Publicité

Quand Donald Trump mime le geste de tuer pour convaincre

Donald Trump devant les membres de la National Rifle Association of America
Donald Trump devant les membres de la National Rifle Association of America
© AFP - Capture NRA TV

Devant le lobby pro armes aux Etats-Unis, Donald Trump défend le droit de porter armes, geste à l'appui.

Donald Trump s'est exprimé devant la NRA (le puissant lobby pro-armes américain) pour la 4e année consécutive. Vendredi à Dallas, lors de la convention annuelle, le président américain est venu dire aux adhérents de la National Rifle Association que, avec lui au pouvoir, le second amendement et le droit de porter une arme seraient toujours défendus. 

Cette prise de position intervient six semaines après de gigantesques manifestations à Washington et dans tout le pays pour réclamer un contrôle plus strict des armes à feu dans le pays. 

Publicité
41 min

Deux mois et demi après la tuerie au lycée de Parkland qui a fait 17 morts., Donald Trump a même fait, une fois de plus, référence à l'attentat terroriste du Bataclan à Paris. 

Pour convaincre Donald Trump a mis en scène le geste de tirer sur des individus. 

"Personne n'a d'arme à Paris et on se souvient tous des 130 personnes (tuées) et du nombre énorme de personnes horriblement, horriblement blessées", a-t-il affirmé. "Elles ont été tuées brutalement par un petit groupe de terroristes qui avaient des armes. Ils ont pris leur temps et les ont tués un par un. Boum, viens là ; boum, viens là ; boum, viens là__", a raconté le président, en faisant avec la main le geste d'un Djihadiste tirant au pistolet sur les victimes.  "Mais si un employé, ou juste un client avait eu une arme, ou si l'un de vous dans l'assistance avait été là avec une arme pointée dans la direction opposée, les terroristes aurait fui ou se seraient faits tirer dessus, et ça aurait été une toute autre histoire"

Trump avait déjà utilisé cet argument lors de la campagne des primaires et de la présidentielle.

Extrait du discours de Donald Trump au sujet de l'attentat du Bataclan à Paris

1 min