Publicité

Qui est Alain Aspect, ce chercheur français co-lauréat du prix Nobel de physique ?

Par
le Français Alain Aspect a reçu le prix Nobel de Physique, aux côtés de deux autres chercheurs
le Français Alain Aspect a reçu le prix Nobel de Physique, aux côtés de deux autres chercheurs
© AFP - Jonathan NACKSTRAND

Le Français Alain Aspect a reçu ce mardi le prix Nobel de physique, aux côtés de deux chercheurs autrichien et américain. Tous les trois sont distingués pour leurs travaux sur la physique quantique.

La physique quantique à l'honneur cette année. Le prix Nobel de physique a été attribué ce mardi au Français Alain Aspect, à l'Américain John Clauser et à l'Autrichien Anton Zeilinger. Les trois chercheurs sont récompensés pour leurs travaux pionniers sur "l'intrication quantique", a indiqué le jury du Nobel, saluant leurs "expériences révolutionnaires".

Joint par France Inter, Alain Aspect dit "ne pas réaliser". "Cela me tombe dessus, j'en suis très heureux, mais il y a tellement de gens qui méritent le prix Nobel et qui ne l'ont jamais (...) c'est une forme de surprise malgré tout".

Publicité

Passionné de mécanique quantique

Alain Aspect, 75 ans, est directeur de recherche au CNRS et affilié à l'Institut d'optique de l'Université française de Paris-Saclay. Il enseigne également à Polytechnique. Ce natif d'Agen (Lot-et-Garonne) n'a pas raccroché et continue de suivre de très près le travail de ses poulains, ses anciens étudiants dont certains sont aujourd'hui au firmament, tels Antoine Browaeys, Philippe Grangier "une star de l'optique quantique", ou encore Jean Dalibard, professeur au Collège de France, "une star des atomes froids", selon ses mots.

Après des classes préparatoires à Bordeaux, Alain Aspect est reçu à l'École normale supérieure de Cachan (Val-de-Marne). En 1981, alors qu'il mène son doctorat à l’Institut d’optique d’Orsay, il se passionne pour la physique quantique.  L'un de ses professeurs lui fait lire un article du physicien John Bell qui prétend qu'une expérience pourrait permettre de départager deux géants, Albert Einstein et Niels Bohr. Le jeune physicien se met en tête de monter cette expérience.

Après des années de tentatives, il a été le premier à répondre à un paradoxe proposé cinquante ans plus tôt par Albert Einstein, Boris Podolsky et Nathan Rosen. Ce paradoxe dit "EPR" était l'un des paradoxes fondamentaux de la physique quantique. Les travaux d'Alain Aspect ont donc contribué à mettre en évidence l'intrication quantique. Cette propriété permet à deux particules jointes dans un premier temps de garder la marque de leur passé commun et avoir un comportement semblable, même à distance.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'intrication quantique est aujourd'hui utilisée dans le domaine informatique et en cryptographie quantique. Cette propriété a par exemple permis de développer des communications ultra-sécurisées ou d'effectuer des mesures extrêmement précises, comme celle de la gravité dans l'espace.

Il a aussi travaillé sur le refroidissement d'atomes

Après l'Institut d'optique, et malgré les commentaires qui lui disent que la mécanique quantique n'est pas utile, Alain Aspect poursuit ses travaux. En 1984, alors qu'il est sous-directeur de laboratoire au Collège de France, il a travaillé sur la méthode de refroidissement d'atomes par laser aux côtés de Claude Cohen-Tannoudji, qui a reçu le prix Nobel de physique en 1997 pour ces travaux. En ralentissant les atomes, les chercheurs ont ainsi pu les manipuler un à un et "jouer" de leur propriété d'intrication.

En 1992, Alain Aspect a créé, à l’Institut d’optique d’Orsay, le Groupe d’optique atomique, consacré aux condensats de Bose-Einstein et aux lasers à atomes. Déjà lauréat du Prix Wolf en physique avec les deux co-lauréats du Nobel de physique, il a aussi dès 2005 reçu la médaille d'or. Toujours très actif dans son domaine, il a à cœur de défendre la recherche fondamentale et l'importance de lui garantir un financement pérenne pour lui permettre de rester au meilleur niveau. En physique, il devient le 15eme Nobel français.