforts substantiels en matière de contrôle des travailleurs immigrés, de droit au travail et de l'accès à la justice" dans ce pays qui n'autorise toujours pas de syndicats indépendants. Le Qatar a instauré un salaire minimum."Ces réformes ont déjà amélioré les conditions de travail et de logement pour des centaines de milliers de travailleurs, même s'il faut des efforts supplémentaires pour s'assurer que tous peuvent en bénéficier", ajoute l'OIT.