Publicité

Quatre questions sur la libération de la basketteuse Brittney Griner, détenue pendant neuf mois en Russie

Par
Brittney Griner avait été condamnée en août à neuf ans de prison en Russie
Brittney Griner avait été condamnée en août à neuf ans de prison en Russie
© AFP - EVGENIA NOVOZHENINA

Brittney Griner, détenue en Russie depuis neuf mois, a été libérée jeudi en échange de celle du marchand d'armes russe Viktor Bout, détenu aux Etats-Unis. La basketteuse américaine avait été arrêtée en février, en possession d'une vapoteuse et de liquide contenant du cannabis.

"Il y a quelques instants, j'ai parlé avec Brittney Griner. Elle est en sécurité. Elle est à bord d'un avion. Elle est en route vers les États-Unis", s'est réjoui sur Twitter le président américain Joe Biden. C'est donc la fin d'un calvaire de neuf mois pour la basketteuse star, qui avait été interpellée en février dans un aéroport de Moscou avec une vapoteuse et du liquide contenant du cannabis, un produit interdit en Russie. Sa libération s'est faite en contrepartie de celle d'un ressortissant russe, Viktor Bout, détenu aux États-Unis.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pourquoi Brittney Griner était-elle détenue ?

Brittney Griner, 32 ans, double championne olympique, a été arrêtée le 17 février dernier dans un aéroport de Moscou avec une vapoteuse et du liquide contenant du cannabis, un produit interdit en Russie. Elle a expliqué qu'il s'agissait d'un traitement pour apaiser des douleurs liées à sa pratique intensive du basket, autorisé dans son pays, et qu'elle avait emmené par inadvertance à Moscou.

Publicité

Mais, en août, la justice russe a condamné cette figure de la communauté LGBT+ à neuf ans de prison pour trafic de drogue. Après le rejet de son appel, elle avait été transférée en novembre dans une colonie pénitentiaire en Mordovie, dans le centre de la Russie, aux conditions de détention drastiques. Ses soutiens ont toujours dénoncé une prise d'otage pour marchander avec Washington, en plein conflit en Ukraine. Le président a précisé jeudi que la sportive avait "bon moral" malgré "le traumatisme" enduré.

Comment se sont passées les négociations ?

On sait encore peu de choses des négociations entre la Russie et les États-Unis sur ce dossier sensible, mais le président américain a remercié publiquement les Émirats arabes unis "pour avoir aidé à faciliter la libération de Brittney". L'échange entre les deux prisonniers s'est, en effet, déroulé à l'aéroport de la capitale, Abou Dabi. Les Russes ont donc remis Brittney Griner, condamnée à neuf ans de prison dans le pays, aux autorités américaines. En échange, ces dernières ont confié Viktor Bout aux autorités russes.

On sait aussi qu'un autre pays, l'Arabie Saoudite, a participé à la procédure d'échange. "La médiation a été menée" par le président des Émirats arabes unis, Mohammed ben Zayed, et par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, ont précisé dans un communiqué conjoint les Émirats arabes unis et l'Arabie Saoudite.

L'administration démocrate n'est en revanche pas parvenue à récupérer un autre Américain détenu en Russie, l'ancien militaire Paul Whelan. "Même si nous avons échoué à obtenir la libération de Paul, nous n'abandonnerons jamais", a assuré Joe Biden. Arrêté en décembre 2018 en Russie, Paul Whelan a été condamné en 2020 à 16 ans de prison pour "espionnage", une condamnation qu'il a dénoncée comme fabriquée de toute pièce. "Ce n'était pas une situation dans laquelle nous pouvions choisir quel Américain ramener à la maison. Nous avions le choix entre ramener une Américaine en particulier, Brittney Griner, ou ne ramener personne", a expliqué un haut responsable américain.

Qui est Viktor Bout, le prisonnier libéré en échange par les États-Unis ?

Le nom de Viktor Bout, un trafiquant d'armes russe de 55 ans, avait été évoqué dès l'été dans le cadre des négociations pour faire libérer la basketteuse. Dès 1991 et pendant deux décennies, celui qui est surnommé le "marchand de mort", a profité du chaos post-soviétique pour récupérer à bas prix de grosses quantités d'armes sur des bases militaires livrées à elles-mêmes. Cet ancien militaire avait également constitué sa propre flotte d'avions-cargos pour livrer ses cargaisons à travers le monde, essentiellement en Afrique. Viktor Bout alimentait des rebellions armées et a permis à des pays touchés par des sanctions interdisant toute vente d'armes, comme l'Angola, la RDC, la Sierra Leone de contourner ces embargos.

Viktor Bout a fini par être arrêté en 2008 en Thaïlande, piégé par des agents américains. Les États-Unis l'ont condamné en 2010 à 25 ans pour trafic d'armes. Le ministère russe des Affaires étrangères a alors promis de tout faire pour obtenir son retour en Russie, qualifiant le verdict de "politique". Son parcours hors du commun a été l'inspiration du film "Lord of War" avec Nicolas Cage dans le rôle d'un marchand d'armes particulièrement cynique, pourchassé par Interpol.

Est-ce le signe d'un dégel entre la Russie et les États-Unis ?

Interrogé sur un éventuel dégel plus large des relations entre les États-Unis et la Russie, un haut responsable américain a répondu que la discussion avec Moscou était restée "très ciblée" et "très concentrée" sur le cas de la basketteuse, et pas sur autre chose. "Nous avons informé des partenaires clés, dont les Ukrainiens, de ces résultats afin qu'ils comprennent eux aussi qu'il ne s'agissait que d'une chose", à savoir les Américains détenus en Russie, a-t-il dit.

Et ce n'est pas la première fois depuis le début du conflit ukrainien que la Russie et les États-Unis procèdent à un échange de prisonniers. En avril, l'ex-Marine américain Trevor Reed, condamné à neuf ans de prison en Russie pour des violences qu'il niait, a été échangé contre un pilote russe, Konstantin Iarochenko, incarcéré aux Etats-Unis depuis 2010 pour trafic de drogues en lien avec les FARC colombiens.