Publicité

Quatre cartes pour comprendre l’état de la sécheresse en France et la menace pour cet été

Par
22 départements sont exposés à un fort risque de sécheresse
22 départements sont exposés à un fort risque de sécheresse
© Radio France

Les risques de pénurie d’eau cet été sont bien réels. Le ministère de la Transition écologique publie une carte détaillée par département. Des restrictions ont été mises en place dans 54 d'entre eux.

C’est un record au printemps. Pendant 38 jours consécutifs, les températures ont été au-dessus des normales de saison. "Avec les températures attendues au moins jusqu'à samedi, ce record est appelé à être encore battu" précise Météo France. Les températures sont plus chaudes et, dans le même temps, les risques de sécheresse s’amplifient.

"On a un mois de mai non seulement très chaud, mais très sec. De la frontière belge à l'Atlantique, on a un déficit pluviométrique de 20 à 30%", explique à l'AFP Olivier Proust, prévisionniste. La carte des risques de sécheresse, publiée ce mercredi par le ministère de la Transition écologique illustre ces propos. L’automne 2021 et l’hiver 2022 ayant été pauvres en pluie, cette cartographie recense les départements où ont été pris des arrêtés préfectoraux et ceux où le déficit du cumul de pluie est supérieur à 20%.

Publicité

22 départements avec un fort risque de sécheresse

Dans la carte des risques de sécheresse en France d’ici la fin de l’été, 22 départements apparaissent en rouge, avec un risque très "probable" de sécheresse. Plusieurs départements de l’ouest, de la côte atlantique sont concernés (Vendée, Charente, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire) mais aussi du sud-est (de la Haute-Loire jusqu’au Alpes-Maritimes, dans le Var, le Vaucluse).

Un manque de pluie criant

D’après Météo-France, la France a enregistré entre septembre 2021 et avril 2022 un déficit de précipitations de 20 %. Entre septembre et avril, les déficits de pluie dépassent 20 % dans le Grand Est (27 %), dans le nord de la Nouvelle Aquitaine (33 %), en Bretagne (25 %), dans l’est de Provence-Alpes-Côte-d’Azur (30 % sur l’ensemble de PACA) et en Corse (22 %).

Dans son communiqué, le ministère rappelle que "l’hiver a été plus sec que la normale et que le déficit pluviométrique s’est poursuivi en avril, la sécheresse des sols s’est installée précocement sur le territoire national". "C'est une année très sèche, la tendance ressemble à celle de 2019", explique-t-on à la direction de l'eau et de la biodiversité du ministère de la Transition écologique.

Des restrictions d'eau très précoces dans l'année

D’après le site Propluvia, 16 départements sont concernés par des restrictions sur l’utilisation de l’eau, décidées par les préfets, encore une fois dans l’Ouest et le Sud-Est. Cette carte rejoint en partie celle des risques de sécheresse. Ces décisions sont précoces comparées aux années précédentes. Au 19 mai, au total, 54 arrêtés ont été pris par les préfets pour restreindre les usages en eaux.

Un impact sur les nappes phréatiques

"L'été 2022 pourrait être marqué par des étiages (la baisse de niveau des fleuves, NDLR)" poursuit le ministère, "ou des baisses de nappes marquées sur la totalité du territoire". Seulement 14 départements, du Sud et de l’Est, sont épargnés pour l’instant par un risque de sécheresse de certaines nappes phréatiques.

Dans une note publiée le 12 mai, Météo-France rappelle que la France a déjà connu des épisodes de sécheresse importants comme en 1976, 1989, 2003, 2011 etc. Mais une augmentation de la fréquence des épisodes de sécheresse depuis le début des années 2000 est constatée.