Publicité

"Que la honte change de camp" : Macron annonce une série de mesures contre le harcèlement scolaire

Par
Le président Emmanuel Macron dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 18 novembre 2021.
Le président Emmanuel Macron dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 18 novembre 2021.
- *

À l’occasion de la journée de lutte contre le harcèlement scolaire, le président Emmanuel Macron a dévoilé dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux une batterie de mesures, dont le lancement en février d’une application pour signaler des situations de harcèlement.

"À tous les jeunes, victimes de harcèlement : vous devez savoir que nous sommes de votre côté", clame Emmanuel Macron. Le chef de l’État prend la parole jeudi 18 novembre pour annoncer de nouvelles mesures pour lutter contre le harcèlement scolaire. Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, il demande aux jeunes concernés de "parler". "Je le dis clairement : nous pouvons remporter ce combat à condition de ne rien laisser passer de ne rien céder." Il constate que "le harcèlement sévit toujours à l'école, sur les réseaux sociaux, sans laisser aucun moment de répit à ceux qui en sont victimes"

Selon la Défenseure des droits, qui a publié un rapport mercredi, le harcèlement touche 700.000 enfants par an. Le Sénat a un chiffre similaire, publié dans un rapport d’information. 6% des élèves scolarisés en sont victimes.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Une application pour alerter

En plus du numéro vert 3018 déjà mis en place, une appli 3018 sera lancée en février pour permettre aux victimes et aux témoins d'adresser une capture d'écran de situations de harcèlement afin que celles-ci soient encore mieux accompagnées, a annoncé Emmanuel Macron. 

Une sensibilisation aux réseaux sociaux

Pour mieux apprendre aux enfants à utiliser les outils numériques et les réseaux sociaux_, "nous allons lancer une expérimentation en délivrant une certification à la sensibilisation au numérique aux élèves de 6e à partir de la rentrée 2022, avec l'idée, ensuite, de généraliser dès la rentrée suivante"_, indique le président Emmanuel Macron.

Plus de lieux d'écoute pour les jeunes

Les maisons des adolescents seront renforcées, tous comme "les points d’accueil écoute jeunes" et "les lieux physiques avec des personnes qui sont là pour recevoir la parole et pour écouter partout sur le territoire", précise le chef de l'État. 

9 min

Un contrôle parental sur smartphone 

Emmanuel Macron rappelle que la loi sera changée "pour que le contrôle parental soit installé par défaut sur tous les smartphones, ordinateurs et tablettes utilisés par nos enfants", "parce que ce combat est collectif" explique-t-il. Le président avait déjà émis cette proposition il y a deux ans. Une proposition de loi a été déposée par le député Bruno Studer pour permettre aux parents d'activer le contrôle parental dès la configuration de l'appareil. Aujourd'hui, les appareils sont essentiellement dotés de fonctionnalités pour contrôler le temps d'écran. 

Une référence au suicide de Dinah

Sans citer son prénom, Emmanuel Macron évoque la mort de Dinah. Cette lycéenne alsacienne de 14 ans s'est suicidée après avoir été victime de harcèlement selon ses parents. "Malheureusement, aujourd'hui, le cyberharcèlement sévit toujours à l'école, sur les réseaux sociaux, sans laisser aucun moment de répit à ceux qui en sont victimes", déclare le chef de l'État. "Il crée la souffrance, conduit parfois aux drames que nous avons vécus il y a encore quelques semaines, c'est-à-dire le suicide de jeunes enfants tués par le harcèlement. Tués par ce phénomène de groupe qui d'un seul coup fait que la vie devient impossible et qu'on est réduit au pire." 

Les proches de Dinah vont déposer "plusieurs plaintes" afin de "faire jaillir la vérité" sur ce drame, indique le président de l’association contre le harcèlement scolaire "Hugo !", Hugo Martinez, 22 ans, qui accompagne la famille de l’adolescente.